Parkings saturés à l'usine Stellantis de Sochaux : des voitures transférées à l'aérodrome désaffecté de Lure-Malbouhans

Publié le Mis à jour le
Écrit par Johanna Albrecht .

Confrontée à une série de difficultés logistiques pour expédier les véhicules qu'elle produit, l'usine Stellantis de Sochaux (Doubs) stocke désormais une partie de ces voitures sur l'aérodrome désaffecté de Lure-Malbouhans en Haute-Saône.

Les difficultés d'expéditions de véhicules s'accumulaient depuis plusieurs semaines. Pénurie des chauffeurs de semi-remorques en Europe, congestion des ports et "instabilité du transport par le rail" ont mené, selon les indications de la direction de Stellantis, à la saturation complète des parkings de l'usine à Sochaux. A tel point que le constructeur automobile est désormais contraint d'utiliser l'aérodrome désaffecté de Lure-Malbouhans pour stocker une partie de ses véhicules en attente d'expédition. 

Un ancien aérodrome de l'OTAN

L'aérodrome de Lure-Malbouhans est situé à une quarantaine de kilomètres de l'usine Stellantis de Sochaux. D'une surface de 242 hectares, cet ancien site aux normes de l'OTAN est désaffecté depuis 1997. Il est depuis 2005 la propriété du conseil départemental de Haute-Saône.

La direction du constructeur automobile Stellantis, issu de la fusion de Peugeot (PSA) et de Fiat Chrysler Automobiles en janvier 2021, a annoncé avoir mis en place une "sécurité renforcée" sur le site, pour surveiller les voitures qui y sont délestées. "Nous gérons cette situation au jour le jour", a ajouté la direction, "Les équipes sont mobilisées sept jours sur sept pour trouver les meilleures solutions et améliorer le temps de distribution".

De source syndicale, les véhicules sont évacués par camions vers l'aérodrome. Entre huit et dix camions (qui transportent chacun 8 voitures) feraient les rotations vers Lure-Malbouhans.

Pénurie de chauffeurs et réorganisation de la production 

Cette décision d'utiliser l'aérodrome de Lure-Malbouhans fait suite à une saturation sans précédent des parkings de stockage du constructeur. "30 ans que je suis dans la boite, je n'ai jamais vu des parkings comme ça, remplis de véhicules. Jamais." confiait Éric Peultier, délégué syndical FO-Stellantis Sochaux, à notre équipe sur place, Emilien Diaz et Rémy Poirot, mardi dernier. Le délégué syndicat expliquait que les places de parking des salariés avaient même été mobilisées pour stocker les véhicules du fabricant. Depuis quelques semaines, les concessionnaires locaux viennent eux-mêmes chercher les voitures qu'ils ont achetées.

Ces mesures exceptionnelles n'étaient plus suffisantes pour compenser les difficultés rencontrées par le site de Sochaux, plaque tournante où transitent un grand nombre de véhicules fabriqués ailleurs par le grand groupe, notamment à Rennes et Trnava en Slovaquie.

Plus de 7.000 véhicules étaient en attente d'expédition ce mardi 22 novembre. En cause, une accumulation de facteurs logistiques : alors que Stellantis mène une refonte de son système d'expédition des véhicules, le secteur du transport routier fait face à une pénurie de chauffeurs. En parallèle, la direction du constructeur a expliqué devoir gérer une "congestion des ports" et une "instabilité du transport par le rail". 

Par ailleurs, l'usine de Sochaux, qui s'est dotée en début d'année d'une nouvelle chaîne de montage, produit désormais 1.100 voitures quotidiennement, et visait à terme une cadence de 1.200 véhicules produit chaque jour. Ces véhicules sont tous vendus. 

Un ralentissement de la cadence annoncé 

Une réduction de la cadence pourrait cependant permettre au site de résorber une partie de ses problèmes de stockage : "La direction sauvée par le manque de pièces !" a déclaré le syndicat FO Sochaux sur sa page Facebook ce jeudi 24 novembre. Selon le syndicat, la direction a annoncé ce mardi matin, lors d'un CSE extraordinaire, que la journée de demain, vendredi 25 novembre, serait non-travaillée sur les lignes de montage des voitures 3008 et 5008. Un problème d'approvisionnement de pièces utilisées sur les feux arrières des 5008 serait en cause. Elles requièrent notamment des semi-conducteurs, pièce dont l'usine a déjà souffert des pénuries récurrentes. 

Les secteur du ferrage, de la peinture et du "bout d'usine pour évacuer les voitures" travailleront tout de même ce vendredi 25 novembre. Un CSE ordinaire est prévu le mardi 29 novembre. Selon le syndicat FO, une nouvelle journée non travaillée pourrait y être annoncée.

Avec AFP

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité