9H50 le matin en Bourgogne Franche-Comté

Lundi, mardi, mercredi, jeudi et vendredi de 9h50 à 10h30
Logo de l'émission 9H50 le matin en Bourgogne Franche-Comté

Le 52 Battant : la culture, un acteur de l’économie en Bourgogne-Franche-Comté

Le 52 Battant: un acteur culturel et économique du Grand Besançon / © Nicolas Miot
Le 52 Battant: un acteur culturel et économique du Grand Besançon / © Nicolas Miot

Le 52 Battant est une structure au service des Industries Culturelles et créatives (ICC) du Grand Besançon. Sa mission est de favoriser et accompagner l'entrepreunariat culturel grâce au coworking, à des formations et à un lieu d'exposition. 

Par Fatima Larbi

Revoir l'émission

Le  52 Battant  vient d’ouvrir à Besançon. Ce nouvel espace, accompagne et met en valeur les Industries Culturelles et Créatives (ICC) du Grand Besançon.
Selon un proverbe africain, la culture est l'un des leviers les plus importants à actionner pour réhabiliter et relancer l'économie tout en produisant du sens. Cela pourrait être une définition des Industries Culturelles et Créatives.

►Les Industries Culturelles et Créatives (ICC)


Ce sont des  industries qui touchent à la fois la création, la production et la commercialisation de contenus créatifs, de nature culturelle et immatérielle. Elles représentent un secteur économique pas assez mis en valeur et longtemps considéré comme marginal. Aujourd’hui les CIC occupent une place croissante dans l’économie. En 2014 la culture équivaut à 3,2% du PIB.et en 2015 les ICC représentait 104 milliards du PIB français et 1,7 million d’emplois. Elles jouent un rôle croissant dans l’économie du pays, de nombreuses structures sont mises en place pour favoriser leur création et leur réussite. C’est le cas du 52 rue Battant à Besançon. 
Le 52 Battant à Besançon met en valeur les Industries Culturelles et Créatives / © Mathieu Blondeau
Le 52 Battant à Besançon met en valeur les Industries Culturelles et Créatives / © Mathieu Blondeau

►Le 52 rue Battant


En 2009, 351 entreprises ICC étaient recensées sur le Grand Besançon. Un potentiel économique qui motive la ville de Besançon et le Grand Besançon pour créer une structure favorisant leur développement. Son but, leur apporter une aide pratique et matérielle : soutien au management, informations sur les financements, espace où travailler et exposer. Un lieu a été retenu, le n° 52 de la rue Battant, au cœur de la ville de Besançon. Le nom de cette nouvelle structure est trouvé, le 52 Battant . Les élus espèrent redonner une nouvelle dynamique au coeur historique de la ville.
Le 52 Battant à Besançon : redynamiser le coeur de la ville de Besançon / © Mathieu Blondeau
Le 52 Battant à Besançon : redynamiser le coeur de la ville de Besançon / © Mathieu Blondeau

Sa mission s’articule autour de 3 axes :
-Le coworking : 15 postes de travail sont proposés pour ceux qui ont besoin de bureaux ponctuellement ou de manière permanente ;
-Un lieu d’exposition pour exposer et vendre la production des artistes :
-L’orientation, la formation et la possibilité d’échanges : des ateliers, des stages ou des rencontres sont proposés aux entrepreneurs.
C’est une association, née à Dijon, qui a été retenue pour assurer la gestion du lieu : la Coursive Boutaric.

►La coursive Boutaric


Cette association a déjà 7 ans d’expérience. Elle est née en 2010 à Dijon, dans un immeuble du quartier des Grésilles, dont elle a pris le nom. Elle a, elle aussi, pour mission la valorisation des industries culturelles et créatives de la région dijonnaise ; Plusieurs entreprises culturelles de la région s'y retrouvent : une vingtaine qui emploie 70 salariés permanents.  En 2014, elle est labellisée PTCE, Pôle territorial de coopération économique, par l’État.

Avec le 52 Battant, la Bourgogne et la Franche-Comté se retrouvent liées dans une même aventure : faire de la culture un acteur économique pour la région.
Aurélie Miller, responsable du 52 Battant est l'invitée de la matinale.


Les autre thèmes de 9H50 le matin du 24 novembre 2017


•"Sans décoder ?!", le festival des cultures numériques


A Dompierre- les-ormes, c’est la première édition du festival "Sans Décoder", le festival des cultures numériques. Le but est de montrer que le numérique prend des formes très variées, qu'il peut être ludique, créatif, inventif et qu'il s'adresse à tous, petits et grands, geek ou débutants.
Festival "Sans décoder ?!" / © Festival "Sans décoder ?!"
Festival "Sans décoder ?!" / © Festival "Sans décoder ?!"
Pendant 3 jours, du 24 au 26 novembre, beaucoup de choses sont prévues, sous 3 formes principales :
- des rencontres : échanges et discussion autour d'un thème avec des invités (artistes, You tubeur...)
- des ateliers pour s'initier au code, créer un robot, un livre ou une BD numérique
- des performances artistiques : certaines font participer le public 
Cette année la thématique du festival est " langue et langage".

•Bande dessinée : "un grand vin de Bourgogne"


Emmanuel Guillot est propriétaire vigneron du domaine Guillot Brot à Cruzille en Saône et Loire Son expérience sert de toile de fond aux BD qu’il écrit avec Hervé Richez, Après les  "Un grand bourgogne oublié" tome 1,  ils continuent à emmener leurs lecteurs dans un univers dont la toile de fond est l’amour du vin en s’inspirant de personnes réels. Leur deuxième volume relate la quête de Manu, le héros, à la recherche d’un liquoreux d’exception. 

•C’est votre tour est à  Mouthe dans le Haut Doubs


Franck Ménestret est à Mouthe, dans la forêt, au-dessus du village. Là, il nous fait découvrir le métier de "sanglier". Après que les arbres soient abattus, cet artisan découpe des bandes de bois dans les épicéas puis le fait sécher.
Fabrication du Mont d'Or
Fabrication du Mont d'Or
Ces lamelles serviront à cercler les Mont d’Or, un fromage typique de la région, lui donnat son tanin pendant l’affinage.














A lire aussi

Crise politique à Ornans