Ensemble c’est mieux !

Lundi, mardi, mercredi, jeudi et vendredi à 10h45
Logo de l'émission Ensemble c’est mieux !

“L’aventure de l’automobile”, l'exposition phare du salon Auto Moto Rétro

L'aventure automobile au salon Auto Moto Rétro / © Congrexpo
L'aventure automobile au salon Auto Moto Rétro / © Congrexpo

Du 6 au 8 Avril 2018, le salon Auto Moto Rétro propose au public une exposition sur l'histoire de l'automobile, "l'aventure de l'automobile". Une exposition inédite conçue par un collectionneur et amateur éclairé, Marcel Pruniaux.

Par Fatima Larbi

Depuis 2016, Dijon a son salon automobile, Auto Moto Rétro, organisé par Dijon Congrexpo et l’Automobile de Bourgogne. Un événement dont la notoriété ne cesse de croître, 19 000 visiteurs étaient venus en 2017, soit 5,5 % de plus que la première année. En 2018, le salon va avoir lieu du 6 au 8 avril au palais des Congrès. Grâce à la participation d’une quarantaine de clubs et d’associations, les amateurs vont pouvoir admirer plus de 400 véhicules de plusieurs marques et de plusieurs époques. De nombreux passionnées et professionnels du secteur seront présents. Un salon qui se veut généraliste mais qui dans le programme de cette nouvelle édition propose de nombreuses nouveautés. Présentation exclusive d’une voiture rare la Monica 560, des expositions autour de 2 marques emblématiques, Porshe et Salmson, une expo photo…. 
La notoriété du salon Auto Moto Rétro ne cesse de croître / © Congrexpo
La notoriété du salon Auto Moto Rétro ne cesse de croître / © Congrexpo

Mais l’événement phare de cette nouvelle édition et une exposition "l’aventure de l’automobile". Elle raconte l’histoire de l’automobile de la fin du XIX eme siècle à nos jours en 12 étapes illustrées par des véhicules issus de collections privées. Une 60 aine en tout, surtout des modèles courants, que l’on croisait dans les rues de l’époque.
C’est Marcel Pruniaux, collectionneur de voitures anciennes et amateur éclairé, qui est a à l’origine de cette exposition inédite. Une passion que cet homme, né en 1939, a depuis l’âge de 6 ans. A cette époque, juste après la seconde guerre mondiale, les automobiles étaient des objets rares, de luxe, que l’on rangeait dans les garages et que l’on  sortait pour les grandes occasions. C’est aussi à cette époque que le jeune Marcel lisait les revues que son père achetait, des lectures en long et en large jusqu’ à connaître par cœur, le nom des marques, les modèles. Une passion au goût de l’enfance !
Il la partage avec nous dans 9h50 le matin en Bourgogne-Franche-Comté du jeudi 5 Avril 2018.
© Congrexpo
© Congrexpo


La voiture était un objet de luxe, que l’on recouvrait d’une couverture pour la protéger dans le garage et on y tenait comme à la prunelle de ses yeux.. - Marcel Pruniaux

Sa première voiture, il l’achète en 1963, une Dauphine qui alors n’est pas encore une voiture de collection. A cette époque la passion des voitures anciennes, "les tacots ", est une affaire de farfelus, souvent des professionnels de l’automobile (garagistes, mécaniciens…).
Un peu plus tard, dans les années 70 que l’intérêt pour les voitures anciennes se développe. En 1975 paraît le premier numéro de "l’Auto Journal". Dans les campagnes, les vieilles voitures des années 1930 sortent des granges, les passionnés s’y intéressent et les restaurent. En 1969, Marcel Pruniaux achète ses premières voitures de collections, des tractions avant. Toute sa collection sera bercée par  les voitures de son enfance, 2CV, 4CV, Panhard Louis XV… jusqu’à sa dernière acquisition une Ford vedette coupée de 1952.

A cette époque les voitures pouvaient se distinguer grâce à leur formes et au bruit du moteur,  l’automobile avait un aspect poétique qui a disparu… - Marcel Pruniaux
Pour les collectionneurs de voitures anciennes, les salons sont aussi l'occasion d'échanger leurs expériences / © Congrexpo
Pour les collectionneurs de voitures anciennes, les salons sont aussi l'occasion d'échanger leurs expériences / © Congrexpo
Aujourd’hui Il y a aussi des mordus d’automobile, mais les temps ont changés. La voiture est devenue un outil, elle s’est banalisée et est fabriquée en très grande quantité. Les jeunes collectionneurs s’intéressent toujours aux voitures anciennes, celles de leur enfance, des voitures des années 80…
C’est dans les clubs que se retrouvent tous ces passionnés, quel que soit leur génération. Là ils ont l’occasion d’échanger leurs expériences et leurs astuces. Pour les collectionneurs, les salons automobiles sont aussi un lieu de rencontre. Ce sont aussi des événements qui peuvent faire naître de nouvelles vocations.

Re(voir) Marcel Pruniaux, invité dans 9H50 le matin










A lire aussi