bourgogne
franche-comté
Choisir une région

Ensemble c’est mieux !

Lundi, mardi, mercredi, jeudi et vendredi à 10h45
Logo de l'émission Ensemble c’est mieux !

Peyo un cheval thérapeute dans un EHPAD en Bourgogne-Franche-Comté

Peyo un cheval qui fait du bien aux personnes qui souffrent / © France 3
Peyo un cheval qui fait du bien aux personnes qui souffrent / © France 3

Deux jours par mois, le cheval Peyo se rend au chevet des pensionnaires de l’EHPAD "les vergers de la Chartreuse" à Dijon. A son contact, les pensionnaires de l'établissement retrouvent un peu de paix et le sourire.

Par Fatima Larbi

Revoir l'émission

Il s’appelle Peyo, c’est un pur-sang arabe de 14 ans et il est l’idole des résidents de l’EHPAD "les Vergers de la Chartreuse" à Dijon.

Depuis novembre 2017, 2 jours par mois les personnes âgées des "Vergers de la chartreuse" reçoivent une étonnante visite. Peyo,  un cheval de 500 kg qui  prend l’ascenseur, va à la rencontre des résidents dans les couloirs dans les chambres. Des patients âgés  entre 62 et 102 ans, atteints de pathologies diverses, parfois très lourdes. Peyo n’est pas seul, il est accompagné par son vieux compagnon de route, Hassen Bouchakour.
Peyo et Hassen Bouchakour aux Vergers de la Chartreuse à Dijon / © France 3
Peyo et Hassen Bouchakour aux Vergers de la Chartreuse à Dijon / © France 3
Cela fait déjà 6 ans qu’ils se connaissent, au moment où Hassen cherchait un cheval pour monter un spectacle. Mais au début les choses se passent mal entre eux. Hassen n’arrive à rien avec l’animal, il baisse les bras et là les choses s’améliore, une véritable relation fusionnelle se met en place entre eux, il se rend compte que Peyo a la capacité d’aller vers les personnes qui souffrent et leur faire du bien. Il a lui-même l’occasion de l’expérimenter à un moment difficile de sa vie.
Peyo et Pierre, sous le regard ému de Hassen. / © France 3 Bourgogne
Peyo et Pierre, sous le regard ému de Hassen. / © France 3 Bourgogne
 C’est un cheval doté d’une sensibilité incroyable et d’une empathie dont on ne sait pas d’où elle provient  - Hassen Bouchakour

Suite à ce constat, Hassen crée l’association "les sabots du cœur". En plus de sa carrière d’artiste, il se lance avec Peyo dans une nouvelle activité bénévole, l’équithérapie. Ils vont à la rencontre des personnes souffrantes, dans les hôpitaux, les maisons de retraite et les établissements psychiatriques.
Pour rendre visite aux malades, Peyo doit apprendre de nouvelles choses : marcher sur le carrelage, prendre l’ascenseur, maitriser son équilibre, contrôler ses besoins. Avant chaque intervention il doit se plier à un protocole sanitaire très strict : shampoing, déparasitage, dépoussiérage…
Peyo se prépare avant d'aller à la rencontre des pensionnaires des vergers de la Chartreuse / © France 3
Peyo se prépare avant d'aller à la rencontre des pensionnaires des vergers de la Chartreuse / © France 3
Les résultats dépassent toutes les espérances. C’est le cas auprès des pensionnaires de l’EHPAD/USLD "les Vergers de la Chartreuse", un établissement d’hébergement pour personnes âgées comportant une structure médicalisée pour personnes en perte totale d’autonomie.

C’est particulier un service de gériatrie, la mort et la souffrance sont très présents… c’est un lieu où des personnes viennent finir leur vie, l’humanité doit être au cœur des préoccupations du service - Marie Lombard, médecin gériatre aux vergers de la Chartreuse

Cela fait déjà quelques années que l’établissement s’intéresse à la zoothérapie pour soulager ses patients et que les bienfaits de la médiation animale ont pu être constatés. Deux chiens viennent régulièrement dans le service.
Avec Peyo et l’équithérapie, les bienfaits sont amplifiés , le personnel est conquis. Les résidents retrouvent des souvenirs, se mettent à les raconter, à sourire et sortent de leur chambre. La magie opère. Le service s’apaise au grand étonnement des soignants qui, malgré un long travail, n’arrive pas à entrer en contact avec certains patients.
Avec Peyo le service s'apaise / © France 3
Avec Peyo le service s'apaise / © France 3
Une part de magie qui ne peut pas être expliquée mais que tout le monde constate. L’un des secrets de cette réussite est que c’est le cheval qui choisit à qui il va donner du réconfort, de la tendresse. Une thérapie non médicamenteuse qui permet parfois de réduire l’utilisation de médicaments.
Cette expérience est évaluée. L’art thérapeute du service suit Peyo auprès de certains patients. Elle note leurs réactions avant l’arrivée du cheval, pendant qu’il est là et après son départ. Des observations qui sont consignées dans les dossiers de soins.
Un projet qui fait du bien aux patients et à leur famille, mais aussi aux soignants qui se retrouvent autour d’un projet et d’un cheval thérapeute.
Pierre-Hubert Ducharme, cadre de santé, et Sandrine Bougenot, aide-soignante, partage leur expérience avec la matinale.


Les autres thèmes de 9H50 le matin du 23 Mars 2018

• Chronique musiques actuelles : William Brutus


Maryline Barate nous fait découvrir un nouvel artiste, Williams Brutus, un artiste dijonnais qui monte en puissance. Son style musical s’apparente plutôt au reggae mais on y reconnaît aussi de la pop et de la musique world, une musique trés métissée.
© William Brutus
© William Brutus
Originaire d’Haïti  il a été adopté à l’âge de 5 ans par une famille mâconnaise. En 2014 il redécouvre sa ville natale "L’Estère", le nom qu’il donne à son premier album qui sort début février 2018. Un album très personnel !

• C’est votre tour est à Navenne en Haute-Saône


Personne n’est à l’abri d’un accident de la vie, ou d’une malformation à la naissance pouvant entraîner un handicap. Il faut alors "vivre avec" où réapprendre à vivre autrement. Franck Menestret nous emmène au centre  de rééducation fonctionnelle de Navenne, où des professionnels de santé œuvrent au quotidien pour redonner, mobilité, autonomie, et plaisir de vivre aux personnes porteuses d’un handicap.

Et souvent cette joie de vivre, cette volonté de se battre est liée à une activité sportive. Patrick Gentilhomme est un grand sportif en situation de handicap, il nous explique comment le sport l’a aidé à tenir.






A lire aussi