• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Ensemble c’est mieux !

Lundi, mardi, mercredi, jeudi et vendredi à 10h50
Logo de l'émission Ensemble c’est mieux !

Des ultrasons pour soigner le Cancer de la prostate en Bourgogne-Franche-Comté

Des ultrasons haute fréquence, offre une alternative à l'opération en cas de cancer de la prostate. / © France3 RA
Des ultrasons haute fréquence, offre une alternative à l'opération en cas de cancer de la prostate. / © France3 RA

A Besançon, la clinique Saint-Vincent est le seul établissement de la région à proposer un traitement du cancer de la prostate qui utilise des "ultrasons haute fréquence" (UHFI). Une technique sans chirurgie qui est moins invalidante pour les patients.

Par Fatima Larbi

Revoir l'émission

1 homme sur 9  déclarera un cancer de la prostate au cours de sa vie.


C’est le cancer le plus répandu chez l’homme, le plus souvent après 65 ans. Diagnostiqués suffisamment tôt, 90 % des cas peuvent être guéris.
A Besançon, la clinique saint Vincent expérimente un nouveau traitement, non chirurgical ; la technique des  "ultrasons focalisés de haute intensité" : UHFI. Une technique encore pionnière, non invasive, qui permet un meilleur confort pour les patients. L’établissement est le seul à proposer ce traitement en Bourgogne-Franche-Comté.

Le cancer de la prostate c’est quoi ?


La prostate est une glande faisant partie de l’appareil génital masculin située entre la vessie et le rectum.
La prostate, une glande faisant partie de l’appareil génital masculin / © FTV
La prostate, une glande faisant partie de l’appareil génital masculin / © FTV

Elle participe à la production du liquide séminial, composant le sperme, qui permet le transport des spermatozoïdes fabriqués dans les testicules. Le cancer prostatique apparaît lorsque  des cellules anormales se multiplient dans la glande et finissent par former une tumeur.
Comme pour le cancer du sein chez la femme, le dépistage précoce ainsi que l’amélioration et l’évolution des techniques ont permis de faire diminuer les taux de mortalité pour ce cancer.

Le cancer de la prostate en chiffres


En France :
-71 000 nouveaux cas par an.
-90 % des cas sont guéris quand ils sont repérés tôt, d’où l’importance de la prévention.
-Age moyen du diagnostic 71 ans.
-8207 décès estimés en 2017 contre 8625 en 2013 : diminution du taux de mortalité.
-Taux de survie des patients : 93 % à plus de 5 ans et 80% à plus de 10 ans.
Cancer de la prostate : le dépistage précoce et l'évolution des techniques font baisser la mortalité / © FTV
Cancer de la prostate : le dépistage précoce et l'évolution des techniques font baisser la mortalité / © FTV
En Bourgogne-Franche-Comté :
-2836 nouveaux cas par an (entre 2008 et 2010)
-437 décès par an (entre 2009 et 2013)

Les ultrasons focalisés : une innovation thérapeutique


Il existe différents traitements pour traiter le cancer prostatique, les plus utilisés étant la chirurgie et la radiothérapie. Certaines formes de cette maladie, tout comme  la plupart des traitements, ont des effets invalidants sur la vie des malades : troubles urinaires et de l’érection. Le traitement par ultrasons, sans chirurgie, constitue une alternative qui préserve la qualité de vie du patient et favorise un retour rapide à une vie normale.
Le procédé des ultrasons focalisés de haute intensité (HIFU) avec l’appareil Focal One, fabriqué à Vaux-en-Velin est utilisé depuis 2013 à l’hôpital Edouard Herriot, à Lyon.
Intervention dans les services d'urologie de l'Hôpital Edouard Herriot de Lyon / © France3 RA
Intervention dans les services d'urologie de l'Hôpital Edouard Herriot de Lyon / © France3 RA
 
Depuis 2 ans, la clinique Saint Vincent, à Besançon, a rejoint une étude nationale évaluant cette nouvelle technique de soin. Elle mesure les avantages de cette méthode par rapport à la chirurgie.
Le principe  de l’HIFU associe l’imagerie IRM, des ultrasons de haute intensité et l’échographie 3D prise par la sonde introduite dans le rectum. Cette technique permet au chirurgien une plus grande précision et la possibilité d’ajuster le traitement en temps réel. Seule la partie cancéreuse est traitée, les tissus sains sont préservés. Il n’y a pas d’ablation, donc pas de cicatrices. Le traitement se fait en ambulatoire, une seule séance de 30 minutes à 2 heures selon les cas. Un traitement que la clinique ne propose, pour l’instant, qu’aux hommes de plus de 70 ans.
Le docteur Pierre-Charles Henry, chirurgien urologue et pilote de cette étude, est l’invité de la matinale.


Les autres thèmes de 9H50 le matin du  24 janvier 2018


•"Scènes en vert" : un festival dédié à l'environnement


Le festival "scènes en vert" dédié à l’environnement a lieu à Dijon du 24 au 30 janvier 2018. Il est organisé par le théâtre de l’espoir, compagnie Pierre Lambert. Pour cette première édition, pendant toute une semaine, des spectacles, des films, des discussions sont proposés pour faire réfléchir sur l’environnement, enjeu majeur du 21eme siècle.
Le festival "Scènes en Vert" est dédié à l’environnement / © PIxabay
Le festival "Scènes en Vert" est dédié à l’environnement / © PIxabay

Le 26 janvier à 20h00, le Théâtre de l’Espoir accueillera Bernard Ronot, un agriculteur converti à des modes de culture sans produits chimiques. Son intervention se fera en préambule de la diffusion du film documentaire "le Roundup face à ses juges" de Marie Monique Robin qui sera elle aussi présente.
Pierre Lambert, créateur du festival, est l’invité de la matinale.

•Des perruques pour les malades 


Isabelle Bidault, invitée de la matinale, tenait un commerce de vente de produits créatifs. Il y a 4 ans, avec l’aide de BGE, elle a repris une boutique de perruques pour malades qui cherchait un repreneur, "le perruquier" à Dijon.

Une reconversion qui lui a demandé un temps de formation pour apprendre à bien prendre en charge ses clients, pas tout à fait comme les autres. Des personnes malades, en grande souffrance qui ont besoin de temps et de conseils adaptés. Un travail qui lui demande aussi de se déplacer pour aller à la rencontre des malades, à l'hôpital, au centre de traitement du cancer, chez eux...

•A la Une : Cosinus


Cosinus se définit comme  un magazine "pour être fort en maths et découvrir les sciences (biologie, physique, chimie, astronomie, etc.) de manière concrète et vivante, à partir du collège". Un mensuel à destination des adolescents.
Tom Gérard-Hirne, rédacteur de Cosinus, est l’invité de la matinale.










































Assises de Côte-d'Or : un septuagénaire jugé pour le meurtre d’une retraitée à Talant