9H50 le matin en Bourgogne Franche-Comté

Lundi, mardi, mercredi, jeudi et vendredi de 9h50 à 10h30
Logo de l'émission 9H50 le matin en Bourgogne Franche-Comté

Une voix pour deux mains : une association pour la promotion de la langue des signes en Bourgogne-Franche-Comté

Une voix pour deux mains / © Pixabay
Une voix pour deux mains / © Pixabay

En créant l’association "Une voix pour deux main", au Creusot, Véronique Lamour veut promouvoir la langue des signes française (LSF) et accompagner les personnes sourdes. C’est seulement en 2005 que la LSF est reconnue comme langue à part entière, après 2 siècles d’existence.

Par Fatima Larbi

Souvent, pour les personnes sourdes, être sourd n’est pas qu'avoir un sens en moins. C’est avoir un autre rapport au monde, une autre culture, une autre langue,: la langue des signes.
60 % des sourds ne savent ni lire, ni écrire et sur 6 millions de personnes sourdes et malentendantes, seulement 100 000 utilisent le langage gestuel. Un moyen de communiquer qui a mis 2 siècles pour être reconnu.

Revoir 9H50 le Matin

► Une voix pour deux mains accompagne les personnes sourdes


Au Creusot, Véronique Lamour, invitée de la matinale, a créé une association "une voix pour deux mains". Elle fait la promotion de la langue des signes et souhaite accompagner bénévolement les sourds dans leurs démarches, en assurant la traduction. Elle anime aussi avec des amis sourds des cours d’initiation à la dactylographie avec l’alphabet de la langue signée.
© France 3 Besançon
© France 3 Besançon

Véronique a toujours était intéressée par la langue des signes. Elle l’a découverte à Montceau-les-Mines, dans son école primaire où existait une classe pour les enfants sourds. Tout au long de sa vie, elle a côtoyé des personnes sourdes, un nom signé lui a même été donné "nez retroussé". L’idée de prendre des cours lui est venue lorsque son fils intègre une crèche qui utilise la langue des signes pour bébés. Constatant le manque de traducteurs et le coût élevé des prestations, elle essaie de mettre à profit son expérience.

► La langue des signes française


La langue des signes est une langue à part entière, c’est une langue visuelle qu’utilisent les sourds pour communiquer entre eux mais aussi avec les entendant ayant appris cette langue  (enseignants, orthophonistes, soignants, traducteurs…).
Aurélie Dumont, formatrice en langue des signes / © France 3 Besançon
Aurélie Dumont, formatrice en langue des signes / © France 3 Besançon

Elle est structurée par plusieurs paramètres : la position des doigts, de la main, les mouvements et les expressions du visage. Elle comporte une syntaxe et une grammaire.
Il n’y a pas de langue des signes universelle, Il en existe autant que de communautés de sourds. Sur la centaine existence seules quelques-unes ont obtenu une reconnaissance légale. C’est le cas en France où la loi du 11 février 2005 reconnaît la langue des signes française (LSF) comme une langue à part entière.   Au-delà d’une langue c’est toute la richesse d’une culture, «  la culture sourde », qui est reconnue.

► La langue des signes : une longue conquête


Pendant longtemps, les sourds ont été isolés et ne disposaient pas d’un langage gestuel élaboré pour communiquer. Dans les sociétés occidentales, marquées par Platon et Aristote, sans accès au langage, il n’y avait pas d’accès à la raison. Très longtemps les sourds étaient perçus comme des simples d’esprit.
Dès le 16 eme siècle les enfants sourds commencent à être instruits par des percepteurs.
- 1760 :l’abbé Charles Michel l’Epée, en observant des jumelles communiquer entre elles par gestes, découvre l’existence d’une langue des signes qu’il l’utilise pour instruire les enfants sourds. Il ouvre une école à Paris qui deviendra l’institut national des jeunes sourds aujourd’hui institut Saint Jacques.
Apprentissage de langue des signes / © France 3 Normandie
Apprentissage de langue des signes / © France 3 Normandie

1880 : "Le congrès international pour l’amélioration du sort des sourds muets" qui se tend à Milan ; décrète à la majorité que la méthode orale pure doit être préférée à tout autre méthode. Les "oralistes" l’emportent et la langue des signes est marginalisée et finit par s’appauvrir. Pendant 1 siècle elle est proscrite et ce n’est qu’en 1976 que l’interdiction d’enseigner en langue des signes est levée en France.
- 1980- 1990 : Le linguiste William Stokoe étudie la langue des signes comme une véritable langue. La culture sourde qui y est associée est étudiée par les chercheurs. En 1993 Emmanuelle Laborit, comédienne sourde reçoit le Molière de la révélation théâtrale pour son rôle dans "les enfants du silence". Le métier de d’interprète LSF – français se professionnalise et est validé  par un diplôme. Les mentalités évoluent et en 2005 La LSF est reconnue comme une véritable langue. En 2008  une option LSF est mise en place au bac et en 2010 le CAPES de LSF est créé.

Les autres thèmes de 9H50 du 27 février 2017


• Les ateliers de la Lizaine à Montbéliard


Le centre de formation des apprentis du pays de Montbéliard qui abrite l’école de maroquinerie Boudard  s’étend au centre-ville dans l’ex maison de l’emploi de Montbéliard qui a pour son nom "les ateliers de la Lizaine". 900 mètres carrés qui accueillent un atelier, des postes de travail, des machines pour travailler le cuir.
© France 3 Nevers
© France 3 Nevers

Cette initiative est le fruit d’un partenariat  entre le BTS métier de la mode, chaussure et maroquinerie du lycée Huisselets à Montbéliard et le BTS design du lycée Jacques Duhamel à Dole. 30 élèves devront élaborer une collection d’accessoires en cuir. Des formations qualifiantes très recherchées par les professionnels.
Christophe Straumann, directeur du CFA du pays de Montbéliard, est l’invité de la matinale.


• C’est votre tour est au salon de l’agriculture à Paris


Florence Cicolella et Amélie Douay sont au Salon de l’Agriculture qui se tient du 24 février au 7 mars. Elle nous fait découvrir le Salon du Fromage et des Produits Laitiers où se retrouve les acteurs de cette filière pour  mettre en valeur leur savoir-faire et leurs produits. Pendant 4 jours du 25 au 28 février 2018, il rassemble 6720 professionnels  et 190 exposants.
© Christian Watier / Maxppp
© Christian Watier / Maxppp
La Bourgogne-Franche-Comté, terre laitière et de produits laitiers, est présente avec des produits phares comme le Comté, le Morbier…


•A la Une : Bourgogne Magazine


Depuis 1995, Bourgogne Magazine, propose à ses lecteurs une rencontre avec la région. Patrimoine, gastronomie et vin, littérature, promenade… tout ce qui fait le territoire bourguignon.
Dominique Bruillot est l'invité de la matinale.


 






Prélèvement à la source : les entreprises s'organisent