Réforme de la formation professionnelle : des changements, pour quoi faire ?

Formation dans un centre AFPA
Formation dans un centre AFPA

Muriel Pénicaud, la ministre du travail, veut tout changer dans la formation professionnelle. Les entreprises et les salariés, que peuvent-ils en attendre ? Du bon ? Du moins bon ? Du mauvais ? On en débat avec politiques, syndicaliste et représentante des chefs d'entreprise.

Par Catherine Eme-Ziri

Muriel Pénicaud a décidé de tout changer dans la formation professionnelle. La ministre du travail veut augmenter le nombre de salariés en formation et mieux adapter les formations aux besoins des entreprises.
Elle a changé, par exemple, le compte formation des salariés : il n'est plus en heures de formation mais en euros. Au minimum 500 euros, jusqu'à 800 pour les moins qualifiés, cumulables sur 10 ans. Mieux  ou moins bien ?

Pourquoi miser sur la formation ? Dans l'intérêt des salariés ? Des entreprises ? 

Pour en débattre durant une demi-heure, 4 invités sur le plateau :
  • Océane Charret-Godard, vice-présidente au conseil régional de Bourgogne - Franche-Comté où elle est en charge de la formation professionnelle et l'orientation
  • Christine-Noëlle Baudin, chef d'entreprise et responsable au Médef
  • Philippe Pillot, salarié chez Alstom et qui représente le syndicat FO
  • Denis Sommer, député LREM du Doubs, ancien socialiste et ancien vice-président au conseil régional Bourgogne - Franche-comté en charge de l'économie

Dimanche en politique - Réforme de la formation professionnelle : des changements, pour quoi faire ?

 

Dijon : derniers préparatifs au lycée Montchapet pour les épreuves du bac