• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

VIDEO. A Vesoul, les retraités mobilisés en nombre dans les rangs des “gilets jaunes”

Les retraités se mobilisent pour leurs droits, mais pas seulement. / © France 3
Les retraités se mobilisent pour leurs droits, mais pas seulement. / © France 3

Les retraités participent activement au mouvement des "gilets jaunes" en Franche-Comté. Très présent la journée sur les rond-points ou barrage filtrant, ils se relaient avec les actifs dès la première heure à parfois tard le soir.

Par Margot Desmas et Frédéric Buridant

Ils sont retraités et se mobilisent avec les "gilets jaunes" depuis le début du mouvement. Joëlle et Didier habitent près de Vesoul, ils manifestent pour faire valoir leurs droits. Mais pas seulement.

"Quand je vois les difficultés qu'ont les jeunes à travailler aujourd'hui, je me demande à quoi il faut s'attendre dans vingt ans. Je suis très inquiet pour l'avenir", explique Didier, retraité de l'automobile depuis mars.
 

S'il enfile son gilet jaune chaque matin, c'est avant tout pour ses trois enfants et ses deux petits-enfants. Mais aussi parce que c'est un mouvement apolitique, une initiative "qui vient du peuple". C'est pour cette raison qu'il dénonce les porte-paroles désignés des "gilets jaunes" : "personne ne nous a demandé notre avis, ils ne sont pas légitimes", clame-t-il.

Autour d'un rond point situé à la sortie de Vesoul, principal lieu de rassemblement des "gilets jaunes", il retrouve Joëlle et une soixantaine d'autres manifestants. La jeune retraitée de 60 ans a terminée sa carrière comme aide soignante dans une clinique privée.
 
A Vesoul, les retraités mobilisés en nombre dans les rangs des "gilets jaunes"
>> Frédéric Buridant et Camille Saiseau

 

Mobilisés jusqu'à Paris


Elle touche 1200 euros par mois et peine souvent à boucler ses fins de mois. "C'est dur pour tout le monde : les salariés, les petits patrons, énumère-t-elle. Mais si je suis sur les barricades, c'est surtout pour mes collègues aides-soignantes qui sont payées une misère pour un travail énorme".

Une fois à la retraite, Joëlle pensait voyager mais ses finances ne lui permettent pas. Alors elle rejoint la lutte et, comme Didier, elle ira à Paris ce samedi pour se faire entendre de l'Elysée. Sa toute première manifestation.

"Nous les retraités, on n'est pas des guignols. Si on vient c'est parce que c'est important et ça encourage d'autres personnes à venir", reprend Didier qui se réjouit de retrouver tous les "gilets jaunes" de France à la capitale.

 

Sur le même sujet

Dijon : des lycéens s'agenouillent en soutien à ceux interpellés à Mantes-la-Jolie

Les + Lus