Journée mondiale des donneurs de sang : en Bourgogne-Franche-Comté, une semaine de collectes spéciales

L'été approche et les réserves sont jugées trop basses par l'Établissement français du sang. Du samedi 12 au vendredi 18 juin, elle lance une opération de "collectes événementielles" en Bourgogne-Franche-Comté. Cette semaine est aussi l'occasion de mettre en avant la culture et la restauration.

L'EFS met en avant la culture et la restauration avec cette édition 2021 de la Journée mondiale des donneurs de sang.
L'EFS met en avant la culture et la restauration avec cette édition 2021 de la Journée mondiale des donneurs de sang. © Marion Le Blond

Depuis fin mars, la situation des réserves de sang en Bourgogne-Franche-Comté est alarmante. Moins de 85 000 poches sont disponibles, avec un manque particulièrement important pour les groupes O et B. La pénurie commence aussi à toucher le groupe A négatif.

L'EFS profite donc de la Journée mondiale des donneurs de sang pour organiser une série de 8 collectes événementielles dans les plus grandes villes de la région.

8 collectes événementielles en Bourgogne-Franche-Comté

La première a eu lieu ce samedi à Auxerre. Les autres se dérouleront successivement :

Cette semaine est également l'occasion de mettre en avant les secteurs de la culture et de la gastronomie. A chaque lieu de collecte, les restaurateurs ou traiteurs locaux concocteront des collations pour les donneurs. Des caricaturistes, danseurs ou troupes de théâtre seront également présents pour proposer des animations.

Un appel à l'aide de l'EFS

"Depuis 2010, on essaie d'avoir douze jours de stocks de sang. Ça nous permet de transfuser tous les patients des hôpitaux de la région", explique le docteur Mohamed Slimane, directeur adjoint de l'EFS Bourgogne-Franche-Comté. "Aujourd'hui, on y parvient difficilement."

La semaine du 14 juin est critique pour l'EFS. Lorsqu'elle est réussie, la Journée mondiale des donneurs de sang permet de lisser les stocks jusqu'au 15 août. "Les gens partent en vacances l'été. Forcément, on reçoit moins de dons", précise le docteur Slimane. "D'autant qu'avec les jours fériés du mois de mai et le déconfinement, on a déjà beaucoup perdu. D'où l'importance de cette semaine."

A noter que le sang des personnes vaccinées est particulièrement recherché. Le taux d'anticorps est en effet très élevé chez ces individus, ce qui peut "sauver la vie des gens qui sont malades".

Pour répondre aux besoins des patients dans la région, 600 dons par jour sont nécessaires. Actuellement, les chiffres sont compris entre 500 et 550. Cela engendre une "perte" de plus de 200 dons par semaine.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société