Accident des lycéens au lac de Chalain dans le Jura : "le véhicule est allé tout droit", le rescapé entendu, la conductrice mise hors de cause

Publié le Mis à jour le

L’accident avait fait 4 morts, le 19 janvier 2022 dans le Jura provoquant une vive émotion. L’enquête avance, le procureur de la république en a communiqué les premiers résultats après l’audition de l’unique rescapé de l’accident.

Une semaine après les obsèques des jeunes victimes âgées de 15 à 19 ans, le lycéen qui a survécu à l’accident de la route a pu expliquer ce qui s’était passé ce jour-là, sur cette petite route bordant le lac de Chalain. Il a été entendu par les enquêteurs samedi 29 janvier, quelques heures après l’hommage rendu à ses camarades dans l’enceinte du lycée Paul-Emile Victor à Champagnole.

“Il a confirmé que c'était la jeune majeure, seule titulaire du permis de conduire dans le groupe, qui était au volant du véhicule” indique le procureur de la République du Jura, dans un communiqué. Noé, Sarah, Natacha, Nathan, lycéens internes au lycée de Champagnole venaient ce jour-là, passer du bon temps, les routes du Jura étaient particulièrement glissantes avec du verglas qui a provoqué plusieurs accidents.

“Il a indiqué que le groupe d'amis avait projeté de se rendre au bord du lac de Chalain à un endroit bien connu de la conductrice pour y passer un peu de temps. Cependant, une barrière interdisant l'accès au lieu où ils avaient prévu d'aller, ils avaient décidé d'aller au domaine de Chalain, endroit où ils ne s'étaient jamais rendus ensemble auparavant. Le témoin a précisé que la conductrice roulait à une vitesse adaptée, mais que dans une légère courbe à droite le véhicule était allé tout droit. Malgré les tentatives de la conductrice pour rectifier la trajectoire, le véhicule avait quitté la route et ensuite versé dans la pente puis fait des tonneaux avant d'entrer dans l'eau à l'envers” précise le procureur Lionel Pascal.

Le rescapé est sorti par une vitre brisée

Le rescapé a indiqué avoir pu se détacher et sortir du véhicule par une vitre brisée. Il se trouvait alors à un endroit où il n'avait pas pied. Il avait nagé sur environ un mètre pour rejoindre la berge. Il était remonté sur le chemin conduisant à la route et avait arrêté le véhicule conduit par une femme qui avait alerté les secours et était retourné avec lui sur les lieux de l'accident pour guider les secours.

Le parquet précise que les examens médicaux légaux ont déterminé que les quatre victimes étaient décédées de noyades intervenues très rapidement pour trois d'entre elles. Un des mineurs avait survécu jusqu'à l'arrivée des gendarmes, mais a succombé à la conjugaison de l'hypothermie et de la noyade avant l'arrivée des pompiers.

Aucune faute commise par la jeune conductrice, décédée dans l’accident

Les examens toxicologiques établissent que la conductrice de la voiture à bord de laquelle 4 jeunes avaient pris place n'avait consommé aucun produit susceptible d'affecter sa vigilance ou ses capacités à la conduite.

L'exploitation d'une vidéo filmant la route en amont du lieu de l'accident confirme que la vitesse du véhicule était adaptée. Les investigations se poursuivent indique le parquet.