Les coiffeurs du Jura inquiets pour l'avenir de leur métier

Les coiffeurs sont-ils en danger ? Eux le pensent car ils estiment que la libéralisation de leur profession est en marche... Une loi permettant d'exercer la profession sans diplôme sera débattue en janvier. Reportage dans un centre de formation où l'inquiétude règne.

Les coiffeurs à l'image de beaucoup d'artisans redoutent une "libéralisation" de leur profession qui pourrait demain s'exercer sans aucun diplôme. Le ministre de l'Économie, Emmanuel Macron, veut faciliter l'accès à l'emploi et décloisonner certaines professions avec la future loi NOE (nouvelles opportunités économiques) qui sera votée en janvier 2016. Rien pour le moment n'a été décidé mais chez les professionnels de la coiffure, on se mobilise déjà.

Le ministre, lui, estime que les diplômes n'ont pas le monopole de la compétence en citant par exemple la restauration. Exemple dans le Jura chez un coiffeur et dans un Centre de Formation et d'Apprentis (CFA). 

Certains coiffeurs montent au créneau pour dénoncer un projet de loi en préparation. Il prévoir de rendre accessible certains métiers sans formation. De quoi faire dresser les cheveux sur la tête des professionnels de la coupe. Reportage de Laurent Ducrozet et Richard Négri. Avec : Olivier Guillaume, président de l'Union Nationale des Entreprises de Coiffure du Jura ; Julie Morel, élève du CFA ; Marie Rigoulet, élève du CFA ; Paul-Henri Bard, secrétaire Général Chambre de Métiers et de l'Artisanat de Franche-Comté