"On est très inquiets" : dans le Jura, la Transjurassienne 2024 menacée par le manque de neige

Pierre-Albert Vandel, président de l'organisme à la tête de la Transjurassienne, s'est montré "inquiet" pour la tenue de l'édition 2024 de plus grande course de ski de fond de France, le 10 et 11 février prochain. À deux semaines de l'épreuve, la neige se fait attendre et la Transju'jeunes, le 24 janvier a dû être déplacée à Prémanon (Jura).

Des vertes étendues herbeuses qui ne présagent rien de bon. À 20 jours du top départ de la Transjurassienne 2024, prévue le week-end des 10 et 11 février prochain, aucun flocon à l'horizon sur les communes des Rousses ou de Lamoura (Jura), étapes emblématiques de la plus grande course de ski de fond du monde, créé en 1979. Et si les neiges de la semaine dernière ont pu laisser flotter l'espoir d'une Transju aussi belle qu'en 2022, le redoux arrivé ces derniers jours a fait fondre le monteau blanc longtemps attendue. 

Annulée en 2020 et 2021, raccourcie en 2023 pour, déjà, un manque de neige, la course doit désormais constamment s'adapter aux fluctuations de la météo, avec des températures jouant au yoyo... et avec les nerfs des organisateurs de la Transju. "On n'a jamais connu une situation comme celle-ci" souffle Pierre-Albert Vandel, président de Trans'organisation. "On est inquiet, voir très inquiet pour cette année. Avec la neige qu'on a pour le moment, les possibilités de course n'existent même pas".

Sur tout le parcours, seule une partie du Massacre est enneigé, ainsi qu'une partie sur le Risoux, et une partie sur Pré Poncet. C'est très restreint, très limite. S'il n'y a pas de chutes de neiges prévues dans quelques jours, ça risque d'être compliqué.

Pierre-Albert Vandel,

président de Trans'organisation

Une décision finale devrait être prise le lundi précédent l'événement, soit le 5 février. Pour rappel, en novembre 2023, l'organisation de la course avait décidé de fixer un parcours unique pour chaque édition. Une nouveauté puisque depuis sa création, les étapes de la Transju étaient renouvelées chaque année et présentées quelques jours seulement avant le départ de l'épreuve. 

La Trans'jujeunes aura bien lieu

Petite consolation néanmoins, la 33ᵉ édition de la Transju'jeunes, version "junior" de la Transjurassienne, aura elle bel et bien lieu mercredi 24 janvier. Mais là aussi, avec des adaptations nécessaires au vu des conditions climatiques. Adieu le collègue du Rochat, aux Rousses (Jura), en contrebas duquel la course était historiquement organisée.

Le mercredi 24 janvier, les jeunes fondeurs s'élanceront au stade nordique des Tuffes, à Prémanon (Jura), seul site en capacité d'accueillir les 1 700 sportifs, avec une quantité et une qualité de neige suffisante. "Bien sûr, il a fallu faire quelques aménagements, notamment au niveau de l'accessibilité du site" reprend Pierre-Albert Vandel. "Mais tout devrait bien se passer, avec une météo clémente". Les jeunes skieurs partiront dès 10h du matin et pourront concourir sur différents parcours allant de 1 à 6 km, jusqu'à 16h.