Une quatrième femme accouche sur la route de l'hôpital de Lons-le-Saunier : “J'ai eu très peur”

© France Télévisions
© France Télévisions

Faute de maternité de proximité dans le Jura, de plus en plus de femmes enceintes n'ont pas le temps d'atteindre l'hôpital de Lons-le-Saunier pour y accoucher. Elodie De Mas, qui a donné la vie à une petite fille dans sa voiture le 7 janvier, témoigne. 

Par Camille Belsoeur

C'est un moment d'angoisse que redoutent toutes les femmes enceintes dans le Jura qui habitent à distance de la maternité de Lons-le-Saunier. Depuis la fermeture du service maternité de l'hôpital Saint-Claude le 3 avril 2018, le temps de trajet pour accoucher en sécurité s'est allongé pour certaines futures mamans. Conséquence, de plus en plus de femmes accouchent en chemin
 

Cela a été le cas d'Elodie De Mas, le 7 janvier 2020. Habitante de Grande-Rivière dans le département du Jura, elle avait accouché de son premier enfant à Saint-Claude. "De chez nous, on ne mettait que 25 minutes à se rendre à la maternité de Saint-Claude. Maintenant, on met le double de temps pour aller à Lons. Si la maternité de Saint-Claude n'avait pas fermé, on aurait eu le temps de s'y rendre", raconte t-elle. 


"On sait qu'un accouchement sur dix se passe mal"

Au lieu d'un lit d'hôpital, Elodie De Mas n'a pas eu d'autre choix que de donner naissance à son deuxième enfant, une petite fille, sur la banquette arrière de sa voiture. "J'ai eu très peur entre le moment où elle est née et le moment où elle a commencé à pleurer. J'était toute seule avec mon mari qui n'est pas médecin mais garde-forestier. S'il y avait un problème, on faisait comment ?", s'interroge t-elle. En pleine nuit dans le Jura le thermomètre était descendu à -5 degrés, alors que le mari d'Elodie avait ouvert la porte arrière du véhicule pour l'aider à accoucher. Des conditions assez inimaginables. 
 

C'est déjà la quatrième fois depuis avril 2018 qu'une femme accouche avant d'arriver à l'hôpital de Lons. Une situation qui ulcère évidemment André Jannet, le président du comité de défense et soutien de l'hôpital Saint-Claude. "Je suis révolté. Pour la quatrième fois de suite, ça se passe bien. Mais on sait sur le plan médical qu'un accouchement sur 10 se passe mal. Qu'est-ce qui va se passer quand ça sera le cas ?", interroge André Jannet, qui milite pour la réouverture de la maternité de Saint-Claude et compte interpeller les candidats aux municipales sur le sujet. 
 

Sur le même sujet

Les + Lus