Cet article date de plus de 4 ans

Longvic : les Faucheurs Volontaires ont détruit des parcelles de Colza

Les Faucheurs Volontaires font parler d'eux à Dijon. Lundi matin, ils ont "neutralisé" des plate-formes d'essai de colza. Ils sont ensuite allés sur une plateforme d'essai de Dijon Céréales et ont livré au siège, à Dijon, une partie de leur récolte. 
Les Faucheurs Volontaires d'OGM dans les locaux du siège de Dijon-Céréales - Lundi 28 Novembre 2016
Les Faucheurs Volontaires d'OGM dans les locaux du siège de Dijon-Céréales - Lundi 28 Novembre 2016 © France 3 Bourgogne (Photo : R. Liboz)
Tôt sans la matinée, lundi 28 novembre 2016 près de Dijon, 70 Faucheurs Volontaires d'OGM ont neutralisé deux plate-formes d'essai de colza contenant des variétés rendues tolérantes à des herbicides (VrTH) issues de mutagénèse.
© France 3 Bourgogne (Photo : R. Liboz)
Cette technique,  expliquent-ils, est définie comme OGM par la directive européenne 2001-18, mais elle est exclue de son champ d'application, ce qui exempte ces variétés de toute évaluation, traçabilité et étiquetage. Les Faucheurs volontaires dénoncent le développement de ces cultures :  "ces OGM se retrouvent cachés dans nos champs et nos assiettes."
Une variété de colza obtenu par mutagénèse
Une variété de colza obtenu par mutagénèse © France 3
Les Faucheurs Volontaires déclarent dans un communiqué : "il ne nous reste que la désobéissance civile, et entre autres cette action aujourd'hui que nous assumons et revendiquons pleinement."
© France 3 Bourgogne (Photo : R. Liboz)
Ils sont aussi intervenus sur une plate-forme d'essai de Dijon-Céréales, puis ils ont livré une partie de leur récolte au siège de la Société. 

Les Faucheurs volontaires d'OGM demandent la mise en place d'un moratoire sur ces variétés mutées rendues tolérantes à des herbicides .

Reportage : Sylvain Bouillot et Romain Liboz
Montage : Laurence Crotet Beudet
Intervenants :
Pascal Pigneret, «Faucheur volontaire d'OGM»
Norbert Bossu, «Faucheur volontaire d'OGM»
Marc Patriat, Président de Dijon Céréales
durée de la vidéo: 01 min 41
Bourgogne Longvic : les Faucheurs Volontaires ont détruit des parcelles de Colza ©France 3 Bourgogne

 

Le communiqué de la DFSEA 21 et des JA21
Lundi 28 novembre, un groupe de « faucheurs volontaires » s’est cru autorisé à détruire le travail des agriculteurs et de leur coopérative en saccageant plusieurs parcelles de colza en Côte d’Or.

Alors que la situation économique des agriculteurs côte d’oriens est catastrophique, il est inacceptable que des individus, ne représentant qu’eux-mêmes, se permettent de tels actes de vandalisme, qui constituent une véritable atteinte à la propriété privée.

Les agriculteurs ont besoin de perspectives, tant pour continuer à dégager un revenu, que pour faire évoluer leurs pratiques en lien avec l’agronomie et l’attention qu’ils portent à l’environnement.

Nous tenons à rappeler ici, que grâce à la recherche (sur les variétés notamment), l’agriculture française n’a cessé d’évoluer pour offrir aux consommateurs français une alimentation de qualité pour tous. Ces parcelles d’essais permettent de progresser dans la réduction de l’utilisation des produits phytopharmaceutiques.

L’agriculture française, secteur stratégique pour notre population et nos emplois, ne peut se permettre de souffrir des positions dogmatiques de certains groupuscules qui renient le progrès.

La profession agricole ne peut pas accepter que des parcelles d’agriculteurs, respectant la réglementation, servent de support aux activités médiatiques d’activistes.

Nous tenons également à apporter tout notre soutien à nos collègues agriculteurs, victimes de ces agissements scandaleux, véritable violation de leur propriété et de leur savoir-faire.

Nous invitons les Pouvoirs Publics à la plus grande fermeté dans le respect des lois de la République et condamnons vivement ces agissements.

La FDSEA21 et les JA21.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement société écologie alimentation