Meurtre de Jacques Vaude : Oleg Chikov méprisant au deuxième jour de son procès en appel

Pour ce deuxième jour de procès à la Cour d'Appel de Dijon, l'attitude d'Oleg Chikov à exaspéré la cour et les parties civiles. Condamné en première instance à la réclusion criminelle à perpétuité pour le meurtre de Jacques Vaude en 2013,  son procès en appel se tiendra jusqu'au 29 janvier.

Condamné à la réclusion criminelle à perpétuité en janvier 2020, Oleg Chikov avait fait appel. Son deuxième procès s'est ouvert le 18 janvier 2021 à Dijon
Condamné à la réclusion criminelle à perpétuité en janvier 2020, Oleg Chikov avait fait appel. Son deuxième procès s'est ouvert le 18 janvier 2021 à Dijon © France 3 Bourgogne

Mercredi 20 janvier 2021. Deuxième jour de procès pour Oleg Chikov. Une journée particulièrement difficile pour la famille de Jacques Vaude. L'accusé s'est montré désinvolte et méprisant à l'égard de la victime et des parties civiles. 

"Tout est joué d'avance dans ce procès"

Oleg Chikov

Dans la matinée, des photos de la scène de crime sont diffusées pendant une vingtaine de minutes. Pendant ce temps-là, Oleg Chikov fixe le mur devant lui. La présidente lui fait alors remarquer que son attitude en retrait interroge. L'accusé rétorque alors : "tout est joué d’avance dans ce procès. Je n’ai rien à ajouter".

"J'ai le sentiment que son appel est un appel touristique"

Maître Arnaud Bibard - avocat des frères et soeurs de Jacques Vaude

Une attitude qui fait bondir l'avocat des parties civiles :  "Ne pas regarder les photos, ne pas répondre aux questions, c’est manquer de respect à la famille de la victime !". Dans son box, l’accusé murmure : "Maître avez-vous une question ?". L’avocat, toujours en colère, lui dit : "oui j’ai une question : allez-vous vous intéresser enfin à votre procès ? allez-vous respecter mes clients ?" Oleg Chikov de répondre : "j’y songerai".

Au micro de France 3 Bourgogne, Maître Arnaud Bibard, l'avocat des frères et soeurs de Jacques Vaude livre ses impressions : "J’ai vraiment le sentiment que son appel aujourd’hui, est un appel touristique. Celui-ci arrive de Bulgarie, extradé, passe quelques moments en France, mais est absent du procès et méprise complètement les parties civiles. C’est une offense insupportable."

"Il n'aura pas notre haine"

Un des enfants de Jacques Vaude

Dans l'après-midi, l'heure est au témoignage de la femme de Jacques Vaude - elle-même victime d'Oleg Chikov - mais aussi des enfants du retraité. Les trois enfants de Jacques Vaude témoignent, la gorge nouée, pour évoquer ce père de famille qu'ils adoraient. "On avait une vie heureuse. C'est dur de rouvrir cette fracture, difficile de se rémémorrer."  Pour eux, leur père était avant tout un homme qui adorait le jardinage, la musique, la lecture. Leur famille, une famille "aimante". Pour Patrick, François et Anne, ce deuxième procès est une épreuve encore plus difficile que le premier : "On veut que la justice mette un point final à ce récit. Il n'aura pas notre haine" témoigne l'un d'entre eux. 

Réclusion criminelle à perpétuité en première instance

Le 6 février 2020, la cour d'assises de Saône-et-Loire avait reconnu Oleg Chikov coupable du meurtre de Jacques Vaude et de la tentative de meurtre de la compagne de ce dernier, Elsje O'Sullivan. L'accusé avait été condamné à la réclusion criminelle à perpétuité, assortie d'une période de sûreté de 22 ans et d'une interdiction définitive du territoire français. Le bûcheron bulgare était retourné dans son pays natal à l’issue de sa condamnation pour y purger sa peine. Il a fait son retour au centre pénitentiaire de Varennes-le-Grand le 17 décembre 2020, avant d'être transféré à Dijon pour assister à son procès en appel. Procès qui se terminera le 29 janvier.

Rappel des faits

La victime, Jacques Vaude, était un retraité de 74 ans connu localement pour ses engagements, notamment chez Emmaüs. Le 5 octobre 2013, il est retrouvé mort à son domicile. Selon les expertises, il aurait été tué dans son sommeil d'un ou plusieurs coups violents sur la tête. La même nuit, sa compagne Elsje O'Sullivan, a été ruée de coups et agressée sexuellement. C'est elle qui a donné l'alerte après avoir repris conscience dans la soirée du 5 octobre 2013.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société