• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Nièvre : les aides pour attirer les médecins fonctionnent-elles ?

Faire face aux déserts médicaux est un défi dans de nombreuses régions de France / © Antoine Marquet
Faire face aux déserts médicaux est un défi dans de nombreuses régions de France / © Antoine Marquet

La désertification médicale est une perspective qui effraie les territoires ruraux. Si la dynamique actuelle se poursuit, la Nièvre pourrait perdre 20% de ses médecins d'ici 2025. C’est pourquoi le département multiplie les pistes pour encourager les jeunes médecins à venir s'installer.
 

Par B.L.


De nombreuses régions de France sont touchées par la désertification médicale, un phénomène qui a débuté il y a plusieurs années.
Pour tenter d’enrayer la tendance, des dispositifs ont été mis en place par l’Assurance maladie pour inciter les médecins à s’installer dans les zones dites « d’intervention prioritaire » (ZIP).

D’autres mesures sont aussi proposées par des communes ou des conseils départementaux pour essayer d’attirer de jeunes professionnels de santé dans des zones qui souffrent d'un manque d'attractivité.

Dans la Nièvre, par exemple, le Département propose des appartements loués 150 euros par mois à des étudiants en médecine qui effectuent des stages.
"Très souvent, ils viennent pour une durée déterminée parfois courte, huit semaines ou six mois. C’est compliqué pour eux parce qu’ils paient déjà un loyer à Dijon ou à Clermont", explique Alain Lassus, président PS du conseil départemental de la Nièvre. "On pense que ça va favoriser l’arrivée de ces étudiants en médecine", ajoute cet ancien médecin, qui a fait de la situation sanitaire de la Nièvre une de ses priorités.

22 contrats de bourses ont été signés en trois ans


Le Département attribue aussi des bourses.
"Je suis tombée par hasard sur un prospectus. J’ai vu qu’ils offraient une bourse aux étudiants en médecine pour ceux qui désiraient s’installer dans la Nièvre",  raconte Jamila Valois, une étudiante originaire de Dijon qui est a tenté l’aventure.

"On leur montre qu’il y a des tas de choses à faire dans le département pour leur donner envie de revenir, qu’ils créent leur réseau sur place et ensuite on peut espérer qu'ils y restent",  ajoute Thierry Lemoine, président de l'Ordre des médecins de la Nièvre.  

La méthode a l’air de marcher. En l’espace de trois ans, 22 contrats de bourses ont été signés et trois jeunes médecins se sont déjà installés à Nevers.

 


Le reportage de Rémy Chidaine, Tania Gomes et Yann Capy avec :

-Alain Lassus, président du Conseil départemental de la Nièvre (PS)
-Jamila Valois, étudiante en médecine à Dijon
-Thierry Lemoine, président de l'Ordre des médecins de la Nièvre
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Retraites : Marie-Calire Roussel

Les + Lus