Noël : Pourquoi célèbre-t-on la journée internationale du « pull moche » ?

Vendredi 20 décembre, c’est la journée du « pull moche de Noël ». Une tradition anglo-saxonne de très très bon goût.

Une tradition canadienne ou américaine ?
Une tradition canadienne ou américaine ? © PHOTOPQR/LE REPUBLICAIN LORRAIN/MAXPPP
Ce jour-là, n’ayez plus honte. Arborez fièrement votre pull, celui qui reste au fond de votre placard, le plus laid, le plus kitsch. Car vendredi 20 décembre, c’est la « journée internationale du pull moche de Noël ». Un élément du folklore anglo-saxon qui s’installe petit à petit en France. Des événements sont même consacrés à cet « habit de fête ».
 

A quand remonte cette tradition ?


Les « pulls de Noël » étaient d’abord ceux tricotés par les grands-parents, les parents, les proches. Offerts en fin d’année, les vêtements étaient à l’effigie des symboles hivernaux. Sapin, Père Noël, flocons, rennes ou encore bonhomme de neige étaient alors de la partie. Faire plaisir à mamie ou papi en portant le gilet (« oui, il est très joli »), qu’elle ou il a offert, c'est une tradition on-ne-peut-plus familiale.

Dans les années 1980, les hauts hideux deviennent un fonds de commerce. Dans les boutiques et sur les étals, les chandails tapageurs aux belles couleurs de Noël se succèdent. Même loin des proches, il est donc possible de revêtir des jolies laines pour profiter de la « magie du réveillon ».

Pourquoi une journée dédiée à ces habits ?


En 2001, deux Canadiens Chris Boyd et Jordan Birch organisent la fête du pull moche de Noël (« Ugly Chrismas Sweater Party ») à Vancouver. A l’origine, il s’agit d’une petite distraction entre étudiants avant la fin de l’année. Le retentissement dans la ville canadienne est si grand que l’événement se propage : à chacun sa soirée d’habits de mauvais goût. Depuis, la « tradition » s’exporte en Europe, et même dans les entreprises. Sympa de voir son chef et sa cheffe sapés comme jamais.

Mais peut-être que cette journée trouverait son origine dans le film Le Journal de Bridget Jones (2001). Il s'agit d'une des scènes mythiques du long-métrage : lors du buffet de Noël de ses parents, l’héroïne (Renée Zellweger) rencontre Marc Darcy (Colin Firth) ... Avec la tête de renne, le charme est rompu.
 
Bridget Jones rencontre Marc Darcy ... et son pull.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
noël événements sorties et loisirs économie
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter