• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Les petits bobos de la Percée du vin jaune pris en charge par la Protection Civile

24 bénévoles de la Protection Civile du Jura et de Bourgogne sont présents sur la Percée. / © France 3 Franche-Comté : Amandine Plougoulm
24 bénévoles de la Protection Civile du Jura et de Bourgogne sont présents sur la Percée. / © France 3 Franche-Comté : Amandine Plougoulm

Coupures, entorses, malaises, alcoolémie, grippe... 24 bénévoles sont en place tout ce weekend à Poligny (Jura) pour prendre en charge le public qui en aurait besoin.

Par Sophie Courageot

Ils sont sur le pont de 7h30 du matin à 21 heures. Les secouristes de la Protection Civile ont installé un poste médical avancé à l'entrée de la Percée. 

Dans la salle, 12 lits pour se reposer et prodiguer les premiers soins. On y trouve aussi deux box à l'abri des regards pour les prises en charge plus difficiles.

"On traite essentiellement de la petite bobologie" explique Jean-Robert Bondier président de la Protection Civile du Jura. Aucune chiffre du nombre d'interventions n'est donné sur les prises en charge effectuées à la percée. "Petites plaies, chutes, entorses, malaises et syndromes grippaux pour les gens qui sont arrivés avec" : voilà le plus gros des interventions explique le secouriste. 

 
Deux box de soins pour prendre en charge les petits bobos des festivaliers de la Percée du vin jaune / © France 3 Franche-Comté : Amandine Plougoulm
Deux box de soins pour prendre en charge les petits bobos des festivaliers de la Percée du vin jaune / © France 3 Franche-Comté : Amandine Plougoulm


"La consommation d'alcool n'est pas excessive" explique Jean-Robert Bondier. Les visiteurs de la Percée ont droit à 10 tickets de dégustation. Cela représente deux verres maximum si la dose est respectée. Certains festivaliers consomment plus en achetant des bouteilles sur place nous l'avons constaté. 

Pour Jean-Robert Bondier, la Percée du vin jaune n'est pas une manifestation qui génère une quantité de secours même si plus de 20.000 personnes sont présentes. La loi de modernisation de la sécurité civile impose aux organisateurs d'événements de mettre en place un système de secours. La note leur est facturée. "L'idée en ayant à recours à la Protection Civile est de ne pas faire peser le poids des secours sur les secours publics (hôpitaux du secteur)" explique le secouriste. 

 
© France 3 Franche-Comté : Amandine Plougoulm
© France 3 Franche-Comté : Amandine Plougoulm

En complément du poste médical avancé, des binômes de secouristes sillonnent les rues de Poligny pour être au plus près des visiteurs. Le soir tous sont logés sur place au lycée hôtelier. "On essaie de passer un bon moment ensemble, pour que nos bénévoles aient envie de revenir". Parmi eux des infirmiers, un médecin et un coordinateur. 
 


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Décès de Nilda Fernández : le chanteur franco-espagnol a vécu 5 ans dans l’Yonne

Les + Lus