Cet article date de plus de 3 ans

Homophobie : deux restaurateurs cèdent leur établissement à Poil dans la Nièvre

Dans la Nièvre, un couple de restaurateurs sous pression abandonne son établissement. Propriétaires d'une auberge depuis deux ans, les deux hommes décident d’arrêter l’aventure et de quitter le village de Poil.
Stéphane et Pascal Bourgeois s’installent dans l’auberge du village en 2016. Ils sont les premiers étonnés lorsque le conseil municipal valide leur projet.

Le maire prévient le couple : tenir un commerce à la campagne est une tâche parfois difficile. Aucun mot sur l’ouverture d’esprit des habitants de Poil ou une quelconque récalcitrance à laisser un couple d’hommes s’installer dans le village
 
A Poil, deux restaurateurs cèdent leur établissement ©France 3 Bourgogne

Une forme de menace


Pendant six mois, les propriétaires trouvaient des asticots une à deux fois par semaine sur la devanture du restaurant. Leurs panneaux ont également été volés. Ce qui fait le plus de mal à Pascal, c’est le vol du panneau qui commémorait l’arbre de vie offert aux enfants du village.

Les rumeurs ont été fatales pour Pascal et Stéphane : loyers impayés, fermeture définitive, et même expulsion par la mairie.

Très vite, le maire réagit dans la presse et dément toutes ces informations. Les propriétaires payent le loyer de l’auberge et la mairie n’a aucunement l'intention de les expulser. Bien au contraire. Les deux hommes ont permis de relancer des animations au village.

Des concerts étaient organisés, des artistes mis à l’honneur. L’auberge du couple était un lieu de rencontres, très apprécié par les clients. La page Facebook était même suivie par environ 8 000 personnes.
 

La goutte d'eau qui a tout fait déborder


Mais un dérapage lors de la fête de la treuffe pousse les deux hommes à prendre une décision. Un règlement de comptes entre le comité des fêtes et une vingtaine d'agriculteurs dans l’enceinte de l’établissement a réellement " cassé l’ambiance " selon Pascal. 

Un événement qui a eu des répercussions sans précédent sur le commerce. Le couple estime avoir perdu une bonne partie des habitués dans un rayon de 15 kilomètres.

 

Un sentiment d’échec


Pascal et Stéphane décident de s’en aller. Avec beaucoup de regrets. Ils ont mis toute leur âme dans cet établissement et dans la cuisine.

Le couple voulait vivre une expérience à la campagne, faire revivre un village. Expérience non-concluante…

Les restaurateurs préfèrent s’arrêter et se lancer dans un autre projet. Sans trop d'appréhension. Ils comptent sur leurs expériences professionnelles passées pour trouver peut-être un nouvel établissement à gérer.

Stéphane a été chef à domicile pour de grandes familles tandis que Pascal a été directeur des ressources humaines dans un établissement quatre étoiles.
 


Ils sont fiers d’avoir été à la tête de l’auberge du village de Poil. Mais ils regrettent la fin de cette histoire. " Peut-être que quand on n'est pas de la campagne on ne peut pas réussir. " Pascal et Stéphane se sentent de trop, pas à leur place.

Homophobie ?


Le mot homophobie n’a jamais été prononcé. Parlons plutôt d’homophobie passive. " s'accorde le couple.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie cuisine sorties et loisirs société ruralité homophobie