Quand la gendarmerie recrute... des chiens

Depuis plusieurs années la gendarmerie lance régulièrement une campagne étonnante : elle recrute des chiens de 10 à 24 mois. Une recherche qui étonne sur les réseaux sociaux, au point que certains internautes perçoivent cette annonce comme une blague. Explications.

Pour trouver les chiens qui seront affectés dans les brigades cynophiles des différentes régions de France, la Gendarmerie s'adresse régulièrement aux professionnels ou aux particuliers possédant des chiens âgés de 10 à 24 mois. Ces chiens pourront ensuite se voir attribuer des missions diverses, recherche de personnes disparues, produits stupéfiants, armes, explosifs, ou encore faire de la dissuasion (du mordant dans le jargon).

Le procesus de recrutement

- Pour les particuliers : le chien doit d'abord être sociable, joueur et confiant. Dès lors que le maître souhaite se séparer de son animal (souvent pour des raisons familiales ou parce-qu'il a mal anticipé les contraintes liées à l'animal), il peut contacter le centre National d'Instruction Cynophile de la Gendarmerie de Gramat dans le Lot. Le chien (et son maître) sont ensuite reçus au sein de la brigade cynophile la plus proche du domicile et le chien passe des tests succints avec le maître-chien de la gendarmerie correspondante.

Une fiche test fait état des résultats et est transmise ensuite au centre de Gramat. Si le résultats sont probants et qu'ils correspondent à l'une des technicités (spécialisation) recherchées par les gendarmes, le chien va être transféré (aux frais de la gendarmerie) au sein du centre d'instruction. Il va y subir des tests médicaux approfondis et des tests techniques pendant un mois. Si les résultats sont probants, le chien va intégrer la gendarmerie, et si ce n'est pas le cas il va être restitué à son propriétaire.

- Pour les professionnels (éleveurs, éducateurs canins, refuges...) le processus est le même. Sauf que les chiens sont souvent des "retours de vente" ou des  "invendus". 

Certains chiens peuvent aussi être directement choisis (dès 3 mois) chez le éleveurs par leurs futurs maîtres-chiens de la gendarmerie, c'est actuelement le cas pour Sniper, en cours d'apprentissage au Groupe d'Investigation Cynophile de Valdahon, et originaire de l'élevage de "La brigade des colonnes" dans les Vosges ou encore d'Ozark, Berger Hollandais de l'élevage "le clan des étoiles noires" dans le Jura.

Sniper est mon chien, je suis actuellement avec lui en phase de sociabilisation. Aujourd'hui je l'ai habitué à monter en hélicoptère et à ne pas avoir peur du bruit de la machine.

Arnaud D. Groupe d'investigation cynophile de la gendarmerie de Valdahon

Recrutés aussi en Bourgogne-Franche-Comté et dans les Sociétés Protectrices des Animaux

Les chiens recrutés peuvent être de toutes races et provenir de toutes la France. Actuelement trois chiens issus de Franche-Comté sont en test et en formation au centre de Gramat. Ces chiens viennent de particuliers (c'est le cas de 60% des chiens recrutés par la gendarmerie) et originaires de Lons-Le-saunier , Dole et Belfort.

Les recrues canines peuvent également provenir de refuges SPA, pourvus qu'elles correspondent aux critères d'âge et aux qualités requises. Les chiens doivent avoir au moins 10 mois afin que les tests médicaux soient fiables (dysplasie) et âgés de moins de 24 mois car le temps de formation à suivre ultérieurement est encore important et ils ne doivent pas non plus être trop âgés à leur prise de service.

A quel prix ?

C'est une question compliquée et la fourchette de prix est grande. Dans certains cas, les ex-propriétaires font don de leur animal à la gendarmerie. Pour les autres les prix peuvent grimper jusqu'à 2000 euros. Mais il s'agit là de chiens déjà bien formés à la recherche ou au mordant, et c'est donc une partie du travail de dressage déjà éffetuée qui est ainsi rétribuée.

Chaque année le Centre National d'Instruction de Gramat recrute une centaine de chiens.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
animaux nature société