Retour à 90 km/h en Côte-d’Or : pourquoi le Département crée un Observatoire de la sécurité routière ?

Le président du conseil départemental de Côte-d'Or a promis que plus de 1 000 km de routes départementales repasseront à 90 km/h au lieu des 80 km/h imposés par la loi. C’est dans ce contexte qu’il a décidé de créer un Observatoire de la sécurité routière.
Supprimés en 2018, les panneaux de limitation à 90 km/h vont revenir dans le Jura (illustration)
Supprimés en 2018, les panneaux de limitation à 90 km/h vont revenir dans le Jura (illustration) © AFP / Sébastien Bozon

Pourquoi le département de Côte-d’Or crée un Observatoire de la sécurité routière ?

Le gouvernement a abaissé la vitesse maximale sur certaines routes secondaires pour la faire passer de 90 à 80 km/h. Cette baisse de 10 km/h doit permettre de sauver "entre 200 et 400 vies par an"

Mais, cette décision a généré une énorme réaction de colère et a contribué à déclencher la crise des "gilets jaunes".

C’est pourquoi l’Etat a revu sa copie et autorise à déroger localement à la limitation de 80 km/h sur les routes secondaires à deux sens sans séparateur central.

Mais, les élus locaux qui souhaitent revenir à 90 km/h doivent motiver leur décision et respecter certaines conditions avant de prendre une telle décision : les tronçons concernés doivent faire au moins 10 km, ne traverser aucun hameau, ne comporter aucun arrêt de bus ni intersection avec des chemins de grande randonnée ou des véloroutes. Ils ne doivent pas non plus être empruntés par des engins agricoles.

Certains départements jugent ces "contraintes exorbitantes" et ont décidé de renoncer au retour aux 90 km/h. C’est le cas du département de la Nièvre par exemple.

   

Quel sera le rôle de cet Observatoire de la sécurité routière ?

En revanche, d’autres présidents de conseils départementaux maintiennent leur projet de revenir à 90 km/h. François Sauvadet, président UDI du département de Côte-d’Or, en fait partie.

Mais, avant de passer à l’action, il a décidé de créer un Observatoire de la sécurité routière. "Le Conseil Départemental disposera ainsi d’un dispositif lui permettant non seulement de suivre l’évolution de l’accidentologie départementale, mais aussi d’améliorer la politique menée par le Département en matière de prévention et de sécurité routière", explique François Sauvadet qui a mis ce dossier à l'ordre du jour de la session du lundi 24 février 2020.

Cet Observatoire intègrera notamment :
- le rapport de sécurité routière produit annuellement à l’automne
- l'évolution des accidents mortels et des tués sur les dix dernières années sur Routes Départementales (RD), en comparaison des chiffres concernant l’ensemble des voiries en Côte-d’Or, mais aussi au regard des éléments nationaux
- la carte des accidents mortels des dix dernières années
- une synthèse des accidents mortels de l’année en cours
- des données de trafic et leur évolution.

De plus, une commission dédiée à la sécurité routière départementale sera mise en place. Elle analysera le bilan de l’année écoulée et pourra être force de proposition.
 
Retour à 90 km/h en Côte-d’Or : pourquoi le Département crée un Observatoire de la sécurité routière ?
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sécurité routière société sécurité françois sauvadet politique