25 ans de prison pour un père de famille qui avait tué sa fille de deux ans

L'affaire Méline a été jugée du 23 au 26 janvier 2018 à Chalon-sur-Saône par la cour d'assises de Saône-et-Loire.
L'affaire Méline a été jugée du 23 au 26 janvier 2018 à Chalon-sur-Saône par la cour d'assises de Saône-et-Loire.

Sébastien Chabrier avait tué Méline, sa fille de deux ans, en septembre 2015 dans la maison familiale de à Marmagne, en Saône-et-Loire. Il a été condamné à 25 ans de prison par la cour d'assises de la Saône-et-Loire.

Par Beatrice de Lavergne

Le verdict est tombé vendredi 26 janvier 2018 dans la soirée. Après quatre jours de procès, Sébastien Chabrier, 45 ans, a été condamné à 25 ans de prison. Une peine qui est assortie d'une période de sûreté des deux tiers. La cour n’a pas suivi les réquisitions de l'avocat général, qui avait demandé 30 ans de réclusion criminelle.

La cour a aussi ordonné le retrait de l'autorité parentale de Sébastien Chabrier sur son fils, un petit garçon issu d'une précédente union, âgé de 7 ans au moment des faits, et prononcé un suivi socio-judiciaire de dix ans.

Méline avait été tuée dans la nuit du 1er au 2 septembre 2015. Son père l’avait étranglée et poignardée avant de se rendre à la gendarmerie pour dénoncer son crime. Depuis, il était emprisonné.

Une peine "adaptée"


La mère avait quitté le domicile familial quelques jours plus tôt, car elle souhaitait mettre un terme à une relation émaillée de violence. Sébastien Chabrier a reconnu les faits lors du procès. Pour sa défense, il a invoqué un "coup de folie" et a demandé pardon pour son geste.

Pour Me Pierre Cuinat, l'avocat de la mère de la fillette, Sébastien Chabrier "n'a pas manifesté de regrets à l'égard de Méline" pendant le procès. Il reconnaît cependant qu’une peine "adaptée" a été prononcée.

A lire aussi

Sur le même sujet

Prévention de l'obésité dans l'Yonne

Les + Lus