Héroïne, cocaïne, armes à feu... un trafic de drogue d'ampleur internationale démantelé en Saône-et-Loire

Le 13 octobre dernier, la police judiciaire de Dijon (Côte-d'Or) a arrêté huit personnes soupçonnées de se livrer à un vaste trafic de drogue entre les Pays-Bas et la Saône-et-Loire. Un laboratoire de préparation, situé à Toulon-sur-Arroux, a été démantelé au cours de l'opération.

Toulon-sur-Arroux, 1 500 habitants et... plaque tournante du trafic de stupéfiants en Saône-et-Loire ? La police judiciaire de Dijon (Côte-d'Or) y a démantelé, le 13 octobre dernier, un laboratoire utilisé pour la préparation de la drogue en vue de livraisons futures. Huit personnes ont été interpellées - six hommes et deux femmes - au cours de perquisitions menées en parallèle à Toulon-sur-Arroux et Chalon-sur-Saône.

Un vaste coup de filet qui a également permis la saisie de 44 kilos d'héroïne, 78 kilos de produits de coupage, 2,5 kilos de cocaïne, 41 000 euros de liquide, quatre véhicules, un fusil et un pistolet, deux presses, un cric 50 tonnes et de nombreux briquets, emballages plastiques et autres feuilles à rouler.

"C'est donc plus d'un quintal d'héroïne qui était en préparation, le produit de coupe étant en cours de mélange à la drogue lors de l'intervention de la police", précise la préfecture de Saône-et-Loire dans un communiqué. Depuis le début des investigations, il y a plus d'un an, les autorités estiment le montant du trafic entre cinq et dix millions d'euros.

Un point de deal au Creusot, au chiffre d'affaires de 5 000€ par jour

L'enquête, menée en lien avec le parquet de Chalon-sur-Saône, visait "un groupe d'individus" basé dans le département. Ils étaient soupçonnés de prendre part à un trafic d'héroïne et de cocaïne de grande ampleur, entre les Pays-Bas et la Saône-et-Loire, notamment Chalon et Le Creusot. D'autres villes étaient aussi touchées : Lyon, Valence, Chaumont, Montbéliard, Brive-la-Gaillarde, Vaulx-en-Velin, Dijon, Auxerre et Beaune.

► LIRE AUSSI - Drogue : ils faisaient pousser du cannabis à la maison ou dans le jardin, ils récoltent une descente des gendarmes du Doubs

"Les trafiquants s'approvisionnaient au Bénélux ou auprès de grossistes implantés en France et livraient d'importantes quantités dans les villes sus-cités au moyen de la technique dite du 'go-fast'", ajoutent les autorités. "Au-delà de ce rôle de grossistste, le réseau animait également un point de deal au Creusot, dont on estime le chiffre d'affaires à 5 000 euros par jour."

Les huit personnes interpellées ont été mises en examen et présentées à une magistrate de Chalon-sur-Saône le 17 octobre. Désormais incarcérées, toutes sont âgées de 18 à 39 ans et déjà connues des services de police, certaines pour des faits liés aux stupéfiants.