Marine Le Pen en déplacement en Saône-et-Loire sur le thème de la sécurité

Marine Le Pen a passé la journée du 25 mai en Saône-et-Loire pour soutenir la tête de liste RN en Bourgogne-Franche-Comté, Julien Odoul, mais aussi évoquer la thématique nationale de la sécurité.

Marine Le Pen et Julien Odoul lors de leur point presse commun
Marine Le Pen et Julien Odoul lors de leur point presse commun © David Segal / France Télévisions

Les sujets nationaux s'invitent dans la campagne pour les élections régionales. Ce mardi 25 mai, Marine Le Pen est venue apporter son soutien à la tête de liste du Rassemblement National en Bourgogne-Franche-Comté, Julien Odoul. Après avoir rendu visite à des éleveurs du Clunisois frappés par les attaques récentes de loup, les deux personnalités politiques ont donné une conférence de presse commune à Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire).

Le thème de la journée était clair : la sécurité. Grande oubliée du mandat de Marie-Guite Dufay, présidente PS du Conseil regional et de la campagne pour les prochaines élections, selon Julien Odoul. "Depuis cinq ans, Mme Dufay n'a jamais évoqué la question de la securité dans la région. Si nous sommes élus, nous mènerons une politique volontariste pour assurer l'ordre en Bourgogne-Franche-Comté", affirme le candidat RN. 


Cinq minutes de prise de parole pour Julien Odoul, vingt pour Marine Le Pen

Julien Odoul a profité de la conférence de presse pour s'attaquer également à ses adversaires, qu'il juge tous "Macron-compatibles", à commencer par la tête de liste du PS, Marie-Guite Dufay, "candidate officieuse de LREM". Le conseiller régional RN s'est également fendu d'un commentaire sur la liste LR portée par Gilles Platret. Ce dernier s'est notamment allié a Debout la France pour ce scrutin. "C'est un boeuf bourguignon indigeste qu'ils nous offrent", lance le candidat.

Mais ces considérations locales ont vite été mises de côté avec la prise de parole de Marine Le Pen, qui a duré près de vingt minutes, quand celle de Julien Odoul s'est terminée après cinq minutes. La Présidente du parti d'extrême droite a affirmé sa conviction : elle croit à la victoire de Julien Odoul, dans "une région qui fait confiance au RN depuis longtemps".

La Loi Dupont Moretti, "inutile et hypocrite"

Si elle a évoqué la nécessité de lutter pour un rééquilibrage de la région en faveur des territoires ruraux et son opposition farouche aux éoliennes qui constituent un "drame économique" et une "pollution visuelle", Marine Le Pen a vite centré son intervention sur des sujets nationaux, notamment son thème de prédilection : la sécurité.

La présidente du RN a alors affirmé qu'aucun des députés de son parti ne voterait le projet de réforme de la justice porté par Éric Dupond Moretti. "C'est une loi inutile et hypocrite. Il y en a assez du faire-semblant", a-t-elle attaqué.

Marine Le Pen a alors avancé ses propositions pour la justice si elle remporte les élections présidentielles de 2022 : application du principe peine prononcée - peine exécutée, débloquage d'un milliard d'euros pour le recrutement de magistrats, ou encore l'expulsion du territoire des étrangers condamnés par un tribunal français.

L'agression du maire d'Ouges évoquée            

Ce dimanche 23 mai, Jean-Claude Girard, le maire d'Ouges (Côte-d'Or) a été attaqué par un jeune homme à coups de barre de fer. Marine Le Pen a évoqué ce fait divers local pour affirmer qu'"il n'y a plus un seul endroit en France où l'on est en sécurité, plus un endroit pour se cacher de la délinquance".

La candidate à l'élection présidentielle de 2022 a expliqué que les conditions de l'alternance étaient réunies au niveau national et local.

En conclusion, Marine Le Pen a affirmé que la Bourgogne-Franche-Comté faisait partie des trois régions "prenables" lors des scrutins des 20 et 27 juin prochain.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
marine le pen rassemblement national politique élections régionales 2021 élections