Anomalie à l’usine Areva du Creusot : le réacteur numéro 2 de Fessenheim a redémarré

La centrale de Fessenheim. / © Thierry Gachon. MAXPPP
La centrale de Fessenheim. / © Thierry Gachon. MAXPPP

Fessenheim 2 a redémarré. Le réacteur numéro 2 de la centrale de Fessenheim (Haut-Rhin) était arrêté depuis 2016, suite à des irrégularités constatées à l’usine Areva du Creusot en Saône-et-Loire.

Par avec AFP

L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) avait donné son feu vert pour le redémarrage de Fessenheim 2 le 12 mars dernier.

Ce réacteur avait été stoppé, car une anomalie avait été détectée sur un générateur de vapeur à l’usine Areva au Creusot. C’est lors d’un audit mené à la forge de Saône-et-Loire que de nombreuses irrégularités avaient été constatées dans des dossiers de suivi de fabrication de grands composants nucléaires.

"Après avoir examiné le dossier transmis par Framatome (ex-Areva NP), l'ASN considère que l'anomalie (...) de ce générateur de vapeur ne remet pas en cause son aptitude au service et que la justification de sa conformité à la réglementation a ainsi été apportée", indique l'Autorité de sûreté nucléaire. 
"Les propriétés mécaniques du matériau respectent les hypothèses initialement retenues dans les études de conception", précise l’ASN.

Rappelons qu'en 2016 le parquet de Paris avait ouvert une enquête préliminaire pour faire la lumière sur l'anomalie détectée sur le réacteur numéro 2 de la centrale nucléaire de Fessenheim, après une plainte de Greenpeace et d'autres associations.


La centrale de Fessenheim située en Alsace au nord du Territoire de Belfort / © France 3 Alsace
La centrale de Fessenheim située en Alsace au nord du Territoire de Belfort / © France 3 Alsace

A quelle date a eu lieu le redémarrage ?


La date du redémarrage avait été repoussée à plusieurs reprises. Récemment, EDF avait prévu de relancer Fessenheim 2 samedi 31 mars dans la soirée. Finalement, le redémarrage a eu lieu lundi 9 avril à la mi-journée. 


Fessenheim 2 devrait toutefois reprendre du service pour une durée limitée : les deux réacteurs de la centrale doivent normalement fermer à la fin de l'année, lorsque le combustible sera chargé dans le nouvel EPR de Flamanville dans la Manche. 

Pour mémoire, la cuve du réacteur nucléaire EPR de Flamanville a été fabriquée en Saône-et-Loire. Une "anomalie" a été détectée dans la composition de l'acier du couvercle et du fond de la cuve de ce réacteur nucléaire de troisième génération. 
EDF a indiqué début 2018 qu'un démarrage du réacteur EPR de Flamanville était prévu pour la fin de l'année,


Le chantier de l'EPR de Flamanville dans la Manche / © Cl. Leloche France 3 Normandie
Le chantier de l'EPR de Flamanville dans la Manche / © Cl. Leloche France 3 Normandie






A lire aussi

Sur le même sujet

Yonne : une opération contre l’immigration clandestine

Les + Lus