Sécheresse : une fin avril "similaire à un mois de juillet" en Saône-et-Loire

La préfecture de Saône-et-Loire a pris son premier arrêté de l'année concernant la sécheresse. Alors que la "situation hydrologique de cette fin avril est similaire à un mois de juillet", plusieurs secteurs du département sont placés en alerte.
Archives.
Archives. © France 3 Bourgogne
"Après deux sécheresses exceptionnelles au cours des étés 2018 et 2019, la situation est déjà très préoccupante ce printemps en Saône-et-Loire", indique la préfecture dans un communiqué daté du 30 avril.

"Si la période hivernale a permis un rechargement relativement satisfaisant des nappes, le déficit pluviométrique qui sévit depuis début 2020 a conduit à une baisse significative des débits des cours d’eau", ajoute-t-elle.
 

Certains secteurs du département ont connu 45 jours consécutifs sans précipitation. La recharge hivernale des nappes ne sera pas suffisante pour couvrir la période estivale. La situation hydrologique de cette fin avril est similaire à un mois de juillet



La pluie des derniers jours ne suffit pas à "rétablir une situation satisfaisante pérenne", selon la préfecture.

Deux secteurs du département, "Arconce et Sornin" et "Grosne", sont donc placés en alerte au 30 avril 2020. Cela entraîne plusieurs mesures de restriction de la consommation d'eau (voir ci-dessous). Le reste du département est en vigilance.

Reportage Anne Berger et Dalila Iberrakene

Avec : Jean-François Pelletier, maire (SE) de Savigny-sur-Grosne
           Evelyne Jandet
           Patrick Dutroncy
 

En 2019, les premiers arrêtés relatifs à la sécheresse dans notre région avaient été publiées à la mi-juin. 
 
© Préfecture de Saône-et-Loire
© Propluvia

Quelles restrictions de consommation ?

Dans les zones placées en alerte, plusieurs mesures de restriction de la consommation d'eau s'appliquent, comme l'indique la préfecture :


Usages domestiques

Sont interdits :
Toutefois la première mise en eau pour les piscines en cours de chantier dont la livraison ne peut être réalisée qu’après remplissage est autorisée, sous réserve de l’accord du gestionnaire du réseau d’eau potable.

Sont interdits de 9 heures à 18 heures, les prélèvements en cours d'eau pour :
Peuvent être limités dans le temps, les mêmes usages à partir des réseaux d’eau potable, et en fonction de la disponibilité de la ressource en eau.


Usages agricoles

Sont interdits de 10 heures à 18 heures, les prélèvements en rivière, en nappe souterraine, en canaux et dans les plans d’eau alimentés par un cours d’eau, pour l’irrigation des grandes cultures et des prairies.

L’arrosage des cultures les plus sensibles au stress hydrique, à savoir les pépinières viticoles, les cultures maraîchères et les légumes destinés à la filière industrielle (conserverie) reste autorisé.

Possibilité de « tours d’eau » si les prélèvements ont une incidence rapide sur le débit du cours d’eau.
Restent autorisés de tout temps les prélèvements effectués pour abreuver les animaux, arroser les plantes sous serres ou en containers.


Usages industriels et commerciaux

Les activités industrielles et commerciales doivent limiter au strict nécessaire leur consommation d’eau. Le registre de prélèvement réglementaire doit être rempli hebdomadairement.

Les installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE) doivent respecter les arrêtés préfectoraux complémentaires de restriction d’eau en période de sécheresse qui leur auront été notifiés.

Les mesures de restriction des usages domestiques non prioritaires telles que l’arrosage des pelouses ou le lavage des véhicules (en dehors de toute obligation réglementaire) s’appliquent aux professionnels.


Navigation

Le service de la navigation veille à assurer une exploitation optimisée de l'alimentation des canaux notamment par un regroupement des bateaux pour le franchissement des écluses.


Milieux aquatiques

Sont interdits :
Micro-centrales hydroélectriques et autres ouvrages construits dans le lit d'un cours d'eau

Sont interdits :
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sécheresse météo environnement