Belfort : Moins de profs, moins d'options, la colère gronde au lycée Courbet

Une opération lycée mort s’est déroulée ce jeudi 25 février dans ce lycée de Belfort. Les enseignants dénoncent des moyens en forte baisse à la rentrée 2021.

Au lycée Courbet de Belfort, les professeurs réclament le maintien d'option et des heures d'enseignements.
Au lycée Courbet de Belfort, les professeurs réclament le maintien d'option et des heures d'enseignements. © Rémi Poirot - France Télévisions

Ce jeudi, à 10 heures, 76% des enseignants de l’établissement étaient en grève selon le SNES-FSU 90. Peu d’élèves sont venus en cours. Une centaine seulement sur un effectif de 500 à 600 élèves, indique Benoît Guyon, enseignant syndiqué. 

Après deux journées nationales d’action les 26 janvier et 5 février, un boycott le 4 février, par les professeurs, parents et élèves du conseil d’administration de l’établissement, les enseignants poursuivent leur combat. En cause, la dotation globale de fonctionnement pour la rentrée prochaine. Cette fameuse DGF se traduirait par la perte d’une cinquantaine d’heures d’enseignement dans ce lycée. Soit deux postes en moins, un enseignant en mathématiques, un autre en chimie. Sans compter les enseignants qui devront se partager entre plusieurs établissements.


Les enseignants ont alerté les parents et élèves 



Pour la rentrée de septembre 2021, voici ce qui vous attend :

- En Seconde, l’option Sciences de laboratoire est supprimée,

- En Seconde, l’option Management et Gestion est supprimée,

- En Première et en Terminale, la spécialité Musique est supprimée,

- En Première et en Terminale, la spécialité EPS n’ouvrira pas contrairement à ce qui était prévu,

- En Première et en Terminale, des groupes de spécialité dans plusieurs disciplines sont supprimés,

- Vous serez donc plus nombreux dans chaque groupe,

- Et vous ne pourrez pas tous suivre les spécialités que vous souhaitez.


Ce jeudi, les enseignants ont déployé banderoles et pancartes devant l’établissement. Un happening musical a associé vers 10 heures enseignants et élèves. 

© Benoît Guyon



A la rentrée prochaine, le Territoire de Belfort perdrait 15 postes d’enseignants dans les collèges, 7 dans les lycées. “Notre département perdrait 22 postes sur 76 au total dans l’académie, soit 30% de l’effort” déplore Benoît Guyon, SNES FSU 90. Selon le syndicaliste, à la rentrée prochaine pourtant, le lycée Courbet de Belfort n’attend pas moins d’élèves. “Avec la suppression de l'option musique par exemple, un élève du Territoire de Belfort devra descendre à l’avenir à Besançon pour suivre cet enseignement" regrette le syndicaliste.

Le syndicat SNES-FSU a demandé une audience au rectorat pour accueillir dans les meilleures conditions les élèves à la rentrée prochaine.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
éducation société grève économie social