Covid-19 : l'hôpital de Belfort-Trévenans va ouvrir de nouveaux lits Covid pour faire face à l'afflux de malades

A l'occasion d'une conférence de presse organisée en visio conférence ce vendredi 6 novembre, le Préfet du Territoire de Belfort a communiqué les derniers chiffres et expliqué comment les services de l'Etat tentent de faire face à la crise sanitaire. Une crise grave dans le Nord-Franche-Comté.
La situation devient critique à l'hôpital Nord-Franche-Comté
La situation devient critique à l'hôpital Nord-Franche-Comté © Maxppp/ Michael DESPREZ

Quelle est la situation épidémique dans le Territoire de Belfort ? 

Ces chiffres résultent du nombre de tests réalisés, nombre en constante progression. Avec l'augmentation de ces tests, il y a un allongement des délais. Il faut désormais compter 24 à 72h pour une prise de rendez-vous, et 24 à 48h pour l'obtention des résultats.

De nouveaux lits Covid vont ouvrir à l'hôpital de Trévenans 

Au niveau régional, 1365 patients sont hospitalisés, soit une hausse de plus de 500 malades par rapport à la semaine dernière. Les services de réanimation accueillent d'ores et déjà 186 personnes.

A l'hôpital Nord-Franche-Comté, la capacité d'accueil est de 120 lits Covid. Mais la situation est déjà difficile avec déjà 92 patients hospitalisés en médecine Covid, et 18 en réanimation.
L'hopital observe environ 5 à 6 entrées Covid supplémentaires chaque jour.

Pour faire face à cette hausse de fréquentation, l'ouverture de 30 lits supplémentaires par semaine est programmée, portant la capacité à 150 puis 180 lits d'ici 15 jours. Une augmentation considérable des capacités d'accueil, liée aussi à la mobilisation de l'hôpital privé de la Miotte qui  ouvre 30 lits de soins de suite non covid pour les patients de l'hôpital Nord-Franche-Comté, et libère ainsi 30 places au sein de ce même hôpital.

L'hôpital NFC accueille les patients Covid de toute la région. En 2 jours 10 patients ont été transférés depuis Lons Le Saunier, 3 à 5 supplémentaires arriveront samedi.  Dès lundi, un tiers des interventions chirurgicales non urgentes seront déprogrammées.

L'hôpital du Nord Franche-Comté a enregistré 22 décès depuis le 1er octobre, début de la seconde vague. 

Une situation difficile pour les soignants

Selon le Préfet du Territoire de Belfort, Jean-Marie Girier, au sein du service réanimation, l'inquiétude est grande pour les personnels qui ont déjà eu à faire face à plus de 200 patients hospitalisés au plus fort de la première crise. Inquiétude d'autant plus grande que personne ne connaît le moment du repli de l'épidémie.
Dans les autres services, la situation des soignants est rendue difficile par le stress lié au déplacement de son activité originelle vers l'unité Covid. Une inquiétude de ne pas savoir bien faire malgré les formations, et le stress d'attraper la maladie dans un service très exposé (40 personnels ont déjà été contaminées).

Dans ce contexte difficile, le préfet, l'ARS et l'hôpital appellent à la mobilisation des soignants ; médecins en retraite, infirmiers, pompiers... sont les bienvenus en renfort.

Quelles sont les modalités d'accès à l'hôpital Nord-Franche-Comté ?

Pour permettre l'augmentation des capacités d'hospitalisation, l'hôpital a réduit l'activité chirurgicale. Des salles restent ouvertes pour permettre la prise en charge des patients dont les interventions sont urgentes ou considérées comme prioritaires.

Le service des urgences accueille les patients atteints de la covid19, mais également tous les autres patients nécessitant une prise en charge urgente et ne pouvant pas être traitée par leur médecin traitant.

Les accompagnants sont priés de ne pas attendre leurs proches en salle d'attente pour limiter la présence simultanée de personnes en salle d'attente et permettre le respect des règles de distanciation. Les accompagnants pourront appeler le secrétariat des urgences pour prendre des nouvelles de leurs proches.

Toute personne hospitalisée au sein de l'hôpital fera l'objet d'un test de dépistage covid-19. 

Le commissariat de police de Belfort très touché

En marge des chiffres hospitaliers, le préfet, en réponse à une question posée par un confrère journaliste a évoqué la situation du commissariat de Belfort.
Au plus grave, 19 cas de covid y ont été recensés, un chiffre actuelement abaissé à 12 cas.  Les fonctionnaires ont été placés en arrêt de travail, tout comme les cas contact. Au maximum, les services de la direction départementale de la sécurité publique ont dû travailler avec 20 personnes en moins dans leurs effectifs.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société coronavirus/covid-19