EUROCKÉENNES. "Un travail ingrat mais nécessaire" : en immersion avec les nettoyeurs du festival

Ils font partie des indispensables des Eurocks. Cette année, 200 personnes s'occupent de nettoyer la presqu'île de Malsaucy pour que les festivaliers puissent profiter de leur concert sur un terrain propre. Rencontre avec ces travailleurs de l'ombre.

Si vous êtes un habitué des Eurockéennes, vous les avez sûrement déjà croisés. Sacs poubelles à la main, chasubles bleus sur le dos, ils déambulent sur le site du Malsaucy pendant les quatre jours du festival. Ce sont les "nettoyeurs", une équipe de 200 personnes, essentiellement composée de jeunes, chargée de veiller à la propreté des lieux.

► À LIRE AUSSI : EUROCKÉENNES. "Faire de notre mieux pour notre peuple" : Jinjer, groupe de metal ukrainien, découvre le festival

Et pour eux, la journée commence tôt. Alors que la plupart des festivaliers dorment encore, les nettoyeurs sont sur le pied-d'oeuvre dès 8h. "Voir deux heures plus tôt" confie Thomas, 17 ans, dans un sourire fatigué, sac plastique à la main. "La plupart d'entre nous retournons à la maison après nos journées de travail. Donc il faut compter le temps de trajet pour arriver à 7h45 ici".

"Un travail ingrat, mais nécessaire"

Ce matin du vendredi 30 juin, Tom fait partie des 25 personnes s'affairant à nettoyer les abords de la Grande Scène. La veille, des milliers de festivaliers ont chanté, chahuté, dansé sur les airs de Phoenix, Niska ou Shaka Ponk. Et cela a laissé des traces.

"Quand on arrive, le site est plein de mégots, de cannettes, de préservatifs" énumère Pierre. Casquette vissée sur le crâne, le Franc-comtois de 20 ans est "nettoyeur" aux Eurocks pour la deuxième année consécutive. "Ce n'est pas toujours très plaisant. On se dit que les gens ne respectent pas grand chose. Parfois on retrouve des choses particulières : chaussures, coques de téléphone, colliers de fleurs. Même des portefeuilles".

Jusqu'à 13h, Pierre et ses collègues parcoureront l'entièreté du site plusieurs fois, de la Loggia à la Grande Scène, en passant par les espaces de restauration et les loges. "Un travail assez ingrat, mais nécessaire" explique Thomas, lui aussi âgé de 17 ans. "On se baisse sans arrêt, du coup on a mal au dos. Et en plus, là, il pleut. Il y a beaucoup de boue, surtout devant les scènes. On serre les dents en pensant aux concerts du soir, ".

Vous l'aurez peut-être remarqué ci-dessus, mais oui, des mineurs travaillent cette année aux Eurocks. En tout, ils sont une cinquantaine. Une première. "Nous y pensions depuis le Covid" annonce Nilou Kaveh, administratrice du festival. "Cela leur permet d'avoir accès à un premier emploi rémunéré et de les impliquer dans l'expérience Eurocks. On a eu plus de 1 000 candidatures. On a tranché sur la motivation". Pour rappel, tous les nettoyeurs sont rémunérés au SMIC. 

Mais de leur propre aveux, ils ne viennent pas pour l'argent. Dans les bouches de tout les jeunes nettoyeurs, travailler aux Eurockéennes a un avantage : pouvoir assister aux shows de la soirée gratuitement. "Honnêtement, c'est ce qui m'a motivé" explique Lucie, 20 ans, chasuble "nettoyage" sur les épaules. "On découvre un univers, les loges, les différents métiers qu'on peut avoir sur un festival. Ce sont les côtés sympas".

Mais qui demandent une organisation. "Nous, avec Lucie, on dort au camping" explique Victoria, 19 ans. "On finit à 13h le matin, on fait 15h-18h l'aprem et on profite du festival jusqu'à 2h" énumère-t-elle. "En comptant les 30 minutes de marche pour aller sous nos tentes, on ne dort pas beaucoup en attendant le réveil à 7h". 

Et l'aspect écologique dans tout ça ? Nilou Kaveh estime qu'il est primordial. "Ce que font nos équipes, ce n'est pas que du nettoyage. C'est aussi protéger, préserver la presqu'île du Malsaucy". Lucie, même si elle avoue "ne pas s'être engagé principalement pour l'écologie", admet "avoir été choquée par le nombre de déchets qu'on peut retrouver les matins". 

Il est maintenant 12h. Les nettoyeurs, en rang d'oignon, exécutent un dernier passage devant la Grande Scène, sous les gouttes de pluie. Dans une heure, les mineurs auront fini leur journée. Les plus de 18 ans, eux, recommenceront le travail à 15h, jusqu'à 18h.

"Mais attention, on est présent jusqu'au bout de la nuit" conclut Pierre. "On a une équipe de fin de journée, de 15h à 23h. Et enfin, l'équipe de nuit, de 19h à 3h du matin". Vous l'aurez compris, le nettoyage n'a pas d'horaires. Et pour cause, chaque année, ce sont 200 tonnes de déchets qui sont collectés sur le site du festival.