Trop tard, vous avez été flashé : certains radars urbains du Territoire de Belfort envoient désormais des contraventions

L'expérimentation de nouveaux radars urbains se poursuit dans le Territoire de Belfort avec le passage à une phase plus active. À partir de ce mardi 16 janvier 2024, certains équipements entraîneront des contraventions pour excès de vitesse.

Faire ralentir les automobilistes en agglomération, sur les trajets du quotidien, c’est la cible des radars urbains appelés aussi ETU (Equipement de terrain urbain). Le plus petit département de France compte 19 radars urbains. Mais depuis le printemps 2022, ils étaient purement dissuasifs. Un petit panneau annonçant le radar urbain est toujours apposé entre 20 et 50 mètres du radar selon la configuration des lieux.


"Le fait d’installer ces cabines, cela a fait décélérer les automobilistes. On a vu qu’ils avaient baissé leur vitesse de 5 à 10 km/h. C’est déjà utile. Maintenant, il faut passer à la phase deux de cette expérimentation” explique Raphaël Sodini, Préfet du Territoire de Belfort au micro de notre journaliste Thierry Chauffour.

Dès le 16 janvier, 5 des 19 radars urbains ne feront plus semblant


En cas de dépassement de la vitesse autorisée ou de franchissement d’un feu rouge, les auteurs d’infractions recevront désormais les avis de contravention à leur domicile dans les jours suivants. Sans avoir possibilité de savoir si le radar est un "gentil" ou un "méchant". L’objectif reste de faire lever le pied aux automobilistes. “C’est pour remplir les caisses de l’État” estime l’un d’entre eux. “Les gens roulent trop vite, moi compris” concède un automobiliste belfortain.


Le radar urbain constate les excès de vitesse dans les deux sens de circulation et le franchissement d’un feu rouge. Il remplace les radars fixes et les radars feux rouges. Un bilan de cette nouvelle phase d’expérimentation sera fait dans trois mois. Le département devrait se doter par la suite de nouveaux équipements de ce type.

Diminuer la mortalité routière en agglomération


Selon l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière, sur le plan national, les agglomérations ont concentré un tiers des tués avec 1 039 personnes décédées en 2022 (+ 0,2 % par rapport à 2019). La vitesse, représente l‘un des principaux facteurs d’accident : 27 % en agglomération (tous véhicules confondus). 

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité