• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Affaires Parrish/Domèce : qu’ont donné les fouilles sur l’ancien terrain du tueur Michel Fourniret ?

Des fouilles ont été menées sur un terrain ayant appartenu au tueur en série Michel Fourniret à Floing (Ardennes) du lundi 17 au mercredi 19 décembre 2018. / © FRANCOIS NASCIMBENI / AFP
Des fouilles ont été menées sur un terrain ayant appartenu au tueur en série Michel Fourniret à Floing (Ardennes) du lundi 17 au mercredi 19 décembre 2018. / © FRANCOIS NASCIMBENI / AFP

L’enquête sur les meurtres de deux jeunes filles de l'Yonne, Joanna Parrish et Marie-Angèle Domece, touche à sa fin. Des fouilles ont eu lieu à Floing, dans les Ardennes, sur un terrain qui appartenait au tueur en série Michel Fourniret.
 

Par B.L. avec AFP

Que recherchaient les enquêteurs ?

Michel Fourniret, 76 ans, a été condamné pour huit meurtres de jeunes femmes et adolescentes. Joanna Parrish et Marie-Angèle Domece, tuées dans l’Yonne dans les années 1990, font partie des victimes de celui qu’on surnomme "l’ogre des Ardennes".

Le corps de Joanna Parrish, assistante d'anglais au lycée Jacques-Aymot d'Auxerre, a été retrouvé à Moneteau. Mais, celui de Marie-Angèle Domece, une jeune handicapée mentale, reste introuvable depuis 30 ansDes fouilles ont été menées à plusieurs reprises dans l'Yonne. Les dernières, qui remontent à octobre 2018, sont restées infructueuses.


Cette fois, des fouilles se sont déroulées à Floing, dans les Ardennes. 
L'enquête est menée par la SR (section de recherche) de la gendarmerie de Dijon, dont une équipe était sur place.
 
Des fouilles sont en cours dans une ancienne propriété de Michel Fourniret à Floing, près de Sedan. / © FRANCOIS NASCIMBENI / AFP
Des fouilles sont en cours dans une ancienne propriété de Michel Fourniret à Floing, près de Sedan. / © FRANCOIS NASCIMBENI / AFP

 

Pourquoi des fouilles ont-elles eu lieu à Floing ?

Les fouilles se sont déroulées pendant trois jours sur un terrain ayant appartenu à Michel Fourniret de 1964 à 1999. La propriété, située au "clos de la Joncquière", se trouve au bout d'une voie sans issue au sein d’un village d’environ 2 400 habitants. D’anciens voisins se souviennent avoir vu Michel Fourniret creuser "des tranchées", "le soir", sur ce terrain.

Le tueur avait ensuite vendu la partie basse du terrain en plusieurs parcelles, sur lesquelles des maisons pavillonnaires ont été construites. Mais, il avait tenu à "sanctuariser" le jardin d'enfants par une "clause bizarre", explique Dominique Meurie, la maire de la commune. Contrairement à la maison, ce jardin n'avait jamais été fouillé.


 
Michel Fourniret, le 27 mai 2008 / © FRANCOIS NASCIMBENI / AFP
Michel Fourniret, le 27 mai 2008 / © FRANCOIS NASCIMBENI / AFP
 

Que sait-on du résultat des fouilles ?

Mercredi 19 décembre, en fin de matinée, un camion transportant des matériaux amalgamés de terre a quitté les lieux. Les gendarmes, les services de l'identification criminelle et la juge d'instruction parisienne Sabine Kheris, ont eux-aussi quitté le site. Pour le moment, les autorités se refusent à tout commentaire sur l'éventuel résultat de ces investigations.

Le lieu des fouilles est désormais accessible. On voit que la terre a été entièrement retournée à l'endroit du jardin d'enfants, ainsi qu’aux alentours immédiats de l'ancienne grange du tueur en série.

Rappelons que ces fouilles ont eu lieu alors que l'enquête sur le dossier Joanna Parrish et Marie-Angèle Domece arrive dans sa dernière phase. La juge Sabine Kheris a annoncé en mai dernier que le procès de Michel Fourniret et de son épouse pourrait se tenir en 2019 ou 2020.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Vacances studieuses sur les traces du patrimoine bisontin

Les + Lus