Pass sanitaire obligatoire : une grande majorité des personnels des Ehpad vaccinée, des refus jugés "anecdotiques"

Depuis la vaccination des soignants rendue obligatoire le 15 septembre, les personnels des Ehpad sont pour une large majorité vaccinés. Illustration en Bourgogne.

En mars dernier, le Premier ministre Jean Castex invitait "solennellement" les personnels des Ehpad "à se faire vacciner très rapidement". Le ministre de la Santé Olivier Véran déplorait  : "40% des soignants en EHPAD et 30% des personnels de santé étaient vaccinés. Clairement ça ne suffit pas". Il semble que le retard ait été rattrapé dans les Ehpad.

"Des gens qui ont le souci des résidents qu'ils accompagnent."

Pour Bruno de Malglaive, directeur-adjoint de la Maison Départementale de Retraite de l'Yonne (MDRY) à Auxerre, il n'y a pas eu de réticence majeure à la vaccination dans son établissement : "dès le mois de janvier, il y eu une forte adhésion des professionnels. On a organisé des vaccinations sur place : on a 455 personnes qui travaillent, il y a en a eu 3 qui ont refusé la vaccination. C'est anecdotique. "

La Maison Départementale de Retraite de l'Yonne est un grand ensemble à Auxerre, regroupant les services d'un Ehpad, d'un foyer de vie et d'un foyer d'accueil médicalisé (FAM).
Au début de l'année 2021, lorsque le vaccin n'était encore que proposé aux personnels, "les agents se sont mobilisés pour la vaccination dans une grande majorité, sans savoir que cela allait être obligatoire", rappelle Bruno de Malglaive. "On a fait beaucoup de pédagogie pour que les gens aillent se faire vacciner. Il restait une petite partie du personnel qui ne l'avait pas fait et qui finalement n'a pas rechigné à le faire."

Reste que pour les 3 personnes qui ont refusé la vaccination, le directeur-adjoint confirme que "la règle, c'est la suspension"

"J'ai 100% des personnels vaccinés"

James Bontemps, directeur de l'Ehpad Saint-Vincent de Paul, à Vignoles

James Bontemps, directeur de l'Ehpad Saint-Vincent de Paul à Vignoles (Côte-d'Or) n'a pas de personnels réfractaires au vaccin. Sur les 65 employés, il est catégorique : "Avant l'instauration du pass sanitaire, j'avais quelques personnes qui n'étaient pas vaccinées. Au moment des annonces, on avait 3 ou 4 personnes, qui finalement l'ont fait. Donc là, au 15 septembre, j'ai 100% des personnels !"

Un effet boule de neige

Mais les démarrages de la vaccination n'ont pas été simples dans son établissement : "Au tout début de la crise sanitaire, je n'avais pas beaucoup de soignants qui voulaient se faire vacciner. Après, on a fait un travail avec les médecins, et l'infirmière-hygiéniste. Pendant les transmissions, on a fait venir des médecins pour expliquer le bénéfice/risque, pour dédramatiser et enlever cette mauvaise image du vaccin qu'on peut voir sur les réseaux sociaux. Petit à petit, le taux a augmenté. Il y a eu ensuite un effet boule de neige où une majorité s'est faite par la suite vacciner."

Pas de difficulté dans les petits établissements

En périphérie de Dijon, à Longvic, l'Ehpad Marcelle Jacquelinet emploie une cinquantaine de personnes. Isabelle Faivre,la directrice, rappelle les conditions de la vaccination des soignants : "On a commencé les vaccinations en janvier. Au départ, tout le monde n'était pas d'accord. Nous avons organisé des réunions d'information, on a associé le médecin-coordonnateur, l'infirmière-hygiéniste du CHU. Il y avait des questions, je pense que les personnels devaient attendre de voir qu'on ne devenait pas malade à la suite de la vaccination, ça les a rassurés."

La directrice de l'EHPAD constate l'effet "d'accélérateur" de l'entrée en vigueur du pass sanitaire : "les derniers vaccinés ont fait les démarches pendant les vacances, lorsqu'ils ont appris la mise en place du pass sanitaire."

Pour conclure, la directrice ajoute avec soulagement qu'elle bénéficie de la totalité de son personnel, "on pourrait difficilement faire sans eux !" 

Selon la Direction de la Recherche, des Etudes, de l'Evaluation et des Statistiques, la vaccination a débuté en Ehpad à la fin de l’année 2020. Le nombre d’Ehpad atteint par la Covid-19 a ensuite nettement diminué. Environ 4 700 résidents sont décédés des suites du virus en janvier-février 2021, puis 600 entre mars et mai 2021.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société vaccins - covid-19