Refus de vaccination : le couple de l'Yonne condamné à 2 mois de prison avec sursis

Publié le Mis à jour le
Écrit par Maryline Barate .

Ce mercredi 7 janvier 2016, le tribunal correctionnel d'Auxerre a condamné Marc et Samia Larère à deux mois de prison avec sursis pour avoir refusé de vacciner leurs enfants contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite (DTP).

Le refus de vaccination est une infraction qui relève du régime de la contravention. A ce titre, les poursuites ont été abandonnées pour la période de 2011 à 2013. Les faits sont prescrits. En revanche, le tribunal correctionnel a condamné ce couple de l'Yonne pour ne pas avoir vacciner leurs enfants contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite (DTP) entre 2013 et 2015. La peine prononcée est de deux mois de prison avec sursis quand le parquet en avait requis trois.



« Une décision d'apaisement »

De plus, les époux Larère sont relaxés des poursuites de maltraitance sur enfant. Aucune injonction à vacciner n'a été prononcée par le juge. Leur avocat parle d'« une décision d'apaisement ». Me Emmanuel Ludot ne sait pas si ses clients feront appel pour obtenir une relaxe complète. « Ils sont épuisés par ce long combat judiciaire », nous a-t-il précisé par téléphone. Mais, à son sens, les choses ne peuvent en rester là. Les deux enfants, faute de vaccination, ne sont toujours pas scolarisés. Or, les Larère souhaiteraient les voir aller à l'école.



Symbole de la défiance vis-vis des vaccins

Depuis, ils étaient devenus le symbole de la défiance d'une partie croissante de la population vis-à-vis de la vaccination. Ils expliquaient leur refus par le fait que les seuls vaccins aujourd'hui disponibles combinent le DTP à d'autres comme la coqueluche, l'hépatite B ou la méningite, qui eux, ne sont pas obligatoires.



La vaccination contre les trois maladies DTP est rendue obligatoire par le code de la santé publique qui rend passible de six mois d'emprisonnement et 3 750 euros d'amende le refus ou l'entrave à la vaccination. 
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité