Drogue et argent saisis chez la maire d'Avallon : 18 des 20 "lingots d'or"... sont bien des faux

Les analyses conduites après la perquisition chez la maire d'Avallon (Yonne) Jamilah Habsaoui, dimanche 7 avril, ont permis de déterminer que parmi les 20 lingots d'or retrouvés, seuls deux sont authentiques.

C'est un détail étonnant dans une affaire déjà hors norme. Jamilah Habsaoui, maire (DVG) d'Avallon, est mise en examen et en détention provisoire depuis le 10 avril, mêlée à une affaire de stupéfiants dans laquelle deux de ses frères sont aussi mis en cause, ainsi que quatre autres suspects. 

Au domicile de l'élue (une résidence familiale où loge aussi le père de Jamilah Habsaoui), dans le quartier de la Morlande, les gendarmes ont retrouvé, lors de leur perquistion le 7 avril, 70 kilos de cannabis, près d'un kilo de cocaïne, 7 000 euros en liquide... et une vingtaine de lingots d'or. Enfin, pas tout à fait.

 

18 lingots factices

Dans un premier temps, il est annoncé lundi 8 avril que 20 lingots d'or ont été découverts. Mais dans le communiqué de presse du tribunal d'Auxerre du 10 avril, il n'est fait mention que de deux lingots. Faute de frappe ? Non : il y a un doute sur l'authenticité des 18 autres lingots, précise alors le procureur, précisant que des analyses sont en cours.

Ce lundi 15 avril, nous en savons davantage. Contacté par France 3, le procureur Hugues de Phily le confirme : après analyses, deux lingots sont bien authentiques, 18 sont des faux. 

Une affaire dans l'affaire ?

Plusieurs questions demeurent en suspens : pourquoi ces faux lingots ? Étaient-ils destinés à être revendus, ou ont-ils été reçus en guise de "paiement" ? D'où proviennent les deux vrais lingots d'or ? À qui appartiennent-ils ? Nous ne savons pas non plus, pour l'heure, de quelle matière sont faits ces lingots factices : s'ils sont partiellement en or, ou pas du tout.

Interrogé ce 15 avril, l'avocat de Rachid Habsaoui, l'un des frères mis en cause, ne souhaite pas communiquer pour le moment.

► À LIRE AUSSI : Incarcération de la maire d'Avallon pour trafic de drogue : 4 questions qui restent en suspens

À noter qu'en l'espèce, il est tout à fait légal de posséder des lingots d'or, authentiques ou non. En revanche, on bascule dans l'illégalité en cas de revente s'il s'agit de faux, ou bien si l'or sert à financer un trafic. Ce 15 avril, le prix au kilo de l'or est fixé à 70 400 euros.

La maire d'Avallon en détention provisoire : le résumé de l'affaire

Jamilah Habsaoui, ainsi que ses frères Benaïssa et Rachid, leur père et trois autres suspects ont été arrêtés dimanche 7 avril. Un des mis en cause a été relâché pour raisons médicales ; les cinq autres ont été placés en détention provisoire mercredi 10 avril, au terme d'une garde à vue de 72 heures.

 

L'enquête, menée depuis octobre 2023 par les gendarmes d'Avallon, est ouverte pour "trafic et détention de stupéfiants". La question centrale de ce dossier : quel est le degré d'implication de la maire d'Avallon ?

Mon client la met hors de cause

César Lauwerie

avocat de Rachid Habsaoui

Son avocat, Antoine Audrard, assure à l'Yonne Républicaine que sa cliente "est abasourdie (...) et n'a strictement rien à voir avec les faits qui lui sont reprochés". Le frère de Jamilah Habsaoui, Rachid, va dans le même sens : "Il indique que sa soeur n'était pas au courant que les stupéfiants étaient entreposés dans le domicile d'Avallon (...) Il dit qu'il a servi de nourrice dans le cadre d'un trafic de stupéfiants, dont il n'est pas le chef de réseau. Les stupéfiants étaient conservés à l'insu et sans le consentement de sa soeur. Mon client la met hors de cause", explique César Lauwerie, avocat de Rachid Habsaoui.

► À LIRE AUSSI : ENTRETIEN. Incarcération de la maire d'Avallon pour trafic de stupéfiants : "son frère la met hors de cause"

La maire d'Avallon bénéficie en tout cas du soutien d'une partie de ses administrés. Ce dimanche 14 avril, 200 personnes se sont rassemblées devant la mairie "en soutien à Jamilah Habsaoui", dénonçant une forme "d'acharnement" contre l'élue. 

Pour l'heure, Jamilah Habsaoui et les autres mis en cause restent présumés innocents. Aucune date de procès n'a été fixée ; les investigations continuent.