Législatives 2024. Pourquoi ils ont voté... pour personne : ces votes blancs qui ont pesé lourd dans la balance

Dans certaines circonscriptions, près de 10% des électeurs ont voté blanc. Cela a-t-il favorisé des candidats du Rassemblement National ? Illustration dans la première circonscription de l'Yonne (Auxerre-Puisaye).

Plusieurs victoires dans un mouchoir de poche. Dimanche 7 juillet, certains candidats du RN en Bourgogne ont été élus députés avec quelques centaines de voix seulement, parfois moins, sur leur adversaire. Comme René Lioret, victorieux dans la 5e circonscription de Côte-d'Or (Beaune), avec 42 voix d'avance sur Didier Paris (Ensemble).

Dans l'Yonne, Daniel Grenon, pourtant accusé d'avoir tenu des propos racistes et désavoué par Jordan Bardella, a été réélu député dans la première circonscription. Avec quelque 1200 voix d'avance. Mais les votes blancs, très nombreux, ont semble-t-il pesé lourd dans la balance. 

► À LIRE AUSSI : Législatives 2024 : du Nouveau Front Populaire au RN, qui sont les 15 nouveaux députés de Bourgogne ?

Car ils auraient pu bouleverser les résultats. Dans cette circonscription, on recense près de 4 289 votes blancs au deuxième tour, soit 8,3% des scrutins. C'est deux fois plus que la moyenne nationale. À titre de comparaison, 933 électeurs icaunais avaient décidé de voter blanc au premier tour.

Les électeurs dans le flou

Pour rappel, de nombreuses triangulaires ont émergé au premier tour des élections législatives, en France comme en Bourgogne. Dans notre région, neuf candidats qualifiés au second tour, mais arrivés en troisième position, se sont retirés de la course pour faire barrage au Rassemblement National, comme Faddila Khattabi en Côte-d'Or.

Tous ? Non, certains ont préféré s'abstenir et ne pas donner de consignes de vote claires à leurs électeurs. C'est le cas de Céline Bähr, candidate LR. Guillaume Larrivé, l'ancien député LR, a lui aussi choisi de ne pas choisir entre les deux candidats.

"Madame Bähr avait dit qu’elle n’avait pas à choisir entre les extrêmes", explique Jean-Vincent Holeindre, politologue. "Elle a corrigé sa position en expliquant que Daniel Grenon n’était pas à la hauteur de l’enjeu. Victor Albrecht a appelé à faire barrage au RN, tout en expliquant les points de désaccord qu’il pouvait avoir avec Florence Loury."

Alors à Auxerre, certains électeurs sont un peu perdus, et ont préféré également s'abstenir. "Je pense que les votes blancs ont contrarié les élections de Florence Loury. Je suis de cet avis, et j’ai voté blanc parce que je me sens ni proche du Rassemblement National, ni proche des écologistes", révèle un électeur de l'Yonne.

Avec l'appui des candidats battus, le sort de Florence Loury aurait pu être largement différent. "Je comprends ceux qui votent blancs, parce que c’est une période compliquée", estime une électrice.

À LIRE AUSSI : Législatives 2024 : comment a voté votre commune au second tour ? Les résultats définitifs

"Voter blanc, c'est donner une voix à quelqu'un d'autre"

L'Yonne est le seul département de la région où le Rassemblement National l'a emporté dans chaque circonscription. Une satisfaction pour ses partisans. "J’en avais très envie, mais je suis surprise de ne pas avoir plus de résultats que ça. Voter blanc, ne pas voter ou voter nul, c’est donner une voix à quelqu’un d’autre qu’on ne voudrait pas lui donner."

À Auxerre, Florence Loury est pourtant largement arrivée en tête avec 61,1% des voix. Mais on compte aussi 987 votes blancs, soit presque autant que tout le département lors du premier tour des législatives. "J’ai des amis qui ont voté blanc. C’est un droit, mais je ne voterai pas blanc. Je suis partisan et je prends position. Au premier tour, j'ai voté à droite et au deuxième tour j'ai voté à gauche."

Les électeurs apprécient de moins en moins qu’on dise pour qui ils doivent voter. Mais cette situation ambiguë a provoqué un surcroît de vote blanc.

Jean-Vincent Holeindre

Politologue

Ces votes blancs ont-ils coûté la victoire au Nouveau Front Populaire dans cette circonscription ? Jean-Vincent Holeindre n'en est pas sûr. "Les électeurs ont été incités directement ou pas à ne voter ni Daniel Grenon ni Florence Loury, et ça se retrouve dans les urnes avec un électoral qui vote blanc, qui exprime un point de vue pour dire qu'il n’y a pas un candidat préférable. Certains auraient pu voter Daniel Grenon et ont finalement renoncé à le faire avec cette polémique autour de lui. On ne peut pas dire que ces votes blancs auraient pu se déporter vers un candidat ou vers un autre."

L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Bourgogne-Franche-Comté
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité