Mort de Jean-Pierre Soisson : "notre dernier duc de Bourgogne", "un grand humaniste", "un épicurien"

L'ancien ministre et maire d'Auxerre, figure de la Ve République, est mort mardi 27 février à l'âge de 89 ans. La classe politique lui rend hommage.

C'est une bête politique qui a tiré sa révérence ce mardi 27 février 2024. Jean-Pierre Soisson est décédé à l'âge de 89 ans. Il aura été plusieurs fois ministre sous la présidence de Valéry Giscard d'Estaing, puis de François Mitterrand. Mais aussi maire d'Auxerre (Yonne) durant 27 ans, 10 fois député et président du conseil régional de Bourgogne. Une carrière politique longue de 44 ans.

Les réactions

Patrick Gendraud, président (DVD)  du département de l'Yonne : "Un sentiment de tristesse m'envahit ce soir. Jean-Pierre Soisson restera le grand homme politique de notre département de l'Yonne, et bien au-delà de nos frontières icaunaises. Au-delà de sa longue carrière, c'était un grand humaniste et sa mémoire restera à jamais dans cette belle ville d'Auxerre qu'il aimait tant. J'adresse toutes mes condoléances et toute mon affection à son épouse, ainsi qu'à sa famille".

Guillaume Larrivé, ancien député (LR) de l'Yonne, essayiste, sur le réseau social X : "Il était notre dernier duc de Bourgogne. Il avait tant donné à la Puisaye, à Auxerre, aux petites villes et villages de l'Yonne, que ses liens avec nous allaient bien au-delà de l'aventure politique. Il créait l'affection et l'admiration, tant il avait le goût du partage et, dans la réflexion comme au cœur de l'action, le sens de la réconciliation. (...) Pendant plus d'un demi-siècle, il a servi l'Etat avec panache. Son amour des belles lettres égalait celui des bonnes tables. En cela, il était éminemment et passionnément Français. Si vivant, au fond, que sa mort nous semble impossible à penser. Je veux croire que, là-bas, Jean-Pierre n'en a pas fini avec l'espérance (...). 

 À LIRE AUSSI : Il a été ministre sous Giscard d'Estaing puis sous Mitterrand : Jean-Pierre Soisson est mort

François Patriat, sénateur (Renaissance) de Côte-d'Or, ancien président de la Région Bourgogne : "C'est vraiment triste. Jean-Pierre Soisson était un élu dont la passion pour son territoire était sans égale. Épicurien et cultivé. Passionné d'histoire et de sport. Fidèle en amitié et chaleureux. La Bourgogne a eu un grand défenseur. Nos différends ont toujours été surpassés par notre attachement bourguignon".

Crescent Marault, maire (LR) d'Auxerre : "Dans la capitale de l'Yonne (...), Jean-Pierre Soisson a su innover et apporter des idées neuves. Par son impulsion, les quartiers Saint-Siméon et des Piedalloues sortent de terre. Et le marché couvert de l'Arquebuse est réalisé, une révolution pour l'époque. Soutien attentif et premier supporter de l'AJ Auxerre, il est aussi resté fidèle à son histoire personnelle avec le stade auxerrois où, pendant sa jeunesse, il faisait du sport. Jean-Pierre Soisson a toujours travaillé avec passion et détermination pour améliorer la vie de ses concitoyens (...).

Au-delà de son parcours politique exceptionnel, Jean-Pierre Soisson était aussi un érudit et un passionné d’histoire qui a su, par de nombreuses publications reconnues, mettre en lumière nombre de personnages dont certains illustres dans l’histoire de sa chère Bourgogne. Il restera dans les mémoires comme un homme engagé pour son pays et attaché à son territoire. Il a toujours fait preuve d’une profonde humanité, portant haut les couleurs de la France et de la République (...).

Au nom des élus du conseil municipal d'Auxerre et du conseil communautaire de l'agglomération de l'Auxerrois, j'adresse à la famille de Jean-Pierre Soisson et à ses proches nos sincères condoléances et notre gratitude pour l'engagement remarquable qui a été le sien".

François Rebsamen, maire (Fédération Progressiste) de Dijon : "Hommage à Jean-Pierre Soisson. Malgré les divergences d'orientations politiques, le respect s'impose devant un homme qui représentait la Bourgogne. Je retiens son engagement en faveur de la formation professionnelle et de l'insertion pour tous".

Marie-Guite Dufay, présidente (PS) de la région Bourgogne-Franche-Comté : "C'est avec une grande émotion que j'apprends le décès de Jean-Pierre Soisson (...). Conseiller au sein du cabinet d’Edgar Faure, alors ministre de l’agriculture, au tout début de sa carrière, Jean-Pierre Soisson avait trouvé en l’ancien président de la Franche-Comté son mentor en politique. C’est aujourd’hui une figure singulière de la vie politique française qui disparaît, un éternel amoureux de l’Yonne, de la Puisaye et d’Auxerre."

Didier Paris, député (Renaissance) de Côte-d'Or : "Homme de grande culture, chaleureux, épicurien, Jean-Pierre Soisson savait transcender les courants politiques et préserver les intérêts d'Auxerre et de la région Bourgogne qu'il aimait tant".