VIDEO. Route du Rhum 2022. Quand contre vents et marées Michel Desjoyeaux remportait l'édition 2002

durée de la vidéo : 00h06mn13s
Les légendes du Rhum. Victoire de Michel Desjoyeaux en 2002 ©France 3 Bretagne

GRAND FORMAT. L'édition 2002 de la Route du Rhum a été dantesque. A peine partis, les skippers ont dû faire face à une énorme tempête. La casse a été importante. Heureusement, tous en sont revenus. Michel Desjoyeaux, lui, a su trouver le bon chemin.

L’homme n’est pas connu pour déballer ses sentiments. Mais cette entrée dans les écluses, quelques jours avant le départ de la 8éme Route du Rhum, c’est un tsunami. Un bonheur sans nom.

Jamais la course n’a regroupé un tel plateau : 18 multicoques, presque tous flambant neuf, alignés dans le bassin Vauban. Autant de monocoques 60 pieds. Et tous les autres. Michel Desjoyeaux se frotte les yeux. «  Ce moment-là a été unique. » La route du rhum 2002 s’annonce dantesque, dans la veine de son créateur Michel Etevnon. On attend le show avec délectation.

Et pourtant, dans les jours qui précédent le départ, l’enthousiasme laisse place à l’inquiétude dans la cellule fermée des tacticiens routeurs. Une violente dépression est annoncée. Ca c’est pour la version soft.

Chacun s’arrache les cheveux en se demandant bien, par où sera la sortie de secours. On ne pense même plus à la performance, il s’agit de se frayer un chemin cohérent dans la tempête.

La peur

Dimanche 10 novembre. Comme à chaque édition du Rhum, le Cap Fréhel grouille de badauds venus en pèlerinage voir les machines volantes. Il y a du spectacle et l’on tremble à l’idée de voir tous ces marins s’engouffrer dans la gueule du diable.

Franck Cammas passe la célèbre bouée du Cap juste derrière Loïc Peyron. Il est confiant. Depuis sa première participation dans le Rhum, quatre ans plus tôt, il a pris de l’épaisseur et enquillé les milles.

C’est l’un des favoris.

Deux marins se retrouvent nez à nez dans une situation surréaliste

La nuit tombe et la situation météo s’avère déjà instable. Cammas réduit sa voilure et rentre au chaud se préparer une soupe : «  J’étais à l’intérieur quand j’ai senti que le bateau commençait à gîter sur une rafale. Normalement, ça revient. Je suis alors sorti et le bateau ne s’est pas redressé. Je suis tombé en arrière et me suis retrouvé pendu à l’écoute de grand voile, éjecté du bateau. »

Franck vient de frôler le pire et le trimaran lui retombe sur la tête. Miraculeusement, il n’a rien. Le marin, malgré tout un peu sonné, parvient à rentrer dans l’habitacle retourné de son navire.

Le temps de reprendre ses esprits, c’est un gros choc qui fait trembler la carcasse du bateau blessé. Improbable situation ! Jean Le Cam vient de percuter dans la nuit noire le bateau chaviré de Cammas.

Les deux marins se retrouvent nez à nez dans une situation surréaliste : leurs bateaux de course sont entrés en collision au milieu de l’océan.  

Non loin de là, un autre marin évite de justesse le carambolage avec les bateaux de Cammas et le Cam.

Bertrand de Broc abandonne

Bertrand de Broc, lui aussi embarqué sur un multicoque, ne comprend plus rien. «  J’avais les jambes qui tremblaient, j’étais incapable de quitter la barre ». Il se raisonne, va enfiler des vêtements secs et se force à avaler des pâtes préparées le matin. Puis il cogite.

«  Les conditions étaient pourtant tranquilles mais la machine qu’il faut être pour naviguer sur ces bolides, s’est arrêtée. J’avais perdu mes repères. Plutôt que de risquer ma peau et celle de mon bateau, j’ai préféré rentrer à Brest, pour ne pas faire la course de trop. Je me suis souvenu de Loïc Caradec en 1986. Il avait dit que c’était sa dernière transat en solo, et il n’en est jamais revenu ».

Les skippers en solitaires de multicoques évoquent rarement leurs craintes. Bertrand de Broc l’explique ainsi : «  Les marins n’aiment pas parler de ça, puisque c’est de peur qu’il s’agit. Naviguer en solo là-dessus est un truc anormal ».

L’abandon de Broc quelques heures après le lancement de la course chamboule le milieu. L’homme est connu pour sa résistance et son sang froid. Alors l’affaire fait grand bruit…

A la veille de la conférence de presse que de Broc s’apprête à donner aux journalistes, Jean Louis Touzet résume ainsi la situation :

«  Bertrand de Broc sera, quoi qu’il dise aujourd’hui dans sa causerie à la presse, jugé comme celui qui a démissionné. Pourtant il n’a pas travesti la vérité sous des explications techniques qui permettent parfois de s’en tirer avantageusement. Il a assurément bien fait de se montrer honnête. Cela permet de garder l’estime de soi ».

durée de la vidéo : 00h01mn23s
Route du Rhum. Abandon de Bertrand de Broc en 2002 ©France 3 Bretagne

Le cauchemar

Détenteur de deux records du monde en solitaire (un à l’endroit, un à l’envers), Philippe Monnet, pourtant habitué aux conditions extrêmes, a rarement vu de telles variations de vent.

Dans le gros de la tempête, après plusieurs sorties forcées sur le pont à quatre pattes, le visage lacéré par les bourrasques, les mains griffées par les embruns et le froid, Monnet a vu la trinquette de son voilier se dérouler sans prévenir. La poche d’air créée fait immédiatement chavirer le multicoque, déjà à sec de toile. «  J’ai juste eu le temps de me pendre au filet ».

Après un bain forcé, Monnet parvient à réintégrer le bord. Il déclenche sa balise de détresse et sera récupéré quelques heures plus tard par un hélicoptère.

Le dossier devient brûlant  

Et ce n’est pas fini...

Le Gitana de Lionel Lemonchois n’a plus sa tête de mât. Thomas Coville puis Karine Fauconnier assistent impuissant à la cassure du bras de liaison de leur trimaran ORMA. Le dossier devient brûlant dans la presse et continue à l’être sur l’eau.

Loïc Peyron est frappé à son tour. Une déferlante « coup de poing » casse son flotteur tribord et entraîne la chute du mât. «  C’est la première fois que je fais autant de dégâts d’un coup, j’étais en forme  », ironise Peyron.  Caméra au poing, le navigateur filme l’agonie de son navire.  Comme il en a l’habitude, ses formules verbales claquent pour faire vibrer le terrien.

Quatre ans plus tard, Peyron reviendra dans un entretien sur cet épisode, une analyse qui fait froid dans le dos.

durée de la vidéo : 00h01mn41s
Route du Rhum. Analyse Loick Peyron 2002 ©France 3 Bretagne

     

La bérézina

Après une semaine de course, sur les 18 multicoques de la classe ORMA présents au départ, ils n’en restent plus que quatre. Dans la presse, beaucoup d’éditorialistes s’interrogent. «  L’honneur bafoué des Formule 1 de la mer », «  La R oute du Rhum hors la loi », «  Les raisons de la bérézina ». On veut faire la peau aux trimarans dernière génération.

Au milieu de la tempête médiatique, quelques marins essayent de se faire entendre à l’image d' Alain Gautier : «  Les multis sont des engins passionnants, sans doute extrême, c’est vrai ; mais malgré tout, quand on réussit une belle traversée rapide de l’Atlantique en solitaire sur des bateaux comme ceux-là, on en retire autre chose qu’en monocoque ».

Jean Le Cam, contraint à l’abandon, sort lui aussi de sa réserve : «  Ca cause, et ceux qui causent beaucoup sont ceux qui n’y étaient pas. Qu’est-ce qu’il nous reste à faire ? Réécrire une nouvelle histoire maritime, et c’est dans l’adversité que l’on progressera ».

« On se demande bien ce que l’on va faire demain »    

Stève Ravussin, skipper

 

Le chavirage du skipper Suisse Stève Ravussin, deux jours avant l’arrivée à Point-à-Pitre, n’arrangera rien.

En tête de la course et débarrassé de toute menace derrière lui, Stève a un coup de mou… il pique du nez.

Le « lâcher prise » lui sera fatal. Voilà Ravussin, à son tour, à l’envers.

Le malheureux Suisse n’est pas prêt de s’en remettre. «  Je pense à tous ceux qui m’ont soutenu dans cette aventure. Tout est réduit à néant et on se demande bien ce qu’on va faire demain ».

Il n’est sans doute pas le seul skipper à se poser cette question.  

Une victoire partagée

Le chavirage de Stève Ravussin bouscule l’ordre des choses. C’est désormais un monocoque qui mène la course.

Certes Ellen MacArthur, comme tous les marins naviguant en monocoque, a quitté St Malo 24h plus tôt.

Mais pour la première fois depuis la création de la Route du Rhum, les trimarans sophistiqués, destinés à faire de la vitesse, ne seront pas les premiers à couper la ligne d’arrivée. Pour la première fois, il n’y aura pas un classement « scratch » toutes catégories, mais un vainqueur chez les multis et un vainqueur pour les monos.

Dans la nuit guadeloupéenne, Ellen MacArthur, 1m53, entre victorieuse dans la marina de Point-à-Pitre.

L’accueil est digne d’une star de rock n’roll. La foule est amassée pour essayer d’apercevoir le « phénomène » MacArthur.  

durée de la vidéo : 00h01mn35s
Route du Rhum. Victoire Helen Mc Arthur 2002 ©France 3 Bretagne

"Encore elle…" C’est ce que pourrait légitimement bougonner Michel Desjoyeaux.

Quelques heures après l’arrivée de la petite Anglaise, il pénètre à son tour dans la marina de Pointe-à Pitre. Pour sa première participation à la Route du Rhum, le voilà donc vainqueur d’une catégorie meurtrie par la casse.

Certes, le marin est heureux, il brandit les traditionnels feux à mains qui viennent illuminer son visage de rouge. Mais le héros, celui qui aura été le plus rapide sur le chrono à relier St Malo à Point-à-Pitre, se fait une nouvelle fois voler la vedette :  lors de l’arrivée du Vendée Globe, l’engouement médiatique s’était concentré sur Ellen MacArthur, deuxième derrière lui.

Cette année-là, Michel Desjoyeaux, Marc Guillemot et Lalou Roucayrol seront les trois seuls marins rescapés à franchir la ligne d’arrivée à bord d’un multicoque 60 pieds.  

Retrouvez toutes les Légendes du Rhum :

Retrouvez tous nos articles sur la Route du Rhum en CLIQUANT ICI