En recherche d'emploi ou en reconversion professionnelle, la région Bretagne les forme sur des métiers en tension

À l’école de joaillerie de Ploërmel, dans le Morbihan, des demandeurs d’emploi se forment au polissage. Pour les accompagner, comme pour les personnes tentées par une reconversion professionnelle, la région Bretagne a créé Qualif Emploi. Un dispositif de formation, orienté vers les professions, qui peinent à trouver de la main-d’œuvre.

C'est un métier méconnu qui demande patience et dextérité, le polissage. Un travail de l'ombre que Laure exécute déjà avec des mains de maître. "On est les dernières personnes à intervenir sur la pièce. C’est pour ça qu’on s'occupe du nettoyage. L'aspect de la pièce doit être impeccable à la fin parce que la dernière personne qui touche la pièce avant le client, c’est nous." Laure fait partie des huit élèves à suivre depuis le mois de janvier une formation de six mois au métier d'expert polisseur au sein de l'école Tané, de Ploërmel. Des élèves âgés de 18 à 49 ans et aux profils très différents.

Certains sont demandeurs d'emploi, d'autres en reconversion professionnelle comme Dominique Le Bail. Monitrice d'équitation pendant une vingtaine d'années, elle s'apprête aujourd'hui à changer de vie. "L'idée d'une formation courte, de six mois, diplômante avec un travail derrière, c'est ce qui m'a conquis. Il y a du travail." 

Expert polisseur, un métier en tension

Destiné aux demandeurs d’emploi et aux personnes en reconversion, ce parcours permet de préparer le CAP Art et techniques de la bijouterie-joaillerie, option polissage et de répondre à un véritable besoin de recrutement des entreprises de bijouterie-joaillerie de luxe, qui ne parviennent plus à recruter tant la tension sur ce métier est aiguë. "C’est un métier qui est peu demandé parce qu’on est dans des métiers de niche", explique Nathalie Bihan, directrice de l'école Tané. "Le métier de polisseur est moins connu, mais il est indispensable aux ateliers. Et aujourd’hui, il n’y a pas beaucoup de formations. Il y a vraiment une demande de la profession".

Le luxe ne connaît pas la crise

L’école Tané avait en effet été approchée par des ateliers de grandes maisons parisiennes en quête de nouveaux collaborateurs, notamment des maîtres polisseurs, en vue de futures embauches et/ou d’implantations en Bretagne. "On a deux ateliers qui se sont installés en 2022. L'un se trouve à Rennes avec une quarantaine de salariés et sur ces 40 personnes, dix ont fait l’école Tanée", détaille Nathalie Bihan. "Et en septembre 2022, un autre atelier s’est ouvert à Vannes avec près de 50% des effectifs issus de l’école Tané. Les voyants sont au vert, car on accueille des demandeurs d’emploi. On leur offre une formation d’excellence, de qualité."

Après seulement trois mois de formation, la moitié des élèves a ainsi déjà reçu une promesse d'embauche. Un métier recherché dans un secteur qui ne connaît pas la crise.

Selon un rapport du cabinet Bain & Company, avec un poids estimé à 1 500 milliards d'euros en 2023, soit une hausse de 8 à 10% par rapport à l’année précédente, le marché mondial du luxe a connu une année record. À plus long terme, les dépenses sur le marché du luxe, dans sa globalité, pourraient  atteindre 2 500 milliards d’euros en 2030. 

À LIRE : Territoires Zéro Chômeur. Où en est-on en Bretagne ?

300 formations qualifiantes en Bretagne

Cette formation express est entièrement financée par la Région dans le cadre du dispositif Qualif emploi. La Région finance près de 300 formations qualifiantes dans 15 secteurs d'activité dont celui de la bijouterie-joaillerie pour favoriser la montée en compétences des Bretonnes et des Bretons, et répondre aux besoins des entreprises. "Qualif Emploi, ça consiste à prendre des gens qui sont soit en reconversion professionnelle, soit qui ont arrêté leurs études pour faire autre chose sur un aspect très pratique", explique le député Paul Molac. "On va les former dans un métier. Ici ce sont les métiers de la joaillerie".

À LIRE : Reconversion professionnelle. Devenir assistant(e) maternel(le) en 4 mois, financé par la Région, c'est possible

Les personnes en recherche d’emploi souhaitant préparer leur reconversion ou évoluer professionnellement peuvent ainsi se former à un métier, obtenir une qualification reconnue et accéder à un emploi plus durable. "On a mis en place cette formation pour pouvoir former des polisseurs qui trouveront après de l’emploi assez facilement", souligne Paul Molac.

En Bretagne, la région accompagne près de 190 stagiaires engagés dans l'un des 19 parcours de qualification aux métiers de l'art, du spectacle ou de l'audiovisuel, dans dix lieux de formation.