Témoignages. "Chanter, c'est passer d'un état vivant à super-vivant", les incroyables pouvoirs de la voix sur notre santé !

Publié le Écrit par Antoinette Grall

À la question "chantez-vous ?", la réponse est souvent "j'aimerais bien, mais je n'ose pas". Or les vertus du chant sont nombreuses, sur le corps, sur l'esprit, mais aussi plus globalement sur la société. Ceux qui se sont lancés sont unanimes : le chant les aide à aller bien, à se sentir "super vivants". Témoignages.

"Si vous voulez chanter, venez dans une chorale" conseille joyeusement Perrine Aterianus, Cheffe de chœur. Son plus grand plaisir est d'aider les gens à récupérer le pouvoir que donne le plaisir de chanter, "C'est le pouvoir de prendre la parole, de trouver la note que l'on a à jouer dans un ensemble, et d'accepter sa singularité" exprime-t-elle. Pour elle, seule l'envie est nécessaire pour venir chanter.

Engager tout son corps 

Chanter, c’est prendre conscience que l’on est vivant, réaliser à quel point son corps est puissant. Car c’est bien le corps tout entier qui est engagé lorsque l’on chante. "Le corps humain est envisagé comme un instrument de musique, une véritable caisse de résonance avec son ossature, sa musculature, ses cordes vocales, qui vibre au diapason de ce qui l’entoure" explique Ninon Bodin, professeure de chant.

"Chanter, c'est une manière simple de faire de la musique. On a absolument tout sur soi."

Ninon Bodin

"Je vais amener la personne à découvrir sa voix, à l'apprivoiser, en bougeant. J'utilise beaucoup les mains et des images. Nous imaginons lancer puis laisser tomber des bottes de foin, nous tirons à l'arc... pour trouver l'énergie, le souffle, la direction du son. Il faut avoir conscience de soi physiquement de manière intégrale" expose Ninon Bodin, professeure de chant.


Techniquement, chanter peut mobiliser jusqu’à deux cents muscles. Cette séance de gainage améliore le souffle et la posture. Mais il est un plaisir corporel du chant qu’aucune séance de sport traditionnelle ne peut apporter : la sensation produite par les vibrations du son. C’est le plaisir de se laisser aller à résonner complètement, c'est comme un micromassage !

"Lorsqu'on dit que chanter nous touche, ce n'est pas une image, c'est très concret."

Perrine Aterianus

"Chanter implique le corps et l'esprit en entier, c'est de la pleine conscience" poursuit Domitille Ferey, cheffe de chœur.


Des jeux d'esprit peuvent aider à débloquer la voix chantée."On va chanter une partition en imitant un manifestant, un supporter de foot ou une maman qui chante une berceuse à son enfant, cela fait rire, libère et augmente les capacités vocales de manière impressionnante. C'est hyper agréable de voir quelqu'un ressentir les bénéfices du chant en osant se lancer" dévoile Domitille Ferey.

Se décontracter

Le chant, c'est de la décontraction. C'est important de développer sa capacité respiratoire tout en décontraction. "Cette notion de détente est étonnante, après des années de chant, de cours de chant, elle ne m'est toujours pas naturelle, il faut que je la pense, sinon je serre mes abdominaux et manque d'air. Je continue les cours de chant individuel pour gagner en confort, pour m'aider à mieux gérer mon souffle" explique Françoise Macé, choriste.

"Chanter c'est apprendre à lâcher prise."

Françoise Macé

Manuela Crespel, choriste à "Sous la douche", associe la sophrologie à son activité de chant chorale. "J'y trouve du confort pour mieux gérer mon stress. Le chant me décharge de mes tensions et me recharge positivement" explique-t-elle.

Le frisson musical

« La voix est le reflet de notre Être et de nos émotions » écrivait Platon. Elle « trahit » notre histoire de vie, il est difficile de chanter en étant triste et impossible en pleurant et sous la colère comment réussir à chanter une berceuse. "Les gens sont transformés en s'autorisant à chanter" explique Perrine Aterianus.  

"Ils apprennent à libérer leurs émotions."

Perrine Aterianus

"Ils déverrouillent des endroits de leur corps qui sont des entraves à la vibration du son" ajoute-t-elle.

Chair de poule, envie de pleurer... Le chant vous fait vivre ce que les scientifiques appellent un "frisson musical". Cette manifestation physique de l'émotion se déclenche sous l'effet de décharge d’hormones associées au bien-être et au plaisir. 
Françoise Macé, trouve assez difficile de trouver les mots qui expriment la joie que lui procure le chant. "J'arrive à m'émouvoir moi-même en chantant, (rires) bien sûr pas parce que je suis en admiration devant ma voix, mais parce que le chant est beau. Je suis bouleversée." 

"Participer à cette beauté me fait me sentir belle et forte, déterminée, de bonne humeur. ."

Françoise Macé

"Chaque cours est un laboratoire. J'ai une valise pleine d'outils, je teste, j'observe, j'accueille, j'encourage. Pour faire sortir la voix, on ne combat pas que la barrière physique, mais aussi la barrière mentale." explique Ninon Bodin.

Apprendre à être soi-même parmi les autres       

Perrine Aterianus, considère faire de l'émancipation vocale. "Aucun son ne sonne faux, nous faisons la note que nous voulons lorsqu'on se sent accueilli." 

"S'autoriser à chanter, c'est un acte d'émancipation individuel et collectif très fort."

Perrine Aterianus

La chorale donne le droit de se cacher dans le groupe, le temps de se sentir assez à l'aise. "Là, il n'est pas question de juste ou de faux, tout le monde a le droit de chanter. Chanter est une fonction collective. Je fais toutes sortes d'exercices pour que les choristes laissent leur tête de côté, leurs oreilles savent très bien ce qu'elles doivent faire. Nous faisons des quintes, des intervalles sans savoir comment cela s'appelle. J'ai l'impression d'avoir une baguette magique." raconte amusée Perrine Aterianus.

"La musicalité est organique, on n'a rien besoin de savoir."

Perrine Aterianus

Lors de l'intégration chez les compagnons du devoir, chaque élève doit chanter en public, cette tradition apprend à être bienveillant envers les autres, et plus tolérant envers soi-même. 

"La voix ne triche pas, parfois serrée, parfois immense, elle parle de nous."

Perrine Aterianus

Pour Manuela Crespel, chanteuse au chœur "Sous la douche", "Chanter apprend l'humilité. Il faut accepter les défauts de sa voix, le chant relativise la toute-puissance que l'on veut se donner." (rires)

Passeuse de chant

Attachée à la question de l'inclusivité, Perrine Aterianus considère le chant comme le meilleur des outils pour rassembler des petits groupes comme des foules chantantes. "Le chant répond à un besoin d'appartenance très fort. Il est apolitique et sans limites générationnelles"" souligne la jeune femme qui aime se définir "passeuse de chant" :
"Laisser le chant vous traverser librement puis regarder le partir plus loin continuer son histoire, les chansons ne nous appartiennent pas" explique-t-elle.

Carte des ensembles vocaux en Bretagne :

Chanter pour faire joli est une considération très contemporaine. Les concerts représentent qu'une toute petite partie de la production vocale.

"On chante pour faire humanité, pour militer, travailler, bercer, accompagner tout ce que l'on vit."

Perrine Aterianus

S'écouter les uns les autres

Le chant développe du respect, de l'écoute. Des études démontrent que ses vertus se démultiplient lorsqu'on chante en groupe. Dans la majorité des cas, en chant choral, les personnes trouvent leur voix par mimétisme en se calant sur le groupe. Perrine Aterianus remarque que l'évolution se fait souvent en trois étapes "Au départ, être à un endroit dans le chant et savoir l'autre en train de faire autre chose est insupportable, puis cela devient tolérable, et finalement nécessaire".  

"Chanter ensemble, c'est trouver sa note pleine de sens uniquement parce qu'il y a la note de l'autre."

Perrine Aterianus

"On ne chante pas les uns à côté des autres, mais les uns avec les autres. C'est faire un, tous ensemble" expose Françoise Macé, chanteuse au chœur "Vibrations".
Il faut être capable d'apprécier les contributions des autres, au-delà du jugement que l'on porte sur sa propre voix. Le chant conduit à un sentiment d'altruiste, favorise la coopération plutôt que la compétition.

Démonter des croyances limitantes

L'appareil vocal est un sphincter qui est là pour protéger les voies respiratoires et les voies de déglutition. Le fait que l'on parle, que l'on puisse faire du son et donc chanter est un effet collatéral de notre verticalité. Mais la fonction première de nos cordes vocales est de se fermer dès une sensation de danger.
"L'outil est difficilement maîtrisable, il faut apprendre à l'apprivoiser. La plupart des gens ont entendu dans la bouche d'une institutrice, d'un grand frère, "tais-toi, tu chantes faux,..." exprime Perrine Aterianus. 

"Ils se souviennent en général du jour, de l'odeur, de la lumière, de l'endroit où ils étaient et se taisent après à tout jamais."

Perrine Aterianus

"Nous avons perdu l'habitude de chanter en famille, à part peut-être les joyeux anniversaires. Sans entraînement, nous nous sentons en insécurité. Les personnes qui dans leur enfance ont été exposées au chant sans jugement, avec par exemple des parents qui chantaient en faisant la vaisselle... se remettent à chanter plus facilement, la mémoire de l'oreille aidant" souligne Domitille Ferey.

"Le plus dur des juges est souvent à l'intérieur de nous."

Domitille Ferey

"J'ai vu des gens qui en se mettant à chanter ont renoué avec leur capacité à s'exprimer. Épanouis, ils reprennent le pouvoir sur eux-mêmes." 

Chanter "muscle" le cerveau et son adversité

Anne-Sophie Villain, médecin, pianiste et chanteuse, raconte "le chant est plus ou moins une mise à nu. Vaincre mon trac m'oblige à travailler sur moi, ce dépassement me procure une grande satisfaction." 

"J'ai découvert que sans artifice, qu'avec juste ma voix, j'allais beaucoup plus loin que je ne pouvais l'imaginer."

Anne-Sophie Villain

"Nous avons fait un concert où il fallait tout savoir par coeur, un chant en Norvégien, un autre en onomatopée...La mémorisation a été très compliquée, je suis prof de math, dans ma discipline je n'ai pas à apprendre, comprendre me suffit" expose Françoise Macé.
Chanter permet de conserver une bonne mémoire verbale et une aptitude au raisonnement. 
Il favorise les apprentissages linguistiques et la concentration. 

Le chant en médecine

Les thérapies du chant sont multiples.

"J'ai toujours considéré le chant comme un bon moyen d'exprimer ma sensibilité, un moyen de dire les choses lorsque je ne trouve pas les mots" exprime Ninon Bodin. 

Domitille Ferey avait travaillé avec des enfants dyslexiques et dysphasiques. Devenue orthophoniste elle se spécialise dans les troubles de la voix.

Elle identifie des verrous corporels, de mâchoire, mentaux et soigne par le chant.

  • Certaines personnes consultent pour des problèmes de voix parlée trop forcée. Elles serrent leurs cordes vocales de manière trop toniques et les abîment. Le geste de la voix chantée les aident à rétablir cette pression sous glottique trop forte. 
  • D'autres personnes en transition de genre viennent pour féminiser leur voix,la rendre plus aiguë ou plus grave. Le chant permet cette transformation grâce aux "mécanismes laryngés", en exerçant son larynx à plusieurs modes vibratoires.
  • Le chant soigne aussi la maladie de Parkinson. La voix perd son intonation, le chant redonne de la nuance. 
  • Le chant permet de réapprendre à parler après un AVC.
  • Le chant permet à des personnes qui bégaient, qui ont des troubles de la fluence, hésitent, bloquent ou se répètent à regagner en fluidité.

Communiquer au-delà des mots

Il est une porte d'entrée pour partir à la rencontre du monde. Il fait passer des émotions au-delà de la compréhension de la parole, du sens des mots.

"Chanter, c'est passer d'un état vivant, à super vivant."

Mélanie Panaget

 

"Le chant tisse un lien particulier qui dépasse le fait de se comprendre mot à mot et le corps se souvient de la sensation physique de ces moments forts" évoque Anne-Sophie Villain.

Dans le chant choral, nous émettons des ondes acoustiques qui se combinent entre elles, se propagent avec énergie et provoque une puissante vague de résonance. "Cette signature sonore donne vie à chaque fois à un tableau unique. Toutes ces vibrations nous relient les uns aux autres et engendrent énormément d'émotions. Il y a quelque chose de l'ordre du divin, une élévation du corps, on ressent un énorme potentiel envers soi-même et envers les autres" conclut Mélanie Panaget.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité