L'Alsace touchée par la fin des aides à la production d'électricité issue de la géothermie profonde

"Des décisions prises sans concertation" voici ce que dénoncent plusieurs élus alsaciens suite à l'annonce du gouvernement de l'arrêt total du soutien à la production d'électricité issue de la géothermie profonde. Une décision qui n'est pas sans conséquence pour les projets alsaciens.

 

Centrale géothermique de Soultz-sous-Forêt inaugurée en 2016
Centrale géothermique de Soultz-sous-Forêt inaugurée en 2016 © MaxPPP/Dominique Gutekunst
Le 25 janvier 2019, le gouvernement dévoilait son projet de Programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE). Un document de 400 pages qui mettrait fin aux subventions accordées pour la production d'électricité issue de la géothermie profonde (utilisation de la chaleur de l'eau pour produire de l'électricité). "Des décisions prises sans concertation" selon les présidents du Grand Est, du département du Bas-Rhin et de l'Eurométropole qui craignent l'abandon des futurs projets alsaciens.

Si les sites de Soultz-sous-Forêts et de Rittershoffen ainsi que les projets en cours d'Illkirch, de Vendenheim ou d'Eckbolsheim ne sont pas remis en cause, il n'en va pas de même pour les quatre à six projets de puits de forage en réflexion (Oberhausbergen, un second à Reichstett, à Hautepierre et dans le Haut-Rhin).  
 

La géothermie, une énergie subventionnée pour le moment

Pour comprendre les craintes des élus, il faut savoir que pour le moment, la géothermie profonde est une énergie subventionnée par l'Etat. Ce qui signifie que l'Etat paie la différence entre le coût de production très élevé et le coût du marché. Et c'est cette aide que le gouvernement compte abandonner, préférant miser sur une énergie de masse à bas coût, ce qui mettrait en péril les nouveaux projets car ils ne seraient plus rentables (le forage d'Illkirch, par exemple, a coûté 55 millions d'euros). Tous les nouveaux projets sont donc totalement arrêtés, les industriels refusant de s'engager sur des dossiers qui, financièrement, ne sont plus viables.
 


Pourtant, la filière était prometteuse

Pour les présidents du Grand Est, du département du Bas-Rhin et de l'Eurométropole, cette annonce est un coup dur. Ils demandent au gouvernement de reconsidérer sa position dans un courrier où ils dénoncent "qu'au moment de l'annonce de la fermeture de Fessenheim (...) ces décisions sont brutales". Selon eux, elles priveraient l'Alsace de ressources décarbonnées et renouvelables, considérées comme vecteur de création d'emplois non délocalisables.

Une annonce qui pourrait "empêcher notre transition énergétique" selon les élus. Ils tiennent à redire que le sol alsacien a une richesse géothermale unique en France, avec une nappe allant jusqu'à 200 degrés qui pourrait alimenter des milliers de foyers en énergie verte. Tous demandent une concertation rapide pour répondre à "cette situation de crise".
 

Courrier Président Macron Élus Avenir Géothermie Profonde_25 Février 2019 by Judith Richard on Scribd

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
énergies renouvelables énergie environnement société