Cet article date de plus de 3 ans

GCO : l'Etat suspend l'opération de déboisement à Kolbsheim, mais "ne remet pas en cause le projet"

Le ministère de la Transition écologique et des Transports a suspendu ce mardi les travaux de déboisement à Kolbsheim, nécessaire au futur grand coutournement ouest (GCO). Un délai qui "ne met nullement en cause la réalisation du projet", explique le ministère.
© Document remis
Le communiqué du ministère est tombé ce mardi (lire-ci-dessous). Il met officiellement fin aux opérations de déboisement nécessaire aux travaux préparatoires du grand contournement ouest (GCO), tant que ce nouvel avis du Conseil national de protection de la nature (CNPN) n’aura été rendu. Toutefois, le ministère de Nicolas Hulot ne renonce pas au projet, il instaure juste un nouveau délai. "Ce délai ne met nullement en cause la réalisation du projet", précise le communiqué.

Le camp des zadistes dans les bois de Kolbsheim en octobre 2017
Le camp des zadistes dans les bois de Kolbsheim en octobre 2017 © Catherine Munsch


Du coté des pro-GCO, on se réjouit donc, à l'instar de Robert Herrmann, président de l’eurométropole de Strasbourg, via un communiqué : "Je suis très satisfait de la réaffirmation forte par le gouvernement de la réalisation du projet de contournement Ouest de Strasbourg. Ce projet est un enjeu à l’échelle européenne, nationale et locale. Ce maillon autoroutier est nécessaire autant à la compétitivité du territoire qu’au désenclavement de l’A35. L’Eurométropole participera, aux côtés des autres collectivités, à faire en sorte que le dossier des concessionnaires Vinci et Sanef intègre mieux les nécessaires compensations environnementales et aboutisse à une meilleure qualité de l’air dans notre agglomération."

Le camp des zadistes dans les bois de Kolbsheim.
Le camp des zadistes dans les bois de Kolbsheim. © Catherine Munsch


Mercredi 19 septembre, des pelleteuses avaient pris position à Kolbsheim afin de déboiser sept hectares de forêt. Des zadistes avaient donné l'alerte et invité les habitants à se rassembler en lisière de forêt, forçant Vinci-Arcos, concessionnaire et maître d'ouvrage du Grand contournement ouest à stopper les travaux. La décision du ministère officialise cet arrêt.

Le camp des zadistes dans les bois de Kolbsheim.
Le camp des zadistes dans les bois de Kolbsheim. © Catherine Munsch


Fin août, les scientifiques du Conseil national de protection de la nature (CNPN) avaient fait part de leur désaccord avec les mesures proposées par Vinci et la Sanef pour compenser les effets sur la nature de la construction de l'autoroute. Vinci avait alors promis de revoir sa copie mais ne souhaitait suspendre aucun des projets en cours ou prévus.


Le communiqué du ministère

PROJET DE CONTOURNEMENT OUEST DE STRASBOURG :
L’ETAT A DÉCIDÉ DE SUSPENDRE L’OPERATION DE DEBOISEMENT

Les ministres de la Transition Ecologique et Solidaire et des Transports confirment que l’Etat respectera les termes du contrat relatif au contournement ouest de Strasbourg conclu en 2016, avec le concessionnaire ARCOS.

Cependant, le dossier du concessionnaire a fait l’objet en juillet 2017 d’un avis négatif de la part du Conseil National de la Protection de la Nature (CNPN), considérant qu’il souffre de nombreuses imperfections en matière d’évitement, de réduction et de compensation des effets du projet sur la biodiversité.

Le dossier du concessionnaire doit donc être sérieusement retravaillé en ce sens, en liaison avec les services de l’Etat et les collectivités (métropole, département, région), et sera à nouveau présenté prochainement au CNPN.

En conséquence, les ministres ont décidé de suspendre l'opération de déboisement nécessaire aux travaux préparatoires, tant que ce nouvel avis du CNPN n’aura été rendu.

Ce délai ne met nullement en cause la réalisation du projet. L'impact de ce retard sur la date de livraison finale, dû à une mauvaise qualité des compensations écologiques prévues, devra impérativement être avancé au plus tôt par le concessionnaire.

L’histoire de ce projet a toujours été marquée par des contradictions entre les transports, l’agriculture et la nature, le tout dans un espace à enjeux proche de la métropole. L’Etat entend à la fois permettre la réalisation de ce projet attendu localement, et s’assurer qu’il apporte les meilleures garanties en matière environnementale. Cette suspension va ainsi donner au projet le délai nécessaire pour se concrétiser dans de meilleures conditions.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
gco économie transports routes