Haut-Rhin : depuis quatre ans, il construit une tour Eiffel de 30 mètres de haut

Publié le Mis à jour le
Écrit par Flavien Gagnepain .

Depuis novembre 2017, Jean-Claude Fassler assemble une réplique de la tour Eiffel, depuis son entreprise familiale de Sainte-Marie-aux-Mines (Haut-Rhin). Un projet mené en famille, par cet ancien métallier de 74 ans et deux de ses petits-fils.

Jean-Claude Fassler, métallier pendant quatre décennies, occupe sa retraite en réalisant une réplique de 30 mètres de la tour Eiffel avec deux de ses petits-enfants. Un chantier entamé à Sainte-Marie-aux-Mines en 2017, et qui ne sera pas terminé avant encore plusieurs années.

En Alsace, le métal a son importance. Rien à voir avec un groupe de musique local qui tourne un clip sur la tour Eiffel. Quoique, la dame de fer n'est jamais très loin. Ici, on parle acier, et en tonnes.

Les chiffres ont de quoi faire tourner la tête : 50 tonnes, 30 mètres de haut, des dizaines de milliers de pièces, 7 semi-remorques pour transporter la tour, et des centaines d'heures de travail. Voici la tâche à laquelle Jean-Claude Fassler, 74 ans, s'est attelé il y a quatre ans : "Je ne me voyais pas passer ma retraite à promener mon chien ou à faire du jardinage ! Ce n'est pas dans mon tempérament."

Sa retraite, il la passe donc à étudier des plans et modéliser les pièces par ordinateur avec son petit-fils Kilian, pour réaliser une tour à l'échelle 1/10e : "Si au départ, j'avais su que c'était si difficile, je ne me serais pas embarqué là-dedans !", ajoute l'ancien métallier, véritablement passionné par la tour.

Une passion qui remonte au début des années 1990, quand Jean-Claude Fassler reçoit à Noël les plans originaux de la tour Eiffel : "Pendant dix ou quinze ans, je les ai juste regardé. Puis je m'en suis inspiré pour commencer ma tour. Mais il me manque encore des données, concernant les angles par exemple."

Le retraité ne veut se permettre aucune liberté, et veut être le plus fidèle possible à la tour d'origine, en la peignant par exemple en rouge Venise, la première couleur de la dame de fer. Car tout est réglé au millimètre près, grâce à Kilian Antenat, 19 ans et petit-fils de Jean-Claude Fassler. Aujourd'hui employé dans l'entreprise familiale, il a passé les quatre années de son apprentissage à travailler sur la tour, en dessinant les pièces sur ordinateur : "Dès mes 15 ans, j'étais tous les jours dessus. Au début, c'était forcément compliqué parce que j'étais nouveau dans le métier", se souvient-il.

Et d'ajouter : "J'essaie de faire la part des choses. Il ne faut pas mélanger famille et travail. Quand je suis au boulot, c'est mon maître d'apprentissage, pas mon grand-père." 

En ce mois de février 2022, Jean-Claude Fassler a construit la partie supérieure de la tour, et termine la base : "Il ne reste plus qu'à relier les deux en faisant le premier et le deuxième étage. C'est la partie la plus délicate, il faut être extrêmement précis. Surtout que l'assemblage sera compliqué. La nacelle que j'ai ne monte que jusqu'à 20 mètres de haut. Je vais devoir en louer une pour monter à 30..."

Un hommage au concepteur alsacien de la tour Eiffel

30 mètres, soit dix fois moins que l'œuvre originale, conçue par l'Alsacien Maurice Koechlin dans les années 1880 : "Cette tour, c'est une manière de lui rendre hommage", ajoute le Maurice Koechlin du 21e siècle. Né à Buhl (Haut-Rhin) en 1856, l'ingénieur haut-rhinois est souvent éclipsé par l'ingénieur Gustave Eiffel, alors que l'idée de construire une tour métallique à Paris pour l'Exposition universelle de 1889. 

Jean-Claude Fassler et Kilian Antenat ne se fixent pas de date pour terminer leur œuvre : "On espère avoir terminé d'ici deux ou trois ans", s'avance le jeune homme. Son grand-père rêve, lui, de voir sa tour à côté de la dame de fer, pour les Jeux olympiques de 2024. D'ici là, vous pouvez suivre l'évolution du projet sur la page Facebook de la tour, gérée par Matteo, un autre petit-fils de Jean-Claude Fassler. 

 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité