Mulhouse : le gynécologue Jean-Marie Boegle est mort du coronavirus

Clinique du Diaconat-Fonderie de Mulhouse, là où exerçait le gynécologue Jean-Marie Boegle / © GoogleStreetView
Clinique du Diaconat-Fonderie de Mulhouse, là où exerçait le gynécologue Jean-Marie Boegle / © GoogleStreetView

Le gynécologue-obstétricien Jean-Marie Boegle, qui exerçait à Mulhouse, est mort dimanche 22 mars du coronavirus à Dijon (Côte-d'Or), là où il avait sa résidence secondaire.

Par Florence Grandon

Le gynécologue-obstétricien Jean-Marie Boegle, âgé de 66 ans, est mort du coronavirus dimanche 22 mars à 14 heures à Dijon (Côte-d'Or). Il était parti se reposer dans sa résidence secondaire depuis deux semaines. Fatigué et atteint d'autres pathologies, il s'était fait dépister du coronavirus, test négatif dans un premier temps. Il y a huit jours, le test était positif au virus covid-19. Il est ensuite tombé dans le coma.
 
Dimanche 22 mars le ministre de la Santé, Olivier Véran confirmait la mort du premier médecin liée au covid-19. Jean-Jacques Razafindranazy, médecin urgentiste à l'hôpital de Compiègne (Oise), épicentre du début de la pandémie en France, est décédé du coronavirus après avoir été hospitalisé à Lille.

Dimanche également nous avons appris la mort du premier médecin généraliste à décéder des suites du coronavirus. Sylvain Weilling, mort à l'hôpital de Saint-Avold (Moselle) où il était soigné pour des insuffisances respiratoires graves.


Réactions des patientes et du corps médical

Ce lundi 23 mars, de nombreux confrères du docteur Jean-Marie Boegle réagissent à sa disparition. Le gynécologue Bernard Servent, aujourd'hui en retraite de la clinique du Diaconat de Mulhouse, s'est dit très affecté par son décès suite à son infection au Covid-19. "C'était mon plus ancien élève, il avait été interne à Haguenau puis à Guebwiller".
 

Il avait ensuite ouvert son cabinet de ville dans la Tour de l'Europe à Mulhouse, où il exerçait encore, tout en continuant de pratiquer des accouchements à la clinique Diaconat-Fonderie de Mulhouse, située 1 rue sauveur à Mulhouse. Il a travaillé jusqu'au 12 mars, avant de partir pour sa résidence secondaire en Bourgogne. "C'était quelqu'un de convivial, joyeux, drôle et très attachant", se souvient le docteur Servent.
 

Le Dr Richard Kutnahorsky, chef de service de la maternité Pasteur 2 de Colmar et ami de Jean-Marie Boegle parle d'un homme "remarquable, gentil et très professionnel", ils étaient internes ensemble à la maternité de Guebwiller dans les années 1980.

Israël Nisand salue un médecin "passionné, attentionné, gentil et plein d'humour", dans un tweet :

Sur sa page Facebook, il publiait cette photo de lui en 2014 :

De nombreuses patientes du Docteur Jean-Marie Boeglé réagissent sur Facebook, à l'image de Christelle : "nous avons mis Candice au monde ensemble dans une ambiance de fête. Vous me connaissez si bien docteur. Je pense à votre épouse et vos enfants dont vous parliez toujours."

Sonia, toujours sur Facebook réagit : "les mots me manquent tant cette nouvelle me bouleverse. C’était une très belle personne, apprécié de ses confrères et patientes."


Un hommage en musique

Nadia Koch le connaissait très bien, elle a travaillé comme sage-femme avec lui à la clinique du Diaconat pendant six ans, avant de quitter le métier et d'ouvrir une boutique à Colmar. La dernière fois qu'elle l'a vu, elle s'en souvient très bien, c'était il y a quelques mois, dans sa boutique un soir : "il était venu de Mulhouse, et c'est quelqu'un qui ne comptait pas ses heures, mais il avait trouvé le temps de passer", elle est encore émue à ce souvenir.

"C'était quelqu'un de bon et bienveillant, jovial, bon vivant, toujours de bonne humeur, il prenait soin de ses patientes et il était agréable avec les soignants et toute l'équipe", se remémore-t-elle.

"C'était une figure du Diaconat, nous avons tous été boulversés hier d'apprendre sa mort"
- Nadia Koch, ancienne sage-femme de la clinique du Diaconat

Et puis elle l'avait rencontré aussi dans un autre cadre, lors d'un séjour en famille dans la maison de Bourgogne du Dr Boegle, chambre d'hôte de temps en temps. "Ses enfants avaient le même âge que moi, on a tous été choqués qu'il parte si vite et si brutalement".

Ca fait mal au coeur de ne pas pouvoir aller à son enterrement, à cause du confinement. Alors c'est notre hommage à nous, en musique.
- Nadia Koch a joué un air et publié la vidéo sur Facebook lundi 23 mars.

Spontanément, avec son fils et son mari au trombone, et elle au violon, ils ont improvisé un hommage musical sur Facebook. "Il aimait la musique, et puis, avec le confinement, il n'y aura sans doute pas d'enterrement, alors on a pensé à faire ça, pour sa femme et ses enfants. On aimerait les soutenir, les voir, être présents à l'enterrement, mais comme ce n'est pas possible, il y a cet hommage."

"Amazing Grace", joué au trombone et au violon par la famille Koch, pour rendre un dernier hommage au Dr Jean-Marie Boegle, vidéo publiée le 23 mars sur Facebook par Nadia Koch (Coco Bohème) :

Les mots du confrère

"Salut Jean Marie BOEGLE.
Toute la communauté médicale de Mulhouse est attristée, ébranlée.
Toutes nos pensées à ta famille, à tes proches.
Salaud de CORONA.
"
explique dans un post sur Facebook le médecin généraliste mulhousien Patrick Vogt. 
Le docteur Vogt est l'un des premiers médecins à avoir alerté l'opinion publique quant à la situation sanitaire dramatique à Mulhouse.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus