TEMOIGNAGE. Coronavirus : pour cet expatrié à Hong-Kong originaire de Reims, "la vie ne s'arrête pas pour autant"

Publié le Mis à jour le
Écrit par Céline Lang

Léon Ruelle vit et travaille à Hong-Kong, mais est originaire de Reims. Depuis le début de l'épidémie du coronavirus Covid-19, il a vu son environnement changer, son mode de vie bouleversé, mais ne compte pas pour autant rentrer en France. Témoignage.

Comment vit-on dans un pays en proie à l'épidémie de coronavirus Covid-19 ? C'est la question que nous avons posée à Léon Ruelle. Ce jeune Rémois vit et travaille depuis deux ans dans la restauration à Hong-Kong. Et depuis le début de l'épidémie, il a vu son mode et son cadre de vie changer. "Je dirais que la situation est beaucoup plus sous contrôle ici, à Hong-Kong, que dans le reste de la Chine. Tout le monde est bien sûr très méfiant à cause du SRAS, le syndrome respiratoire aigu sévère, en 2003. Le coronavirus est, semble-t-il, moins dangereux mais plus transmissible".

Et l'homme de décrire un vent de panique au début de l'épidémie, ayant entraîné une pénurie de masques et de gels antibactériens, notamment dans les supermarchés. "Mais désormais, tout cela s'installe petit à petit dans notre quotidien", relativise Léon Ruelle. A Hong-Kong, les écoles sont d'ailleurs fermées jusqu'à début mars. De nombreuses entreprises mettent en place le télétravail et gardent aussi leurs portes closes jusqu'à nouvel ordre. 

Tout le monde suit la situation de près, reste vigilant et attend de voir l'évolution
- Léon Ruelle, Rémois expatrié à Hong-Kong 
 

Un sentiment de relative sécurité

Pour lui, les informations et recommandations passent bien même s'il note une différence entre les journaux locaux et internationaux. Lui, se fie beaucoup aux communications de son entreprise sur le sujet, qui sont quasiment quotidiennes. Le jeune homme se sent donc relativement en sécurité et ne compte pas rentrer en France dans l'immédiat.

La situation a toujours l'air d'être sous contrôle. Bien sûr, on est vigilant, mais c'est rassurant de voir que beaucoup de mesures sont prises par les entreprises partout dans la rue, dans les restaurants, les hôtels
- Léon Ruelle, Rémois expatrié à Hong-Kong 

"Tout le monde prend ça au sérieux, ajoute-t-il, donc la vie ne s'arrête pas pour autant. On va juste continuer à suivre l'évolution. Je rentrerai quand je ne me sentirai plus en sécurité".