Enfouissement des déchets nucléaire à Bure : un observatoire pour scruter la santé des riverains

Publié le Mis à jour le
Écrit par Eric Molodtzoff .

Création de l'Observatoire de la Santé des Riverains du laboratoire Cigéo de Bure. Ce dispositif va permettre de suivre l'état sanitaire des populations voisines du futur centre de stockage souterrain des déchets nucléaires les plus dangereux.

C'est une demande du Comité Local d’Information et de Suivi (CLIS) du laboratoire de Bure. Elle est dans les tuyaux depuis 1997 mais ne s'était jamais concrétisée. C'est désormais chose faite. L'Observatoire de la Santé des Riverains du projet de centre de stockage de Bure (OSARIB) est devenu réalité.

L'Andra a des obligations environnementales mais rien sur la santé !

Benoît Jaquet, Secrétaire général du CLIS

Le centre d'enfouissement en couche géologique profonde s'il voit le jour, doit accueillir pour 100 000 ans les déchets nucléaires les plus dangereux. Cette installation industrielle sensible génère auprès des populations voisines beaucoup de questions quant aux risques environnementaux et sanitaires.

Le secrétaire général du CLIS explique l'origine de la démarche :" Dans les années 90, une étude était sortie, pointant une augmentation des cancers autour de l'usine de la Cogéma à la Hague. Le problème était qu'il n'existait pas de point de référence établi avant l'entrée en fonction de cette usine pour en tirer des conclusions."

Afin d'éviter cet écueil méthodologique, la mission de l'observatoire sera dans un premier temps d'établir un point zéro de l'état de santé des riverains avant l'éventuelle entrée en fonction du centre de stockage. À partir de ce point de référence, il sera possible d'analyser les pathologies qui viendraient à évoluer ou à se déclarer dans la population riveraine. Seront recueillies aussi les données concernant la santé perçue, la qualité de vie et de bien-être.

Un dispositif inédit

Le CLIS invite la population à la présentation de ce dispositif inédit avec les opérateurs de l’observatoire, la Préfecture de la Meuse qui coordonne la mission Cigéo, l’Agence Régionale de Santé (ARS) Grand Est et Santé publique France. " Le lancement de cette première étude vise à réaliser un état de référence sanitaire et inclut un niveau important de participation des parties prenantes (riverains, élus, associations, professionnels de santé…)."

La réunion publique se tiendra vendredi 30 Septembre 2022 à 15h dans le bâtiment "APAVE", 6 rue Antoine Durenne à Bar-Le-Duc

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité