• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Choix du tracé de l'A31 bis : “l'unanimité je n'y crois pas” lance le préfet de Région

© France 3 Lorraine
© France 3 Lorraine

Jean-Luc Marx participait ce mardi 13 novembre à Metz (Moselle) à la première réunion de la "Concertation publique d'aménagement de l'A31 bis". Quatre mois d'échanges avec élus, habitants et représentants de l'Etat pour choisir l'un des quatre tracés retenus. Et déjà de nombreuses oppositions.

Par Jean-Christophe Dupuis-Remond

Les représentants de l'Etat, au premier rang desquels le préfet de la Région Grand Est, s'attendaient certainement à des débats houleux.

Ils n'ont pas été déçus, mardi soir 14 novembre 2018, à l'occasion de la première réunion publique de concertation sur le futur tracé de l'A31 bis.

Car très rapidement les interrogations et oppositions se sont fait entendre dans la salle de Metz-Congrès qui accueillait plus de 300 personnes. 
 

Des riverains qui s'insurgent

Parmi ces voix, celles de soixante-dix Florangeois directement concernés par l'un des quatre tracés proposés. Et qui évoquent les risques pour 850 familles riveraines dont l'habitation est située à moins de trois cents mètres du tracé F4 qui va couper la ville mosellane en deux s'il est retenu.
Concertation publique pour le choix du tracé de l'A31 bis : les 4 tracés proposés. / © France 3 Lorraine
Concertation publique pour le choix du tracé de l'A31 bis : les 4 tracés proposés. / © France 3 Lorraine
Très remontés également, ces habitants de Champigneulles, regroupés dans le collectif mur anti-bruit.

"Aujourd'hui la commune est déjà scindée en deux par l'actuelle A31 et là on envisage un passage à deux fois quatre voies ce qui serait d'autant plus dommageable.

Face à cela, nous voulons des murs anti-bruit,"

explique Thierry Claude, membre du collectif.

Nombreux sont ceux également qui, face à ces quatre tracés proposés, pour la liaison en tracé neuf entre Richemont (Moselle) et l'A31 au nord de Thionville, propose un renforcement de solutions douces et alternatives : fluviales, ferroviaires ou en mettant l'accent sur le co-voiturage et des parkings dédiés supplémentaires.
 

Quel tracé le moins nuisant ?

Face à toutes ces oppositions et préconisations, le préfet de Région se veut confiant.

"L'unanimité, je n'y crois pas.

Mais peut-être qu'une majorité permettra de distinguer le tracé qui sera le moins nuisant possible." Jean-Luc Marx

La réponse sera peut-être trouvée d'ici au mois de février 2019, quand s'achèvera cette concertation publique pendant laquelle les réunions vont s'enchaîner. La prochaine se déroulera lundi 26 novembre 2018 à Florange (Moselle).

L'A31 bis, serpent de mer Lorrain, devrait coûter de 1,1 à 1,4 milliards d'euros et être mise en service à l'horizon 2030.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les avantages de l'achat groupé de fioul

Les + Lus