Réseaux sociaux : Reims et Strasbourg en finale d'un concours de cathédrales, et à la fin, c'est Strasbourg qui gagne

Les cathédrales Notre-Dame de Reims et Notre-Dame de Strasbourg. / © MaxPPP / Olivier Boitet / Klaus Nowottnick
Les cathédrales Notre-Dame de Reims et Notre-Dame de Strasbourg. / © MaxPPP / Olivier Boitet / Klaus Nowottnick

Plus de 70 000 internautes ont tranché : Strasbourg est la plus belle cathédrale de France, juste devant Reims, mais surtout devant les 14 autres édifices du concours. De quoi certes laisser un goût amer au biscuit rose au profit de la flammenkueche, mais de quoi aussi faire briller le Grand Est.

Par Céline Lang

Le score était serré ce 31 octobre, jour de finale qui a opposé à l'occasion d'un sondage publié sur Facebook, la cathédrale de Strasbourg à celle de Reims. L'Alsacienne l'a emporté de justesse : 50,4 % contre 49,6% pour la Rémoise. Et pourtant, les qualités de l'une comme de l'autre ne sont pas à remettre en question. Il y a celle qui fut quelques temps la plus haute du monde avec son unique flèche en grès rose et celle qui a accueilli des siècles de sacres des Rois de France. Mais les 70 000 votants ont tranché : Strasbourg l'emporte. 

Bien sûr, les perdants ont tout fait pour essayer de sauver la mise de Notre-Dame de Reims, arguant comme @Ophély Oblet, que les statues sont particulièrement expressives : "Votre cathédrale pas finie là ? No way. La nôtre possède l'ange au sourire le plus malaisant du monde, et ça c'est métal ". D'autres considèrent qu'elle a résisté aux pires sévices comme @Nicole Djama Merlaton qui écrit : "Ma préférée ! <3 La Reine du Gothique Flamboyant, ressuscitée de ses cendres tel le Phénix, grâce à une restauration constante, avec de magnifiques nouveaux vitraux...et ses Tours, une véritable dentelle de pierre".

Mais rien n'y a fait, les Alsaciens ont gagné.

Si l'on tentait néanmoins d'être consensuels dans ce derby cathédralesque du Grand Est, on pourrait tout de même pousser un grand cocorico néo-régional. Sur les 16 édifices de France soumis aux votes des internautes, ce sont bien deux lieux de cultes de notre région qui ont éliminé tout au long du mois d'octobre des chefs d'œuvre architecturaux tels que la très volcanique Notre-Dame de Clermont dont le noir de la roche s'est battu en quart de finale contre le blanc éclatant de la pierre de Cassis de Sainte-Marie-Majeure de Marseille. 
 
Faisons donc fi des rivalités religieuses et architecturales d'un autre temps pour reconnaître que dans l'Est de la France, on sait faire dans le majestueux, et arrosons cela au Champagne en mangeant des tartes flambées lors de l'apéro géant au pied de la cathédrale de Strasbourg , organisé par les administrateurs de la page Facebook organisatrice de ce concours : Memes décentralisés pour provinciaux et francophones oubliés
 
Mème de l'Ange au sourire / © France 3 Champagne-Ardenne / Alexandre Marchi / MaxPPP
Mème de l'Ange au sourire / © France 3 Champagne-Ardenne / Alexandre Marchi / MaxPPP

Mais qu'est-ce qu'un mème ?

Les organisateurs de cette bataille de pierre et de flamboyance sont les administrateurs de la page Facebook Memes décentralisés pour provinciaux et francophones oubliés. Un titre un rien obscur pour qui ne maîtrise pas allégrement les pratiques et vocables de l'internet nouveau. Un mème Internet, nous apprend wikipédia, "est un élément ou un phénomène repris et décliné en masse sur Internet." Souvent, il s'agit d'une image dont on détourne le sens par une légende à vocation humoristique. Une photo très sérieuse d'un homme ou d'une femme d'état vociférant en plein discours peut donc être légendée : "Moi, quand j'explique à ma mère pourquoi je dois absolument sortir samedi soir". 

Car oui, les mèmes ont pour vocation première de faire rire ou sourire la jeune génération, mais aussi d'être partagés en masse sur les différents réseaux sociaux. Objectif : la viralité à tout prix. Le mème se doit donc d'être drôle, inventif et suffisamment universel pour que tout à chacun puisse s'y reconnaître.

De nombreux groupes Facebook se sont donc créés ces dernières années, qui ne proposent, dans leurs publications, que des mèmes en tout genre, certains groupes étant même (!) spécialisés, comme c'est le cas de celui des organisateurs du sondage, qui se concentre sur les problématiques rurales versus citadines, créant ainsi une communauté particulièrement forte. 

Cette communauté, il faut ensuite l'animer, la faire vivre, commenter et partager à gogo. D'où la création de sondages plus ou moins sérieux (l'un porte par exemple sur le fait de manger ou non le saucisson avec la peau - débat national-) afin d'animer tout ce petit monde et de gagner en "followers". La page des Memes décentralisés pour provinciaux et francophones oubliés en compte 236 441 à l'heure où nous écrivons. 

Et comme cette société ne permet que très rarement aux amuseurs publics de vivre de leur art et de leur drôlerie, souvent ces pages nécessitent quelques financements pour aider leurs administrateurs à subsister. Les Memes décentralisés pour provinciaux et francophones oubliés ont donc un site Internet où ils vendent quelques produits dérivés. Et la boucle du clic est bouclée.

Sur le même sujet

Les + Lus