Féminicides conjugaux : 11 cas recensés dans les Hauts-de-France en 2019

Mobilisation contre les féminicides à Amiens le 23 novembre 2019 / © Mathieu Maillet / FTV
Mobilisation contre les féminicides à Amiens le 23 novembre 2019 / © Mathieu Maillet / FTV

Tout au long de l'année, le collectif "Féminicides par compagnons ou ex" a tenu un compteur macabre, celui du nombre de meurtres de femmes par leur conjoint ou ex-conjoint. Dans les Hauts-de-France, il en recense 11.

Par Romane Idres

Leur travail a été relayé toute l'année dans les médias : les militantes du collectifs "Féminicides par compagnons ou ex" ont recensé, chaque jour, tous les décès qui apparaissaient comme des meurtres de femmes par leur conjoint ou leur ex.

Un triste compteur qui s'est arrêté à 149, avec le décès, le 30 décembre, de Rebecca, 44 ans, à Cappelle-la-Grande dans le Nord... Et qui a failli atteindre 150, si la femme victime d'une tentative d'homicide par son conjoint à Abbeville le même jour n'avait pas survécu.
 

En parallèle, l'AFP a tenu ses propres comptes, en vérifiant auprès des services de justice, de police et de gendarmerie. Elle confirme au moins 122 cas. À noter tout de même que les meurtriers présumés n'ont pas encore été jugés. 
 

Extrême violence

Dans les Hauts-de-France, on recense 11 féminicides conjugaux présumés. Souvent, les faits sont d'une extrême violence : coups de couteau, séquestration, étranglement... Il n'est pas rare que le conjoint se donne ensuite la mort.

Le 16 janvier, Séverine Béors, mère de 5 enfants âgée de 46 ans, est morte vraisemblablement après avoir été étranglée par son conjoint à Mareuil-sur-Ourcq, dans l'Oise. L'homme s'est ensuite suicidé sur les voies ferrées d'une commune voisine. 

Le 14 février, Gaëlle Vahoury, 22 ans, enceinte de 6 mois, a été retrouvée morte dans un hôtel à Glisy dans la Somme. Son ex compagnon, principal suspect du meurtre s'est suicidé en se jetant sous un train. 

Le 22 mai, Marilyne, 49 ans, est morte après avoir reçu plusieurs coups de couteau à Villeneuve-d'Ascq dans le Nord. Son ex-conjoint et père de ses enfants s'est rendu au commissariat de police.

Le 27 mai, Nathalie Debaillie, 47 ans, a été enlevée et tuée à coups de cutter à La Madeleine dans le Nord, dans la baignoire du domicile de son ex, qui a reconnu les faits. 
 

Le 27 juin, Catherine Jannin, 47 ans, est retrouvée morte à son domicile de Coudekerque-Branche dans le Nord. Quelques jours plus tard, un homme de 37 ans avec qui elle entretenait une relation physique s'est rendu au commissariat pour reconnaître qu'il l'avait tuée de 13 coups de couteau.

Le 23 juillet, Daisy, 54 ans, a été tuée à l'arme blanche à Anzin dans le Nord. Son conjoint, conseiller municipal de la commune et principal suspect, a été retrouvé pendu non loin de là.

Le 11 août, Ophélie, 28 ans, a été retrouvée morte à côté de son conjoint, à Merck-Saint-Liévin dans le Pas-de-Calais. D'après la gendarmerie, l'homme lui aurait tiré dessus avant de retourner l'arme contre lui. 

Le 26 août, Chlotilde Goulois, 41 ans, est retrouvée morte dans une voiture en bordure d'un champ à Fiennes dans le Pas-de-Calais. D'après l'enquête, son compagnon l'aurait étranglée après avoir appris qu'elle avait une relation extra-conjugale.

Le 25 octobre, Shaïna, 15 ans, a été poignardée à Creil dans l'Oise. Son corps a été retrouvé calciné dans l'incendie d'un cabanon. Son petit ami, âgé de 17 ans, a été mis en examen et placé en détention provisoire quelques jours plus tard. 
 

Le 13 décembre, Sandrine, 46 ans, a été retrouvée morte dans sa maison en feu. D'après l'enquête, son conjoit l'aurait tué, vraisemblablement à coups de marteau, avant de poursuivre leurs enfants et de les blesser également. Il se serait ensuite enfermé dans la maison familiale pour y mettre feu. C'est là que les pompiers ont trouvé le corps de la femme, ainsi que le conjoint, grand brûlé mais encore vivant. Il est décédé une semaine plus tard à l'hôpital sans que les enquêteurs aient pu l'interroger. 

Le 30 décembre, Rebecca, 44 ans, est décédée après avoir reçu des coups sur tout le corps à Cappelle-la-Grande dans le Nord. Son conjoint a été mis en examen pour homicide volontaire.

À noter : le collectif prend en compte également le décès d'Anne-Marie Laurent, 54 ans, retrouvée morte dans des circonstances suspectes le 27 octobre, dans son domicile de Cambrai dans le Nord, en présence de son mari. Le mari avait été écroué, mais d'après les éléments de l'enquête, il est probable que le décès soit lié à une chute accidentelle.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus