Calais : dialogue impossible entre le médiateur, les trois grévistes de la faim et les associations d’aide aux migrants

Publié le Mis à jour le
Écrit par Martin Vanlaton
Visite de Didier Leschi, médiateur auprès des trois grévistes de la faim a Calais Anaïs Vogel, Ludovic Holbein et Philippe Demeester, mardi 2 novembre 2021.
Visite de Didier Leschi, médiateur auprès des trois grévistes de la faim a Calais Anaïs Vogel, Ludovic Holbein et Philippe Demeester, mardi 2 novembre 2021. © Louis Witter / Le Pictorium / MAXPPP

Après une visite la semaine dernière à Calais pour rencontre les trois grévistes de la faim mobilisés en soutien aux migrants, le médiateur Didier Leschi est revenu pour présenter les propositions du gouvernement. "Rien ne change" pour les associations qui ne "veulent plus d'effets d'annonce".

Une semaine jour pour jour après avoir été mandaté par le ministre de l’Intérieur, Didier Leschi, directeur général de l’OFII, est de retour à Calais ce mardi 2 novembre.  

Le médiateur, dépêché en urgence pour tenter de trouver une issue à la grève de la faim entamée par un prêtre et deux militants associatifs en soutien aux migrants, est venu leur remettre ses propositions écrites après deux jours d'échanges la semaine dernière.

Le médiateur face aux grévistes 

Pour rappel, le père Philippe Demeestère, Anaïs Vogel et Ludovic Holbein – soutenus par 150 associations et par près de 50 000 citoyens via une pétition lancée en ligne - ont trois revendications pour stopper le "harcèlement" subi par les personnes exilées sur place :  

  • la suspension des expulsions quotidiennes et des démantèlements de campements de migrants durant la trêve hivernale (qui a débuté ce 1er novembre, ndlr), 
  • l’arrêt des confiscations des tentes et des effets personnels des exilés,  
  • l’ouverture d’un dialogue citoyen raisonné entre autorités publiques et associations non-mandatées par l’Etat. 

Selon le médiateur qui porte la voix du gouvernement, impossible de répondre positivement à la première demande.  

Les évacuations vont donc se poursuivre, mais une proposition "systématique" d’hébergement sera effectuée en dehors de Calais, avec un enjeu majeur : "empêcher la reconstitution" de la Jungle de Calais comme il y a cinq ans, explique-t-il : "prendre le risque d’un grossissement du campement comme on l’a connu par le passé ne me semble pas à la hauteur de ce qui est nécessaire"

Concernant la deuxième demande des grévistes de la faim, Didier Leschi propose de prévenir les éxilés avant chaque démantèlement, comme il l’a détaillé ce jour sur France Inter : "il y a la nécessité de laisser les personnes récupérer leurs affaires personnelles et de prévenir en amont, la veille ou l’avant-veille (d’un démantèlement, ndlr) qu’il y aura une opération de mise à l’abri et le jour même, leur laisser ¾ d’heures pour récupérer leurs affaires, y compris les tentes s’ils le souhaitent"

Bien loin donc des revendications portées par les grévistes de la faim et des 150 associations qui les soutiennent.

"Nous ne négocierons pas des propositions infaisables, illégales et hypocrites"

Après une matinée avec les grévistes de la faim, Didier Leschi  s’est réuni  à 14h30 avec les associations d’aide aux migrants pour leur présenter ses propositions lors d’une réunion. Il en est sorti une demi-heure plus tard sous les huées de plusieurs manifestants rassemblés dans la rue. "30 ans d’effets d’annonces, de traitements inhumains et dégradants", pouvait-on lire sur l’une des pancartes déployées.

"Nous quittons la rencontre parce qu’après 23 jours de grève de la faim, trois personnes mettent leur vie en danger, a déclaré Clara Houin, coordinatrice de la Plateforme de Soutien aux Migrants. Aucune réponse n’a été apportée aux revendications des grévistes de la faim. Les propositions que nous avons entendues sont totalement déconnectées de la réalité. Elles ne changeront rien à la maltraitance que subissent les personnes. Il y a une feuille de papier à cigarette entre la situation actuelle et la situation qui naitra de la mise en œuvre de ce qui est proposé". Avant de conclure. "Nous ne refusons pas le dialogue, mais nous ne négocierons pas des propositions infaisables, illégales et hypocrites".  

"Les propositions que nous avons entendues sont totalement déconnectées de la réalité. Elles ne changeront rien à la maltraitance que subissent les personnes".

Clara Houin, coordinatrice de la Plateforme de Soutien aux Migrants

Le médiateur a ensuite pris la direction de la place Crèvecœur pour échanger de nouveau avec les trois grévistes de la faim dans l’église Saint-Pierre, lieu qui les accueille depuis le démarrage de leur grève de la faim le 11 octobre dernier. Il a de nouveau été invectivé à la sortie par des Calaisiens rassemblés sur le parvis. "C’est la honte, c’est leur 23ème jour, ils vont peut-être bientôt être malades", lance une manifestante au médiateur. "C’est à eux de décider", lui a répondu Didier Leschi. 

Hébergement "systématique" après chaque démantèlement 

Après avoir regagé la sous-préfecture, le médiateur a tenu une conférence de presse pour évoquer des "avancées". Au-delà du délai évoqué pour que les réfugiés puissent récupérer leurs affaires personnelles avant les démantèlements, Didier Leschi assure que les migrants évacués de Calais seront "systématiquement" hébergés hors de la ville. C’est selon lui la question centrale aujourd’hui. En faisant cette proposition, il reconnait de fait que jusqu’à présent, les mises à l’abri n’étaient pas systématiques alors que la loi l’exige. Pour rappel, l’ONG Human Rights Observers estime qu’en 2020 à Calais, 97,6% des expulsions de lieux de vie n’ont pas été suivies de mise à l’abri effective

Invité de l’émission C Politique dimanche 3 octobre sur France 5, Didier Leschi a expliqué le choix du gouvernement de ne pas privilégier des lieux d’hébergement à Calais, mais bien ailleurs dans le département et la région. Soit l’inverse de ce que préconisait pourtant la Défenseure des droits dans un rapport publié en septembre 2020, il y a donc plus d’un an.  

Claire Hédon demandait "la mise en place d’un lieu où les personnes peuvent se reposer, se ressourcer et envisager la suite de leur parcours migratoire" dans le centre de Calais.

Réponse du médiateur dépêché par le gouvernement. "Ce qui est proposé là, c’est un hébergement systématique. Mais il ne peut pas être organisé à Calais, c’est clair, pour différentes raisons D’abord parce qu’à Calais, il n’y a pas que des personnes favorables à la présence des migrants. La deuxième chose, c’est que Calais est un lieu de fixation qui est aussi le lieu où les personnes sont à la main des passeurs. L’état ne peut pas être là en train d’organiser quelque chose qui va permettre aux passeurs de mettre en danger la vie des gens en traversant la Manche"

Où sont installées les structures d’hébergement dans la région ? 

Des hébergements hors de Calais donc, dans le département, la région mais également ailleurs en France. "L’OFII, c’est 110 000 places d’hébergement à travers la France. Il y a des places disponibles ou des places qui vont être créées dans la région des Hauts-de-France"

Contactée, la préfecture de région indique qu’il existe au total 7 280 places dédiées aux demandeurs d’asile, réparties entre les cinq départements. Parmi celles-ci, 1 351 sont réservées au premier accueil pour toutes les personnes, qu’elles aient ou non déposé une demande d’asile : dans les centres d’accueil et d’évaluation des situations (CAES) ou dans des structures dédiées à l’accueil inconditionnel pour les personnes évacuées des campements démantelés. 

Ces CAES ont pour objectif "d’offrir un sas d’accueil et d’évaluation des situations administratives permettant aux migrants de bénéficier de toutes les informations nécessaires au dépôt d’une demande d’asile", indique la préfecture des Hauts-de-France. Cela veut dire qu’il ne faut pas avoir déposé une demande d’asile pour pouvoir être hébergé, contrairement à d’autres structures comme les CADA (centres d’accueil des demandeurs d’asile) ou les HUDA (hébergements d’urgence pour demandeurs d’asile). 

Didier Leschi assure que de nouvelles places d’hébergement vont être créées dans les prochaines semaines dans la région et particulièrement dans le département du Pas-de-Calais. "J’espère que les propositions telles qu’elles vont être mises en œuvre et finiront par montrer qu’il y a une bonne volonté de l’Etat". Pour l’heure, le père Philippe Demeestère, Anaïs Vogel et Ludovic Holbein ont donc décidé de poursuivre leur action. Pour rappel, ils ne boivent que de l’eau et du thé depuis 23 jours.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.