En Normandie, Top chef ce n'est pas qu'à la télé mais aussi à la cantine !

La première finale des chefs de restauration scolaire a mis à l'honneur les produits du terroir. Promouvoir une restauration collective de qualité et de proximité, c'est tout l'objectif d'un amendement voté à l'unanimité qui prévoir d'ici 2020, 40 % de produits locaux.

© CC / Instagram
Des produits normands- camembert, carottes, andouilles, pommes- cuisinés par des chefs qui ont réalisé des menus équilibrés en restauration collective. C'est le Challenge " Bien manger en Normandie", 11 ème édition.
Tout l'esprit de l'amendement  pour favoriser le "manger local" dans la restauration collective publique adopté à l'unanimité par  l'Assemblée nationale il y a deux semaines. La proposition de loi écologiste prévoit notamment, d'ici 2020, 40% de produits issus de l'alimentation durable, locaux, de saison.

100 000 signatures 

Ce texte cherche à "favoriser l'ancrage territorial de l'alimentation" et à répondre à "une attente citoyenne". Une pétition en ce sens lancée par Agir pour l'environnement a recueilli plus de 100.000 signatures.

Le concours qui a eu lieu au lycée Joris de Dives-sur-Mer est une étape, la prochaine finale aura lieu au Havre. Pour généraliser, comme le prévoit la loi, une autre restauration collective, un observatoire de l'alimentation définira  les outils méthodologiques pour permettre aux organismes publics et privés de restauration collective de définir ces 40%. Des remises à plat des accords et des négociations sur l'approvisionnement sont annoncés. 

Le reportage de Guénaëlle Louis et Carole Lefrançois: 
durée de la vidéo: 01 min 50
concours chefs cantines





Poursuivre votre lecture sur ces sujets
éducation société santé alimentation agriculture économie agriculture bio agro-alimentaire cuisine gastronomie sorties et loisirs